Al-Hilal fait de Younès Belhanda l'une de ses priorités    Urgent : Affrontement entre l'armée espagnole et les Herragas de Sebta    Blé : le gouvernement gagnera-t-il son pari ?    Renault Maroc : Le groupe atteint 60% de taux d'intégration    Le président du MAK, Ferhat Mehenni, placé en garde à vue (sources kabyles)    Réunion jeudi du conseil de gouvernement    Botola Pro D1: Le HUSA et le MAS assurent l'essentiel    Virée réussie pour le Raja à Johannesburg    Arab Futsal Cup : Début, ce jeudi, au Caire    Vague de chaleur de jeudi à samedi dans plusieurs provinces du Royaume (Bulletin spécial)    Philip Morris International nomme Jacek Olczak au poste de Président-Directeur Général    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les opérateurs économiques abordent le virage 2021 avec optimisme    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Province de Khouribga: Création de 45 unités de l'enseignement préscolaire avec l'appui de l'INDH    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    Maroc-Espagne : Une crise aux multiples facettes    Euro 2020-2021 : Karim Benzema serait-il sur la liste de Didier Deschamps dévoilée ce soir !?    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    La France efface la dette du Soudan    Pour une nouvelle organisation des souks hebdomadaires en milieu rural    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Les détenus provisoires encombrent les prisons    L'appel de SAR la Princesse Lalla Hasnaa devant la Conférence mondiale de l'Unesco    Vidéo : le vrai visage de la Deutsche Welle (DW), entre autocensure et partialité    Aide humanitaire au profit des Palestiniens : un deuxième avion militaire arrive au Caire    Sebta : l'Espagne entame les expulsions, Pedro Sánchez annule un voyage à Paris    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Assurance : Les crèches sommées de jouer la transparence    Formation : Des Marocains décrochent un MBA de Springfield University    Des personnalités palestiniennes saluent l'initiative marocaine de solidarité envers le peuple palestinien    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    La Légation américaine de Tanger fête ses 200 ans    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Monétique: l'activité toujours impactée par les conséquences de la pandémie    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Expo : le retour aux sources de Hind Chaouat
Publié dans Les ECO le 28 - 09 - 2020

«At Tine wa Azzaytoune» de l'artiste-photographe Hind Chaouat, se tient à la Amharech ArtSpace du 23 septembre au 8 octobre. L'occasion de découvrir ou redécouvrir l'univers aussi authentique qu'intense de la photographe marocaine.
L'installation At Tine wa Azzaytoune est composée d'une photo At Tine et de deux vidéo Azzaytoune L et Azzaytoune R. Le spectateur est face à cette installation qui se tient dans l'espace de la vitrine de la Artspace, dans son interface. L'installation est composée de deux vidéos du même format, qui vont dans les sens contraires : Left and Right. De l'autre côté de l'interface se tient une installation de trois oliviers grandeur nature, dans leur centre une photographie, la photo statique du figuier At Tine, en grandeur réelle. At Tine est une photographie réalisée après plusieurs semaines de confinement. Destiné à être dépoté et planté en pleine nature, l'arbuste se retrouve à subir le même traitement que les humains, coincé sur le petit balcon d'appartement au cœur d'une ville qui elle-même est coupée du monde et surtout de la nature.
À l'heure où la nature se déploie partout dans le monde à l'abri de la pollution, At Tine se retrouve coincé dans un pot comme asphyxié. La vidéo de base, qui a servi à la réalisation des deux vidéos, Azzaytoune L et Azzaytoune R, a été filmée une année avant la pandémie, pratiquement jour pour jour. Elle a été tournée dans la région de Fès. «C'était la dernière fois que j'étais allée là-bas, dans le cadre de ma résidence sur le thème de la permaculture», explique la photographe. Azzaytoune L représente le paysage de gauche sur lequel les oliviers défilent de façon accélérée sur les cinq premières secondes, puis au ralenti. Azzaytoune R représente le paysage de droite sur lequel les oliviers défilent au ralenti, puis il y a une accélération sur les cinq dernières secondes. C'est cet alignement qui est important dans la démarche de l'artiste. «J'ai voulu mettre l'accent sur notre rapport au temps qui n'est pas du tout le même lorsqu'on est libre et qu'on en dispose comme bon nous semble. Lorsqu'on est confiné, on le subit comme s'il était figé pour l'éternité. Le spectateur pourra aussi ressentir cet inconfort que nous avons senti au tout début du déconfinement, une fois qu'on nous a rendu notre liberté, mais qu'on n'arrivait toujours pas à savoir si le temps défilait ou s'il était encore figé. La musique est le morceau Inas Inas de Rouicha, ce chanteur amazigh que mon père écoutait souvent quand j'étais enfant. J'ai mis juste les notes jouées au gambri, pas de paroles», confie Hind Chaouat , artiste plasticienne, née à Fèsen 1979. Elle vit et travaille entre Casablanca, Paris et Palerme. Enfant polyglotte, Hind Chaouat bénéficie d'un enseignement dont la pédagogie repose sur l'éducation sensorielle et kinesthésique. Lauréate d'Icart Photo du Groupe EDH à Paris, l'artiste est également titulaire d'une maîtrise AES de l'université des Sciences sociales de Toulouse.
En 2016, Hind Chaouat réalise la vidéo «Flawlessness» qui dénonce la violence à l'encontre des femmes et remporte plusieurs prix. C'est à partir de cette date que ses travaux sont connus et reconnus sur la scène internationale. L'artiste s'engage depuis une quinzaine d'années dans le déploiement d'une œuvre qui bouscule les codes et les idées reçues. Aux frontières de la photographie d'art, de publicité et de mode, elle s'acharne à brouiller les pistes. «Hind Chaouat a son propre style et manière personnelle de représentation des paysages qui lui font face. Travellings passagés teintés de la douceur du jour en pastel d'une nature sauvage : c'est ainsi que nous pouvons décrypter son art. La vidéo présente des extraits de performances sensorielles soupçonnées de nostalgie. L'artiste, généralement sulfureuse, propose ici la simplicité qui est si complexe dans la nature. Source de vie… oliviers… espérance… figuier… suffisance, ainsi soit-il ! Le travail de Hind Chaouat nous ramène à protéger la nature en montrant une vidéo presque kubriquienne baignée de vérité», souligne Nawal Amharech, directrice de la Artspace.
Jihane Bougrine / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.