Barça: Bartomeu prépare le grand ménage    Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel bilan pour le CSEFRS ?
Publié dans Les ECO le 11 - 07 - 2019

La dernière session du premier mandat du Conseil supérieur de l'éducation et de la formation a été tenue hier. Cinq ans après l'installation de ses membres, quelle place occupe cette instance stratégique dans le processus de réforme de l'enseignement ?
Fin du premier mandat du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), dont les membres ont été installés en juillet 2014 par le souverain. Composé de différents profils (experts, spécialistes, membres ès qualité, syndicalistes, cadres pédagogiques, collectivités territoriales, entreprises…), cette instance a élaboré nombre de rapports sur le système éducatif et pointé les différents dysfonctionnements qui minent le système d'enseignement au Maroc. Le président du CSEFRS, Omar Azziman, affiche sa satisfaction du bilan de ce premier mandat tout en pointant du doigt «les vents contraires et les résistances adverses, ouvertes ou masquées» auxquels se heurte la réforme du système éducatif. La vision stratégique 2015/2030, dont la version finale a été adoptée en mai 2015, constitue l'épine dorsale de l'action du conseil qui a été enrichie au fil du temps par nombre de publications. C'est sur la base de cette vision que le projet de loi-cadre de l'enseignement -qui est toujours bloqué au sein de la Chambre des représentants- a été élaboré. Mais ce texte stratégique, précisons-le, ne reprend pas toutes les recommandations de cette vision, notamment celles concernant la langue d'enseignement des matières scientifiques et techniques, principale pomme de discorde entre les composantes de la majorité gouvernementale au Parlement.
Mettre en oeuvre les recommandations
Aujourd'hui, les députés du PJD appellent à adopter les recommandations de la vision stratégique en matière d'alternance linguistique. Celle-ci, rappelons-le, considère la langue arabe comme langue obligatoire enseignée et langue d'enseignement à tous les niveaux des cycles scolaires. Le conseil supérieur de l'enseignement recommande une nouvelle architecture linguistique fondée sur le plurilinguisme et l'alternance des langues en vue, entre autres, de faire bénéficier équitablement les apprenants de trois langues dans l'enseignement préscolaire et primaire: l'arabe comme langue principale, l'amazigh comme langue de communication et le français comme langue d'ouverture. L'anglais sera introduit en première année de collège (et en quatrième année de primaire à l'horizon 2025). Le conseil prône aussi la diversification des langues d'enseignement en introduisant progressivement l'alternance linguistique comme moyen de perfectionnement des langues en les pratiquant dans l'enseignement de certains contenus ou modules: «c'est ainsi que le français pourra être partiellement langue d'enseignement au lycée à court terme et au collège à moyen terme». Or, du côté du gouvernement, on estime que l'alternance, telle que définie par la vision stratégique, ne répond pas aux exigences pédagogiques et scientifiques et qu'elle a été prônée ainsi par le conseil pour mettre fin à la crise sur la question de la langue d'enseignement. En tout cas, on attend toujours une issue pour le déblocage de l'adoption du projet de loi-cadre. Selon les prévisions, le texte pourrait être définitivement entériné par les deux chambres du Parlement au début de la session automnale en vue d'entamer son application lors de la prochaine rentrée scolaire. Mais rien n'est moins sûr. Par ailleurs, il y a lieu de noter que la mouture initiale du texte fait référence au Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique dans plusieurs articles. Mais visiblement, les députés entendent limiter le champ d'action de cette institution consultative qui est certes, à caractère consultatif, mais dont le rôle est fondamental dans la réforme du secteur.
Révision des manuels scolaires
La première version consensuelle des groupes parlementaires de la chambre basse supprime plusieurs dispositions stipulant le recours au conseil supérieur pour consultation. À titre d'exemple, les députés veulent amender l'article 12 en supprimant la disposition mentionnant la soumission du plan pluriannuel de l'enseignement supérieur pour avis au Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique. Autre exemple: l'article 26 du projet de loi-cadre exige la nécessité de demander l'avis du conseil sur «la charte de l'apprenant» avant d'entamer sa mise en oeuvre. L'amendement prévu consiste à supprimer le caractère obligatoire de cette mesure ainsi que sa soumission en amont au CSEFRS. Les parlementaires entendent aussi enlever la disposition de l'article 28 exigeant l'avis du conseil sur le système d'évaluation qui sera la base de la révision des manuels scolaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.