Coupe du Monde 2022: 63% des Marocains regarderont les matchs (enquête)    Revue de presse quotidienne de ce vendredi 2 décembre 2022    WM Power ranking 2022 : Le Maroc 10è meilleure équipe au monde    Prévisions météorologiques pour le vendredi 02 décembre 2022    Mondial 2022. Les Lions de l'Atlas face aux Matadors espagnols en 1/8è    Maroc-Espagne : Convention sur l'appui à la consolidation des CTI    L'ouverture d'un consulat à Dakhla renforce les relations entre Guatemala et Rabat    Mort d'un homme en garde à vue : les précisions qui font taire définitivement les rumeurs    Canada – Maroc : Les 11 Lions de l'Atlas face aux Canucks    Mondial 2022 : Le Japon bat l'Espagne et termine premier de son groupe    Soirée de folie dans les villes du Maroc après la qualif' des Lions (VIDEOS)    Conférence d'après match contre le Canada: Walid Regragui rend hommage à Hakimi    Mondial 2022: la RAM annonce une bonne nouvelle aux supporters marocains    Mondial 2022 : l'Allemagne à terre, quitte la compétition    Décès de Yassine Chibli : le Procureur général du Roi dévoile les résultats de l'enquête    Le roi ordonne l'augmentation progressive de l'allocation mensuelle des imams    Le prince héritier de Dubaï félicite chaleureusement les Lions de l'Atlas après leur qualification en 8ème    Mondial-2022 (3è journée/Groupe F): Le Maroc bat le Canada 2 à 1 et va aux 8-èmes de finale    Le gouvernement déterminé à réussir le chantier de réforme du système national de santé    Palestine : Les USA s'engagent à rouvrir le consulat palestinien    Liberté de la presse : Mediapart obtient gain de cause auprès de la justice française    15 morts et 27 blessés dans une attaque contre une école afghane    CNSS. L'assurance maladie de généralise    Covid-19/Maroc : 1.290 cas actifs à l'échelle nationale dont 7 cas admis en REA    Casablanca / Opéra Royal du Maroc : La métropole vibre au rythme du 1er Gala    Une nouvelle exposition de l'artiste Mahi Binebine    Le raï algérien désormais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO    Le Maroc entend injecter 14 milliards de dollars dans « le Fonds Mohammed VI pour l'investissement » (ministre)    L'UGTM appelle le gouvernement à préserver la dignité des travailleurs    Chambre des conseillers : présentation en commission du budget sectoriel du Secrétariat général du gouvernement    La République du Guatemala ouvre un consulat général à Dakhla    Révision annuelle des listes électorales générales: le délai d'inscription expire le 31 décembre    Algérie: Un ancien ministre des travaux publics condamné à 12 ans de prison pour corruption    Espagne : Expulsé d'Allemagne, un Marocain arrêté pour endoctrinement djihadiste    ADM: plus de 306.000 nouveaux Pass Jawaz vendus en 2021    Rabat : L'Espace Rivages accueille une exposition du Maroco-italien Abdelkader Meskar    Alerte météo : Fortes averses parfois orageuses et chutes de neige ces jeudi et vendredi    Mariages des mineures: Ouahbi promet d'interdire les autorisations judiciaires    Rabat: collaboration entre les Archives du Maroc et les Archives nationales de Turquie    Afrique du Sud : le scandale du cambriolage agite le sommet de l'Etat, l'argent sale mis en cause    Inflation : impact négatif sur les salaires réels (OIT)    Sidaction : coup d'envoi de la campagne 2022    Patrimoine culturel immatériel : Le Royaume immunise ses trésors humains    L'Association «Maroc Impact» lance son projet «Genious Medina»    Nouveau single: «Ha Mama» de Sabrina Belfkih récolte 2 millions de vues en peu de temps    L'Institut du Monde Arabe rend hommage à la grande cinéaste Izza Génini    Banques participatives: les financements augmentent de 23,8% à fin octobre (BAM)    A vos parapluies ; il va pleuvoir ce jeudi 1er décembre 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Simon Abkarian. "Un acteur se dessine constamment"
Publié dans Les ECO le 29 - 05 - 2019

Simon Abkarian. Comédien, metteur en scène, scénariste
Dans la catégorie Un Certain Regard, il était venu défendre au festival du cinéma de Cannes «Les hirondelles de Kaboul», film d'animation de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec adapté du roman éponyme de Yasmina Khadra. Un film d'une belle émotion auquel Simon Abkarian prête sa voix et son corps, entre deux films et deux pièces qu'il écrit pour le théâtre. Rencontre avec un boulimique des mots, d'un artiste d'une grande humanité.
À quel point le travail sur un personnage d'animation est-il différent d'un personnage en prise réelle ou à la scène ?
J'avais déjà lu le livre. Ce qui n'est pas anodin. En fait il s'agit toujours de jouer. Après il n'y a pas les décors, mais mon but c'était de jouer ce qui était écrit et d'être au plus près de la vision de Zabou. J'aime beaucoup que ce soit dessiné, parce qu'un acteur, que ce soit au cinéma ou au théâtre, il se dessine constamment. Il s'auto-dessine. Donc c'est la même chose. Ce n'est pas tant différent que cela. Ce ne sont pas des voix collées sur des dessins déjà faits. Ce n'était pas du doublage, c'était de la création et du jeu pur.
Comment s'est fait le travail de direction ? Est-ce que vous jouiez sans texte, vous aviez le texte en main ?
Parfois on avait le texte en main, parfois on l'avait appris. Parfois, il fallait avoir les mains libres. Les réalisatrices avaient une vision précise de l'espace où on allaient être. Elles visualisaient. Nous, non. Elles avaient leur monde en tête. Lorsque l'on voit le film, on voit à quel point c'est une proposition très transposée : de l'architecture, de ce que c'est que la guerre, du son. On était au plus près de ce qu'elles disaient. Elles avaient la vision globale, pas nous.
Comment on travaille l'émotion lorsqu' elle ne passe que par la voix et non l'expression du visage ?
L'émotion, c'est celle du spectateur. On ne peut pas la sentir. On ne peut que faire transparaître ce qui a été écrit. L'histoire est terrible, c'est une tragédie. Cela pourrait être une pièce écrite par un grec il y a 2500 ans. Vu ce qui se passe à la fin du film. Alors à la fin du film…(Rires). À partir du moment où la mécanique du tragique est mise en place, je m'y sens bien. J'adore ça.
Est-ce que c'était un travail différent de celui de Persepolis ?
Pas tant que ça parce que Marjane Setrapi était aussi parti de nous, de nos corps. Ce n'est pas tant différent que ça puisque dans les deux cas, elles sont arrivées à réaliser des oeuvres d'art. je ne dis pas que les dessins animés Pixar ne sont pas à la hauteur. Mais ce n'est pas la même approche. À la limite, ça rappelle les Disney des années 50 où on filmait des acteurs et on calait les dessins sur les acteurs. Il fallait que les acteurs soient bons.
Vous jouez, vous mettez en scène, vous écrivez. Comment trouvez le temps et comment se font les choix de création, les choix artistiques ?
Plus que des choix, ce sont des obsessions. À un moment donné de notre vie. Ce qui m'obsède en ce moment… c'est le tragique. J'aime la tragédie et écrire pour les femmes et les filles. C'est ce qui me taraude en ce moment. Je pense que cela va durer un bout de temps. Et le temps je le trouve. Quand on veut faire quelque chose, quand on veut voir quelqu'un, répondre à quelqu'un, on trouve toujours le temps. Si vous ne le faites pas tout de suite, c'est que la personne qui vous appelle ou la chose qui vous interpelle n'est pas si important que cela à ce moment là de votre vie. Ce n'est pas dénigrer la personne en face, ou le sujet abordé, c'est juste qu'il y a des choses qui vous prennent à coeur et au corps à ce moment la de votre vie. Comme disent les anglais « The clock is ticking », je ne peux pas attendre que e fruit tombe dans ma bouche. C'est une nécessité de le faire, un besoin. J'ai besoin de raconter ces histoires là. Sinon j'ai toujours un blocnote sur moi, j'écris constamment. Il faut avoir des heures précises, se lever tôt, écrire de telle heure à telle heure. Quand je dois mettre mes idées dans l'ordre, je dois m'isoler, m'enfermer quelque part, me couper de tout, pour écrire.
On sent cette urgence dans votre travail. Est-ce que c'est le fait d'être arménien, d'avoir vécu au Liban, d'avoir connu la guerre, de trainer ces bagages là… ?
Oui je pense qu'on est constitué de son histoire, de ce qu'on est, de ce qu'on a voyagé, de ce qu'on a subi, de ce qu'on a souffert, de ce qu'on a offert, de nos manques. Je ne fais pas fide mes origines, de mon histoire, du fait de ma migration, de mes exils. Mais le plus important, c'est d'en faire quelque chose. Si on ne fait rien, ça empoisonne. Moi j'ai besoin d'en faire une histoire, un film, une chanson, d'en faire une discussion. Même discuter. Parce que je pense que quand on ne le dit pas, c'est perdu. On est tout ce qu'on a vécu. D'avoir été à la préfecture, d'avoir le sentiment de quémander une carte de séjour, et quand je dis quémander je pèse mes mots. Parce que même quand on a tous les papiers, il manque toujours quelque chose. Ne pas nier l'accueil qu'on nous fait aussi derrière. Tout ça, tous ces obstacles que nous visons nous immigrés, exilés même si aujourd'hui on dit migrants, qui sont faits pour décourager les demandeurs d'asile. Et de l'autre côté il y a un vrai esprit d'accueil en France. On ne peut pas le nier. Donc toutes ces contradictions sont en moi, dans mon travail. Mais aussi le rapport aux hommes, aux femmes, aux mots, au langage, à la poésie, au trivial. Mon langage est fl euri. Ça choque. Mais le monde est constitué de ça, il n'est pas beau tout le temps. C'est même salutaire.
Vos histoires sont d'une belle poésie triviale. Est-ce que vous savez toujours où vous allez quand vous écrivez ?
Non. Je sais pourquoi j'écris, je sais l'histoire que je veux raconter. Mais à l'intérieur de cela , comment ça s'articule, non. La première pièce que j'ai écris est parti d'une image, d'une femme assise sur une machine à coudre. Je ne sais pas ce qui va se passer à l'intérieur d'une histoire. C'est porter aussi plusieurs personnages à bout de bras, ne pas être le porte-parole mais que chaque personnage soit son propre porte-parole. Des fois, j'écris mes positions politiques et j'enlève quand je trouve que c'est trop. Au théâtre on raconte des histoires, ce n'est une arène politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.