Vaccin anti-Covid-19: un institut indien compte produire plus de 100 millions de doses    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Macron réclame une enquête internationale    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Développement. Comment profiter de l'aubaine démographique
Publié dans Les ECO le 31 - 10 - 2019

La croissance de la population est un atout pour le décollage économique. Seulement, une transformation structurelle de l'économie s'impose pour pouvoir absorber les effectifs croissants de la population en âge d'activité.
Le rapport du Haut-commissariat au plan (HCP) sur la population et le développement, financé par le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), met en avant les réformes lancées par le Maroc mais aussi les contraintes qui persistent et nécessitent des «efforts pour accompagner les changements que connaît la démographie du pays».
Le Haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi, estime que la modification du profil de la jeunesse, plus instruite aujourd'hui, pousse les pouvoirs publics à être plus engagés dans les réformes économiques et sociales, et ce en vue d'une meilleure répartition des revenus et pour la promotion des opportunités de participation politique. Il ressort du rapport du HCP que les défis sont de taille, à commencer par la nécessité de saisir l'aubaine démographique. Depuis la période 2005/2010, l'évolution du rapport de dépendance affiche une stabilité de 60%: une personne active prend en charge moins d'une personne inactive. Ce décalage «positif» diminuera avec le temps pour remonter à partir de la période 2035/2040, jusqu'à atteindre 70 personnes inactives à la charge de 100 personnes actives à l'horizon 2050.
Le HCP précise que cette importance de la population active est bénéfique à la concrétisation du décollage économique du Maroc. Mais encore faut-il mettre en place les conditions nécessaires à ce décollage économique. Aussi, une transformation structurelle de l'économie nationale s'impose afin de répondre aux besoins des jeunes qui affluent sur le marché du travail.
À cet égard, Lahlimi rappelle le problème du taux d'activité qui est en train de baisser, de même que le taux d'emploi. Les effectifs croissants de la population en âge d'activité s'accroissent de presque 400.000 personnes chaque année. Et uniquement 47% de cette population est sur le marché du travail. Ces données doivent interpeller les pouvoirs publics et constituer une «préoccupation pour la préservation de la cohésion et de la stabilité sociales». Toutes les voies doivent être explorées pour exploiter l'aubaine démographique. Celle-ci demeure sous-utilisée comme en atteste le taux de chômage, notamment celui des diplômés, qui a atteint 18%.
Les données du HCP devront interpeller les pouvoirs publics sur la qualité de la formation et son adéquation avec les besoins du marché du travail. 51,03% des individus ayant un diplôme de faculté ont une longue durée de chômage dépassant 12 mois, suivis par ceux qui ont un diplôme secondaire (42,65%), alors que 86,7% des individus n'ayant aucun diplôme ont une durée de chômage plus courte, n'excédant pas six mois. Cette situation est en partie expliquée, par le Haut-commissariat au plan, par la flexibilité du marché du travail. Mais force est de constater que «d'autres contraintes structurelles de l'économie sont derrière ces insuffisances». Ainsi, sont proposés des mécanismes d'équilibrage entre la flexibilité et la sécurité de l'emploi à travers la mise en place de politiques alternatives telles que l'intervention de période de crise pour éviter les pertes d'emploi, l'extension de l'assurance chômage, le travail à temps partiel… Il est également recommandé de diversifier le tissu productif. Cette diversification doit être basée sur la valorisation des avantages comparatifs avec l'émergence de nouvelles spécialisations.
Pour le HCP, cette diversification est un élément important qui doit être accompagné d'un effort d'adaptation des structures productives et du cadre institutionnel à l'exigence du choix de l'ouverture dans un contexte de mondialisation accélérée. Tous les efforts seront vains sans la valorisation du capital humain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.