Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Nouvelle possibilité d'achat de billets de foot    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF 2020: Les chiffres à retenir
Publié dans Les ECO le 21 - 10 - 2019

Le projet de loi de finances (PLF-2020), adopté jeudi dernier à Rabat par le Conseil de gouvernement, vise, selon un communiqué du porte-parole du gouvernement, un taux de croissance du PIB de 3,7%.
Cet objectif fondé sur l'hypothèse d'une récolte céréalière de 70 millions de quintaux, un cours moyen de pétrole à 67 dollars le baril et un prix moyen du gaz butane à 350 dollars la tonne. Parmi les grands chiffres, figure la proposition de réduire le taux marginal de l'impôt sur les sociétés (IS) de 31 à 28% pour les sociétés industrielles, au titre de leur chiffre d'affaires (CA) local, indique la note de présentation du PLF. Cette réduction ne profite pas aux sociétés industrielles dont le bénéfice net est égal ou supérieur à 100 millions de dirhams (MDH), précise cette note publiée sur le portail du ministère de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration.
Le PLF-2020 propose aussi de relever le taux de l'IS marginal pour ces sociétés au titre de leur CA à l'export de 17,5 à 20%. Ces deux mesures s'inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre des orientations stratégiques visant la baisse progressive de la pression fiscale sur ces sociétés et la convergence à terme vers un taux unifié applicable au CA local et à l'export. Elles ont également pour objectif de promouvoir l'investissement productif et de dynamiser la création d'emplois.
L'activité industrielle s'entend de toute activité qui consiste à fabriquer ou à transformer directement des biens meubles corporels moyennant des installations techniques, matériel et outillage, dont le rôle est prépondérant. Le projet de loi de finances (PLF), relatif à l'exercice budgétaire de l'année 2020, prévoit une dotation globale de 13,64 milliards de dirhams (MMDH), au titre de la compensation, selon le ministère de l'Economie et des finances. En attendant l'opérationalisation du Registre social unique qui permettra de coordonner et de restructurer l'ensemble des aides sociales, les prix du gaz butane, du sucre et de la farine nationale continueront à être subventionnés en 2020, indique le ministère dans un rapport sur la compensation accompagnant le PLF 2020.
Budget
Quant au solde du budget de l'Etat, au titre de l'année 2020 (hors produits des emprunts et hors amortissement de la dette publique à moyen et long termes), il est de 71.541.067.000 dirhams, selon la note de présentation du projet de loi de finances (PLF-2020). Les besoins résiduels de financement de la loi de Finances s'élèvent à plus de 41,8 milliards de dirhams (MMDH), en augmentation de 61,42% par rapport à l'année 2019.
S'agissant des charges du budget de l'Etat, elles atteignent près de 488,6 MMDH en 2020, dont un montant de plus de 8,1 MMDH au titre des dépenses relatives aux remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, fait savoir la même source, précisant que la somme totale des charges, hors lesdites dépenses, s'élève à 480,4 MMDH, en hausse de 10,98%, comparativement avec l'exercice 2019.
Pour ce qui est des ressources, elles se chiffrent à 446,7 MMDH, dont 8,1 MMDH au titre des recettes objets de remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, fait savoir la note, ajoutant que le total net de ces ressources est de 438,6 MMDH, en évolution de 7,76% par rapport à l'année en cours. L'effort d'investissement global du secteur public, au titre de l'exercice 2020 s'élève, tous supports inclus, à 198 milliards de dirhams (MMDH), selon la note de présentation du projet de loi de finances (PLF-2020).
Programmes d'investissement
Les Entreprises et établissements publics s'accaparent une part de 51% de cette enveloppe, soit près 101,2 MMDH, suivis du budget général de l'Etat, des comptes spéciaux du Trésor (CST) et des services de l'Etat gérés de manière autonome (SEGMA), avec une part de 39% (77,3 MMDH) et les collectivités territoriales (10%, soit 19,5 MMDH), précise cette note publiée samedi sur le site du ministère de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration.
En détail, les programmes d'investissement, financés dans le cadre des CST et non couverts par des transferts du Budget général s'élèvent à 14,37 MMDH et portent principalement sur le renforcement du réseau routier national, le soutien d'actions relevant des secteurs de l'agriculture, des eaux et forêts, de l'élevage, de l'audio-visuel, de l'habitat, de la justice, de la culture, des sports, de l'aide aux jeunes promoteurs et le financement de programmes socio-éducatifs. Les programmes d'investissement relevant des SEGMA se chiffrent à près de 297,36 millions de dirhams (MDH).
S'agissant des budgets d'investissement des collectivités territoriales, ils sont consacrés essentiellement à la mise en place des infrastructures destinées à améliorer les conditions de vie des populations. Les efforts seront concentrés, d'après la note, sur l'extension et le renforcement des réseaux de voirie et d'assainissement, les constructions d'infrastructures culturelles, sportives et de loisirs, de marchés et d'édifices publics ainsi que les aménagements de jardins et d'espaces verts. Les dépenses y afférentes sont de 19,5 MMDH.
Par ailleurs, les programmes d'investissement des EPP, y compris ceux du Fonds Hassan II pour le développement économique et social, couvrent principalement les secteurs de l'énergie, des télécommunications, de l'habitat, de l'agriculture, de l'électricité, de l'eau potable, des phosphates et leurs dérivés, des autoroutes et des transports aériens, maritimes et ferroviaires. Le PLF 2020 repose sur quatre priorités dont la mise en œuvre effective de la loi-cadre relative à la réforme du système de l'éducation et la formation en tant que base pour réduire les disparités et consacrer le principe de l'égalité des chances.
Le PLF 2020 sera accompagné de plusieurs mesures, notamment la mise en œuvre de la loi-cadre relative à la réforme du système d'éducation, de la formation et de la recherche scientifique, et ce, à travers la création de nouveaux emplois pour une enveloppe de 72,4 milliards de dirhams (MMDH). Parmi ces mesures, figurent également la poursuite de la mise en œuvre du plan «Santé 2025» à travers la création de 4.000 emplois d'un coût global de 18,6 MMDH, tout en mettant l'accent sur l'exonération de la TVA sur les vaccins au niveau national et à l'importation, et l'allocation d'environ 18 MMDH pour la réduction des disparités spatiales et sociales.
Il s'agit aussi d'appuyer à hauteur de 26 MMDH le pouvoir d'achat des catégories vulnérables et de la classe moyenne à travers la mise en œuvre des obligations contenues dans l'accord du dialogue social, de subventionner les produits de première nécessité dans le cadre de la Caisse de compensation (14,6 MMDH tenant en compte les procédures y afférentes), d'allouer quelque 9,6 MMDH pour la mise en place de la régionalisation avancée, et de relancer l'investissement public en assurant le soutien aux TPE et PME et en mettant en œuvre les recommandations des 3es Assises nationales sur la fiscalité. Selon le communiqué, le projet de loi de finances 2020 a été élaboré conformément à un ensemble d'engagements résumés dans le coût du dialogue social, fixé à 6 milliards de dirhams (MMDH) au titre de l'année 2020, en plus des 5,3 MMDH alloués au cours de l'exercice 2019, la mobilisation des ressources financières allouées aux régions ainsi que les remboursements au titre de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) fixés à 10 MMDH.
Dans le même contexte, le ministre de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, a souligné la nécessité d'adopter trois mesures nécessaires en vue de contrôler le déficit par rapport au PIB, à savoir la rationalisation des dépenses liées à la gestion de l'administration, le recours à des mécanismes de financement innovants dans le cadre de partenariats institutionnels, la gestion active des biens de l'Etat et des institutions publiques ainsi que la poursuite des opérations de privatisation.+


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.