Emmanuel Macron aurait-il été espionné à son insu par le renseignement extérieur français ?    Affaire Pegasus : Mélenchon doute des accusations portées contre le Maroc    Pegasus : le Maroc riposte, Christian Cambon bat en brèche des imputations diffamatoires    Affaire Pegasus: Le Maroc accuse    Affaire Pegasus : l'interview de Nasser Bourita avec Jeune Afrique    Position extérieure globale: une situation nette débitrice de 731,6 MMDH en 2020    Transparency Maroc critique l'adoption hâtive de la réforme fiscale et la juge "incomplète"    Fête du Trône: Plus de 80 pays au séminaire de l'ANU-Maroc    Maroc/Reste du monde: 685 milliards de DH de transactions commerciales en 2020    Balance des paiements: allégement du déficit du compte des transactions courantes de 62,3% en 2020    La démission du DTN ? S'agit-il vraiment d'un départ volontaire ?    Botola Pro D1 / 29ème journée / Acte1 : Une journée cruciale pour les relégables !    JO / Foot féminin : Les Pays-Bas sans pitié envers la Zambie (10 à 3)    La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sous haute surveillance sanitaire à Tokyo    L'AC Milan insiste toujours pour enrôler Hakim Ziyech    Tokyo 2020: suivez en direct la cérémonie d'ouverture (VIDEO)    Exclusif : Johnson & Johnson attendu samedi, deux millions de doses de Sinopharm reçues ce vendredi    Le ministère de la santé se désolidarise d'une brochure sur la Covid-19    Covid-19 : De nouvelles mesures restrictives sur fond d'inquiétudes    Covid-19 : le variant Delta à l'assaut du Maroc, 1 910 nouvelles infections recensées    Le Maroc reçoit de nouvelles doses du vaccin Sinopharm    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    Message du roi Mohammed VI au président Al-Sissi    Real Madrid: Karim Benzema positif au coronavirus    La Bourse de Casablanca démarre en légère hausse    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Qui sont nos 48 représentants aux JO ?    Canicules, vagues de chaleur : 4 fausses bonnes idées    Recrudescence des cas Covid et importance de la vaccination... le point avec Pr. Chakib Abdelfattah    France: une nouvelle loi antiterroriste adoptée    Automobile: fin des moteurs à combustion d'ici 2030, c'est l'engagement des constructeurs mondiaux    Agadir-Ida Outanane: des unités médicales mobiles au profit de la population rurale    Me Olivier Baratelli : «le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus»    Stylisme et cinéma au programme de la nouvelle édition du Journal des Arts (vidéo)    Liban : les ménages dépensent cinq fois le salaire minimum pour se nourrir (étude)    Affaire Pegasus. Bourita: « Le Maroc aussi a choisi de faire confiance à la justice en interne et à l'international »    Nouvelle manifestation contre le passeport sanitaire le 24 juillet en France    Inondations: Angela Merkel appelle à "accélérer" la lutte contre le changement climatique    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    L'AG de l'ONU adopte une résolution marocaine proclamant une journée internationale contre le discours de haine    Hajj 1442 : Les pèlerins effectuent la lapidation des « jamarat » pour le 2è jour de Tachriq    Le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Adha et procède au rituel du sacrifice    "Nektachfou Bladna"-Replay: La bonne humeur est garantie !    VIDEO// Abderrahmane Tazi parle de son film sur Fatema Mernissi sur Info Soir de 2M    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gestion du Covid-19: le Maroc se démarque en Afrique
Publié dans Les ECO le 06 - 04 - 2020

Face à la crise sanitaire mondiale liée au Covid-19, le Maroc a été à la fois l'un des plus rapides et des plus énergiques dans sa réaction devançant ainsi tous ses voisins africains et mêmes ses partenaires européens comme l'Italie ou la France, a révélé le Groupe de conseil Finactu, dans une étude de 35 pages.
Cette mini-enquête du cabinet spécialisé sur le continent africain pour des missions de conseil stratégique, opérationnel et financier paraît dans un contexte où le monde entier affronte, depuis le début de l'année, une crise sanitaire sévère provoquée par un virus nouveau, le SRAS Cov 2, aussi appelé Coronavirus ou Covid-19. Une crise qui provoque une grande inquiétude chez 1,3 milliard d'Africains.
Trois questions taraudent les esprits, de Casablanca à Abidjan et de Dakar à Libreville : le continent parviendra-t-il à rester à l'écart de cette pandémie et quelles conséquences cela aura-t-il sur la vie quotidienne ? Combien de morts au bout du tunnel ? Et, sur le moyen terme, quel sera l'impact économique ? «Fortes de leur connaissance intime du continent», les équipes de Finactu ont souhaité collecter et analyser les éléments de réponse à ces trois questions.
L'une des premières tentatives de réponses à ces interrogations, c'est qu'incontestablement, les autorités africaines ont fait preuve d'une réactivité remarquable face à la crise sanitaire et si l'Algérie qui détient le triste record des décès au 30 mars avec 31 morts, se distingue des pays africains en étant l'un des derniers à avoir mis en place un confinement pour contenir la propagation du virus, le Maroc a été à la fois l'un des plus rapides et des plus énergiques dans sa réaction, imposant la suspension quasi-systématique des vols aériens et un confinement obligatoire de la population dès le 16e jour, donc trois fois plus rapidement que l'Italie ou la France, a révélé le Groupe de conseil, Finactu, dans cette étude de 35 pages.
Le groupe magnifie les «courageuses mesures économiques, sociales et fiscales prises par le Maroc en date du 20 mars 2020», à savoir l'octroi d'une indemnité mensuelle de 2.000 DH nette par mois pour les salariés déclarés à la CNSS en février 2020, le maintien de l'assurance maladie obligatoire (AMO) en faveur des salariés déclarés, le report des échéances des crédits bancaires immobiliers et à la consommation jusqu'à fin juin 2020 pour les personnes ayant souffert d'une baisse de leur revenu pendant cette période. À cela, il faut ajouter l'octroi de la possibilité de report des échéances des crédits bancaires (et de leasing) jusqu'à fin juin 2020, l'attribution de lignes de financement supplémentaires pour les sociétés rencontrant des problèmes de trésorerie et dont l'activité est maintenue grâce à des garanties mises en place par la Caisse centrale de garantie ainsi que la possibilité de report des déclarations fiscales du 31 mars à fin juin 2020 pour les sociétés ayant réalisé un chiffre d'affaires inférieur à 20 MDH pour ne citer que ces mesures.
Une série de mesures qui vont se relever pertinentes quand on sait combien la rapidité avec laquelle la plupart des autorités politiques du continent ont réagi face au Covid-19 en stoppant les facteurs de contagion pourrait bien permettre à l'Afrique d'éviter une crise sanitaire dramatique.
Gare aux pays qui ont longtemps hésité avant de prendre des mesures préventives ou qui traînent encore les pieds. En premier lieu, ils seront victimes des mécanismes qui frappent le monde entier avec un choc massif sur la demande et sur l'offre à court terme puis une vague de faillites en chaîne, débouchant in fine sur une reprise atone et une longue période de croissance molle, ont averti les spéléistes de Finactu. La faiblesse des marchés de capitaux sur le continent, ajoutent-t-ils, atténuera en partie l'effet domino que vont connaître les économies occidentales où la chute sans précédent des bourses va fragiliser très profondément les bilans des institutions financières, mais cette consolation est d'une faible portée. L'enquête met également à nu d'autres facteurs aggravants de la pandémie en Afrique tels que le manque de lits en réanimation et d'infrastructures.
Non seulement l'Afrique a des dépenses de santé très inférieures à la moyenne mondiale mais la part des infrastructures dans ces dépenses est 5 fois plus faible, souligne Finactu avant d'ajouter que le continent se caractérise par un manque cruel de médecins et plus généralement de professionnels de santé, que dénonce régulièrement l'OMS. Globalement, l'Afrique compte un médecin pour 5.000 habitants, soit 5 fois moins que la moyenne mondiale, s'indignent les enquêteurs. Là encore, le Maroc fait exception avec ses 3.000 lits devant l'Algérie qui n'en compte que 2.500 ou l'Afrique du Sud, trois fois moins équipée que le royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.