Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    L'Algérie pleure ses morts emportés par les inondations, Tebboune pleure la mère de Brahim Ghali    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    10 millions DH pour réhabiliter la zone industrielle Moghogha à Tanger    Déclarer et payer l'impôt sont deux obligations distinctes    Les femmes fortement impactées par la pandémie    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    Covid-19 : Les femmes frappées de plein fouet par le chômage    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Le Maroc élu à la vice-présidence    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    5 millions DH pour faire de Dakhla capitale mondiale du foil    Barça: Laporta déclare la guerre au PSG à cause de Messi    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Harcèlement sexuel : accusé à nouveau et isolé, Andrew Cuomo écarte une démission    ANRT : croissance soutenue du parc de l'internet    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Oujda : Un individu placé sous surveillance médicale met fin à ses jours    Maroc-USA Examen des moyens de renforcer la coopération culturelle    Le Maroc, deuxième partenaire commercial africain du Mexique    Voici le nouveau président du FC Barcelone !    Guinée équatoriale : 15 morts et 500 blessés dans des explosions accidentelles dans un camp militaire    Prévisions météorologiques pour le lundi 8 mars 2021    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    Manifestants asiatiques et rêve américain    Rencontre avec Mustapha Jmahri autour de la mémoire d'El Jadida    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    Ahlam Aboulamal, Une vie rythmée par le monde des arts et du spectacle    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Abdelouafi Laftit : L'étape actuelle exige l'implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence
Publié dans Les ECO le 10 - 12 - 2019

La "cyberviolence", nouvelle forme de violence qui s'est développée avec l'arrivée des nouvelles technologies de l'information et de la communication et l'expansion des réseaux sociaux, touche près de 1,5 million de femmes au Maroc, selon une enquête élaborée par le Haut-commissariat au Plan (HCP).
"Avec une prévalence de 14%, près de 1,5 million de femmes sont victimes de violence électronique au moyen de courriels, d'appels téléphoniques, de SMS, etc", indique cette enquête réalisée entre février et juillet 2019 et dont les premiers résultats sont publiés à l'occasion de la campagne nationale et internationale de mobilisation pour l'élimination de la violence à l'encontre des femmes.
Le risque d'être victime de ce type de violence est plus élevé parmi les citadines (16%), les jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans (29%), celles ayant un niveau d'enseignement supérieur (25%), les célibataires (30%) et les élèves et étudiantes (34%), relève le HCP, précisant que cette forme de violence est dans 77% des cas le fait d'une personne inconnue.
L'enquête révèle que le harcèlement sexuel est le principal acte de violence faite aux femmes dans les lieux publics où 13% sont violentées au cours des 12 derniers mois (1,7 million de femmes), 16% en milieu urbain et 7% en milieu rural.
Le reste des cas de cyberviolence revient, à parts égales de près de 4%, à des personnes ayant un lien avec la victime notamment le partenaire, un membre de la famille, un collègue de travail, une personne dans le cadre des études ou un(e) ami(e).
Cette prévalence est prépondérante parmi les femmes jeunes âgées de 15 à 24 ans (22%), les célibataires (27%), les femmes ayant un niveau d'enseignement supérieur (23%) et les ouvrières (23%), fait remarquer le HCP, ajoutant que 49% des cas de violence commis dans ces lieux sont en majorité imputables au harcèlement sexuel, 32% à la violence psychologique et 19% à la violence physique.
Suite à l'incident de violence physique et/ou sexuelle le plus grave subi par les femmes au cours des 12 derniers mois, 10,5% des victimes de violences contre 3% en 2009 (près de 18% pour la violence physique et moins de 3% pour la violence sexuelle) ont déposé plainte auprès de la police ou d'une autre autorité compétente. Elles sont moins de 8% à le faire en cas de violence conjugale contre 11,3% pour la violence non conjugale.
La résolution du conflit par consentement, l'intervention de la famille, la crainte de la vengeance de l'auteur de violence, le sentiment de honte ou d'embarras particulièrement en cas de violence sexuelle, sont les principales causes qui empêchent les victimes à déposer une plainte auprès des autorités compétentes.
Le recours des victimes à la société civile suite à la survenue de l'incident de violence ne concerne que 1,3% des femmes. Il est de 2,5% pour les victimes de la violence conjugale contre 0,3% en cas de violence dans les autres cadres de vie.
Cette enquête a couvert l'ensemble du territoire national, avec un échantillon de 12.000 filles et femmes et 3.000 garçons et hommes âgés de 15 à 74 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.