Rabat : Colloque international sur la justice pénale et les droits de l'Homme    France. Elisabeth Borne nommée à la tête du gouvernement    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France: fin du masque dans les transports en commun    Casablanca : Débat autour de la musique andalouse    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Calendrier chargé pour les Lions de l'Atlas au mois de juin    Noussair Mazraoui témoigne sa reconnaissance à Labyad et Ziyech    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    La Bourse de Casablanca débute la semaine en hausse    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Finale LdC au Maroc : Al-Ahly veut boycotter la finale et menace la CAF    Akhannouch s'entretient avec le DG de l'ONUDI    L'ONMT organise un light Tour à Paris, Londres et New York    Oracle inaugure le premier Oracle Lab d'Afrique à l'UM6P de Benguerir    Covid-19: Le Maroc a enregistré 54 nouveaux cas et 01 décès en 24H    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    Trois projets de décret au menu du prochain Conseil de gouvernement    La revue de presse du lundi 16 mai    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Vandalisme à Khouribga après le match Raja de Casablanca contre Rapide Oued Zem    Coupe de la CAF: revivez la remontada de la RS Berkane face au TP Mazembe (VIDEO)    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Lourde défaite du SPD de Scholz dans la principale région allemande    Affaire Raissouni : la victime déplore l'incessante «politisation» d'une procédure de droit commun    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Crédit bancaire: L'encours augmente à 989,7 MMDH à fin mars 2022    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Températures prévues pour mardi 17 mai 2022    Tebboun chez Erdogan. Les Algériens offensés par le président des turcs    Nayef Aguerd ne remporte pas le prix Marc-Vivien Foé    Service militaire : adhésion massive des jeunes marocains    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au théâtre, on se met à nu
Publié dans Les ECO le 11 - 04 - 2014


Bouab
Comédien
C'est le plus européen des acteurs marocains, mais on n'oublie pas ses rôles marquants dans les productions marocaines, à savoir «Marock» de Laila Marrakchi ou «Whatever Lola wants» de Nabil Ayouch. Sollicité en Europe où il enchaîne les projets, il est installé à Rabat où il vient se ressourcer avant chaque tournage. À la veille d'une nouvelle aventure en Belgique, Assaad Bouab parle de son «cinéma à lui»... Confidences.
Les ECO : Vous vous apprêtez à commencer le tournage d'un nouveau film. Parlez-nous de ce film. Comment avez-vous réussi à en faire partie ?
Asaad Bouab : C'était à Bruxelles, à l'époque où je jouais les «Justes» d'Albert Camus, une adaptation de Mehdi Dehbi en arabe. Une pièce très originale puisque nous nous sommes mélangés au public. Le jour de la première théâtrale de la pièce à Bruxelles, les réalisatrices Bénédicte Lienard et Mary Jimenez étaient là. Elles m'ont proposé de venir passer les auditions à Bruxelles. Après plusieurs auditions, elles m'ont confié ce beau rôle. C'est un film qui va parler de faits réels ayant eu lieu en Belgique, où des sans-papiers d'horizons différents se sont réunis dans une église et ont entamé une grève de la faim. Les réalisatrices les avaient suivis et avaient fait un documentaire sur eux pendant les grèves de 2008. Elles ont décidé d'en faire un film.
Vous interprétez le rôle d'un homme qui entame la grève de la faim, une histoire vraie. Comment avez-vous préparé ce rôle ?
Mon personnage est un étudiant marocain parti faire ses études à Bruxelles et qui, faute d'avoir bien préparé ses examens, ne va pas obtenir son diplôme et, du coup, va perdre son titre de séjour. C'est un personnage très intéressant car il a une trajectoire compliquée. Je ne peux pas en dire plus. Pour la préparation, j'ai vu des témoignages de grévistes de la faim et j'ai parlé pendant mon séjour à Bruxelles à certaines personnes qui ont été sans-papiers, qui ont dormi dans la rue pendant plusieurs mois, des moments très durs qu'ils ont bien voulu partager avec moi... et j'ai commencé à perdre du poids. Cependant, le plus dur reste à venir: il s'agira d'en perdre le plus possible pendant le tournage car nous tournerons ce film chronologiquement.
Avez-vous un rituel de travail ? Avez-vous une méthode de préparation avant un film définie, ou chaque rôle est différent ?
Je pense effectivement que chaque rôle est différent et cela nous mène à une préparation différente, même si la «base» de la préparation est la même: il faut construire le passé de son personnage! J'ai 33 ans et autant d'années de vie, mais mes personnages n'auront que la vie que je leur aurai créée. Plus je travaille, plus j'enrichis son passé. Il ne faut pas faire l'impasse sur ce travail.
Vous avez souvent incarné des personnages complexes ou historiques. Aujourd'hui, vous portez, à travers vote rôle, une histoire vraie. Vous semblez vous éloigner des rôles de jeune premier de vos débuts...Est-ce un choix ?
Non, c'est vraiment la vie qui m'amène à cela. J'aimerais bien pouvoir avoir des rôles très différents à chaque fois. C'est délicieux de pouvoir faire un grand écart artistique d'un film à l'autre.
Vous avez joué dans l'adaptation des «Justes» de Camus, au théâtre. Où vous retrouvez-vous le plus : au cinéma ou au théâtre ? À quel point est-ce différent ?
Quand il s'agit de vivre l'instant présent, c'est sûr que le théâtre me procure quelque chose de très fort. Par moment on est heureux, par moment déçu... c'est un parcours, mais en direct, à l'instant T, c'est l'ascenseur émotionnel, la palette d'émotions est particulièrement intéressante. Une pièce est différente tous les soirs. Pour le cinéma, on travaille pendant plusieurs semaines, sans avoir a refaire la même scène le lendemain, et le résultat est «le film»... qu'on découvre généralement un an plus tard. En gros, au théâtre, il y a une responsabilité «immédiate»... celle du live.
Vous avez été révélé au public grâce à «Marock», le film de Laila Marrakechi, où vous avez campé le rôle de Mao. Vous attendiez-vous à ce que ce film ait autant de succès ?
J'espérais que ce film plaise bien sûr, mais de là à imaginer qu'il ait ce succès, non!! Cette expérience m'a ouvert beaucoup de portes et je ne remercierai jamais assez Laila Marrakchi de m'avoir accordé sa confiance. Cela fera 10 ans bientôt. Quand je pense à la manière avec laquelle tout cela a commencé... J'ai rencontré la directrice des castings pendant une soirée, elle a vu que je parlais arabe et m'a demandé de venir passer le casting. Je l'ai passé et j'ai eu le rôle! Incroyable! Ce fut pour moi une superbe expérience parce que nous étions une bande de jeunes, pour la plupart débutants, on était au même niveau !
Quel rôle qui ne vous a jamais été proposé aimeriez-vous jouer ?
Des rôles poétiques, décalés, des rôles dans lesquels on ne m'attend pas. J'aimerais pouvoir surprendre, et me surprendre moi- même. Déjà, il y a des rôles qui m'ont marqué au cours de ma carrière. Tout d'abord «Indigènes», parce que c'est historique et c'est une partie de l'histoire qui a marqué et qu'on ne connaissait pas bien. Je jouais le frère de Sami Naciri, et dans ma vie je suis le cadet aussi... J'ai joué ce goumier, qui pendant la deuxième guerre mondiale, rentre dans une église alors qu'il est musulman! C'est quelque chose qui me parle, parce que ma mère est française chrétienne et mon père est marocain musulman. Petit, j'ai déjà été a la mosquée et à l'église. Le deuxième, c'est mon rôle dans Kandisha où je joue un conteur et ça se rapproche beaucoup de ce que j'ai fait, du théâtre! Une nuit, pour le rôle, on a tourné à Jamâa El Fna où j'ai fait le conteur! Il y avait les figurants mais également des passants qui s'arrêtaient... C'est un superbe souvenir.
Pourquoi ne vous voit-on pas dans les productions marocaines ?
Quand on y regarde de plus près, je vous assure que je n'ai pas tant de propositions de réalisateurs marocains que ça. En revanche, j'ai discuté avec un ami réalisateur dont je tairai le nom qui a un très beau projet. Ce n'est pas pour tout de suite, mais je suis impatient de pouvoir faire partie de cette aventure. Impatience, quand tu nous tiens ...(Rires).
Vous verra-t-on un jour derrière la caméra ?
C'est quelque chose qui m'intéresse beaucoup, mais je voudrais d'abord aller le plus loin possible en tant que comédien afin de ne pas avoir de regrets. J'écris déjà, j'ai des idées de scénario, mais j'écris à mon rythme... Je ne suis pas encore prêt, je ne suis pas encore pleinement satisfait de mon parcours de comédien, j'ai encore du chemin à faire et pleins de choses à prouver et à apprendre! J'ai une grande soif d'apprendre, j'écris des textes, je compose, je joue du piano et un petit peu de guitare...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.