Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale
Publié dans Les ECO le 23 - 04 - 2019

De l'expulsion à l'emprisonnement, les partis espagnols de droite rivalisent pour proposer des mesures des plus drastiques à l'encontre des mineurs migrants marocains entrés illégalement sur le territoire espagnol.
À quelques jours des élections législatives en Espagne, la droite espagnole a placé le dossier des mineurs marocains présents dans la péninsule au coeur de la campagne électorale. Le Parti populaire (PP) a réclamé l'amendement du code régissant le statut des mineurs, afin de procéder à leur expulsion, manu militari, en réactivant le protocole de réadmission en vigueur entre le Maroc et l'Espagne.
À cet effet, le candidat du PP au congrès des députés, la chambre basse espagnole, le général Fernando Gutierrez Diaz de Otazu a promis d'oeuvrer pour que ces mineurs soient considérés comme des «immigrants précoces» et donc expulsés. Toutefois, ce haut gradé de l'armée a estimé que la résolution de ce problème passe par un dialogue avec le Maroc, un pays avec qui il faut entretenir une bonne relation de voisinage, a-t-il recommandé. De fait, ce dossier est devenu une pièce maîtresse dans la course vers le palais de la Moncloa, résidence du chef du gouvernement espagnol. La multiplication des déclarations avec des chiffres à l'appui, souvent contradictoires, place cette affaite au centre du débat électoral, marqué par le phénomène migratoire. C'est dans cette perspective que le gouvernement local ne rate aucune occasion pour filtrer des chiffres contestés sur la présence des mineurs marocains à Mélilia.
Selon le département en charge de ce dossier, rien que durant le mois d'avril, 37 jeunes migrants marocains ont été accueillis dans le centre d'hébergement des mineurs. Un chiffre démenti par le gouvernement central à travers la préfecture, estimant que ce sont 34 nouveaux arrivants. Toutefois, le département en charge de ce dossier a relevé que 50% des nouveaux admis ont été en possession de pièce d'identification marocaine. Ce qui prouve, selon cette administration qu'ils ont accédé à l'enclave en compagnie d'un parent, avant d'être abandonnés à leur sort. A cet égard, le conseiller du gouvernement de Mélilia a souligné que, «le Maroc n'a pas l'intention de rapatrier ces mineurs. Il s'agit d'une stratégie électorale», de la part du parti au pouvoir, le PSOE, a estimé Daniel Ventura.
Cependant, la délégation du gouvernement à Mélilia, a affirmé que les arrivées des mineurs marocains à Mélilia ont baissé de 35,4% durant le premier trimestre de cette année, en comparaison avec la même période de l'année écoulée. Conscient des enjeux de ce dossier, la délégation du gouvernement central à Mélilia n'a pas manqué de souligner, dans un communiqué de presse, que ces chiffres sont beaucoup moins importants que ceux enregistrés durant la période où le PP était aux commandes du gouvernement. De surcroît, la délégation du gouvernement à Mélilia a estimé que ces arrivées des mineurs diminuent au fil des mois, selon les données fournies par les services de police. Pour mettre fin à cette polémique, la délégation de l'Exécutif central à Mélilia a appelé le conseiller en charge du département du bien-être social, dont dépend la gestion du dossier des mineurs, d'en finir avec la manipulation des statistiques en gonflant le nombre des mineurs marocains et envenimant le climat social dans l'enclave, déjà délétère. La délégation du gouvernement a même appelé le département de tutelle a oeuvré pour le bénéfice des citoyens et non pour servir les intérêts du PP. Ces échanges d'accusation servent les intérêts électoraux de la droite radicale. Le discours le plus virulent à l'égard de ce collectif reste celui de la formation de l'extrême droite Vox. Ses candidats à Mélilia et Sebta avancent des mesures drastiques pour mettre fin à la présence de ces jeunes migrants dans les enclaves.
À cet égard, la formation nationaliste propose dans son programme, que les mineurs ayant commis des infractions, soient jugés en tant qu'adulte, selon a rapporté EL Pais. Pour le candidat de Vox a Mélilia, cette mesure mettra fin à «l'impunité ».Une surenchère électorale vu que le code régissant les mineurs prévoit une peine d'emprisonnement allant jusqu'à huit ans, à l'encontre des mineurs âgés entre 16 et 17 ans et ayant commis des délits graves, rappelle le journal madrilène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.