Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accouchement par césarienne. Victoire du statu quo
Publié dans Les ECO le 26 - 04 - 2019

Le ministère de la Santé met fin au bras de fer entre la CNOPS et les médecins du secteur privé. Retour sur les termes de cet arbitrage qui privilégie le statu quo et une médiation de l'ANAM.
Un accord a été obtenu le 25 avril à Rabat pour le recours à l'arbitrage de l'Agence nationale de l'assurance-maladie (ANAM) dans le dossier relatif à la procédure de prise en charge des accouchements par césarienne, en tant qu'instance habilitée à statuer sur les différends relevant de son domaine d'action, conformément aux dispositions juridiques et réglementaires en vigueur. Le ministère appelle l'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM) à publier les protocoles thérapeutiques ainsi que les instruments de maîtrise médicale des dépenses de soins. Ces textes et outils doivent garantir, d'un côté, des services de santé de qualité aux assurés, et de l'autre, les conditions idoines pour la pratique de la médecine en faveur des professionnels de santé. Ces textes doivent aussi prendre en compte les équilibres financiers des caisses d'assurance maladie au Maroc. «En attendant l'adoption des nouveaux textes, les parties s'engagent à continuer à travailler avec les conventions nationales», indique un communiqué du ministère de la Santé.
Présidée par le ministre de la Santé, Anas Doukkali, cette réunion a été consacrée à l'examen du différend concernant la procédure de prise en charge des césariennes et des décisions prises à ce sujet par la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) d'une part, et les cliniques privées et les médecins gynécologues de l'autre. La CNOPS avait annoncé sa décision de faire payer, à partir du 1er mai prochain, toute césarienne non médicalement justifiée sur la base du forfait de l'accouchement par voie basse. Les producteurs de soins (cliniques, hôpitaux publics, etc.) ont été invités à joindre à leur dossier de facturation un compte-rendu précisant l'indication médicale du recours à la césarienne programmée ou d'urgence: la raison motivant le recours à cet acte, le rapport bénéfices-risques de l'intervention et les conditions de sa réalisation. La décision de la CNOPS a été motivée par le taux anormalement élevé du recours à la césarienne. En 2017, la caisse a compté 30.583 cas d'accouchement, dont 18.522 réalisés par césarienne (61%).
Lors de la réunion, le ministre a mis l'accent sur l'adhésion de toutes les parties concernées en vue de garantir le succès du processus du renouvellement des conventions nationales dans un cadre empreint de compromis et de concertation, parrainé par le ministère de la Santé et placé sous la supervision de l'ANAM. De même, le responsable gouvernemental a noté que le contexte national requiert une interaction positive et sérieuse avec les attentes des citoyens, tout en soulignant les efforts déployés par son département en vue d'améliorer les conditions de l'exercice de la profession médicale, en dépit des contraintes et défis dans le but de garantir un accès réel aux services de santé. Les parties prenantes se sont engagées à adhérer à la nouvelle dynamique des négociations menées autour des conventions nationales et à respecter les dispositions relatives aux pratiques médicales et au contrôle médical, telles que stipulé dans les textes législatifs et réglementaires en vigueur. Elles se sont engagées à respecter les compétences des acteurs dans le domaine de l'assurance maladie obligatoire (AMO), chacun en ce qui le concerne.
En outre, les parties concernées se sont accordées sur l'accélération de l'adoption des protocoles thérapeutiques et des mécanismes de contrôle médical des dépenses de soins, afin de garantir aux assurés l'accès à des prestations médicales de qualité et de réunir des conditions favorables à l'exercice de la profession, compte tenu des équilibres financiers de la CNOPS, tout en poursuivant l'action conformément aux conventions nationales. Ont pris part à cette rencontre le secrétaire général du ministère, les directeurs généraux de l'ANAM et de la CNOPS, les présidents du conseil de l'Ordre national des médecins, du regroupement syndical national des médecins spécialistes du secteur libéral et du Syndicat national des médecins du secteur libéral, ainsi que le vice-président de l'Association nationale de cliniques privées. Les différentes parties se sont engagées à faire appel à l'ANAM en tant qu'instance chargée légalement d'arbitrer les litiges et d'opérer des médiations. L'ensemble des parties s'engagent aussi à respecter les décisions d'arbitrages prononcées par l'ANAM, en respect des textes juridiques et réglementaires dans ce domaine. Dans ce sens, le ministère appelle les différentes parties à respecter leurs périmètres d'action, tels que fixé par la loi sur l'AMO.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.