Vaccin anti-covid: les dernières révélations de Khalid Ait Taleb    Dématérialisation/TGR : Un nouveau service à partir du 1er novembre    Le Conseil Supérieur des Oulémas rejette et dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions, à leur tête les Prophètes    Soutiens sans réserves au Plan d'autonomie au Sahara devant la IVème commission de l'ONU    Le Maroc, un important marché pour Emirates    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Afrique de l'Ouest : Difficile quête de paix dans un contexte de Covid-19    Présidentielle US : Trump se moque de Biden (vidéo)    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le message du Premier secrétaire adressé à l'ensemble des Ittihadies et Ittihadis    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Hamid Bentahar, président du CRT Marrakech-Safi : « Il est primordial d'accélérer l'ouverture des lignes aériennes »    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Le rachat des activités de Bombardier au Maroc enfin officialisé    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2264 nouveaux cas, 199.745 au total, lundi 26 octobre à 18 heures    Port du masque : Plus de 624.000 contrevenants arrêtés entre 25 juillet et 23 octobre    Le MAE tchadien tacle le polisario depuis Rabat    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Redressement progressif des échanges commerciaux    Nabil Benabdallah: «Le gouvernement est en déphasage par rapport aux orientations royales»    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Après Casablanca, cinq villes placées sous haute surveillance    Les folies d'Erdogan    Policy Center for the New South : « La Démondialisation », thème de la 9éme édition des Dialogues Stratégiques    Maroc/Eswatini : l'industrie et la santé au cœur de deux accords    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Que le livre et la lecture triomphent!    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    La RSB renaît de ses cendres    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    France: le Conseil scientifique annonce des prévisions pessimistes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Expo : le retour aux sources de Hind Chaouat
Publié dans Les ECO le 28 - 09 - 2020

«At Tine wa Azzaytoune» de l'artiste-photographe Hind Chaouat, se tient à la Amharech ArtSpace du 23 septembre au 8 octobre. L'occasion de découvrir ou redécouvrir l'univers aussi authentique qu'intense de la photographe marocaine.
L'installation At Tine wa Azzaytoune est composée d'une photo At Tine et de deux vidéo Azzaytoune L et Azzaytoune R. Le spectateur est face à cette installation qui se tient dans l'espace de la vitrine de la Artspace, dans son interface. L'installation est composée de deux vidéos du même format, qui vont dans les sens contraires : Left and Right. De l'autre côté de l'interface se tient une installation de trois oliviers grandeur nature, dans leur centre une photographie, la photo statique du figuier At Tine, en grandeur réelle. At Tine est une photographie réalisée après plusieurs semaines de confinement. Destiné à être dépoté et planté en pleine nature, l'arbuste se retrouve à subir le même traitement que les humains, coincé sur le petit balcon d'appartement au cœur d'une ville qui elle-même est coupée du monde et surtout de la nature.
À l'heure où la nature se déploie partout dans le monde à l'abri de la pollution, At Tine se retrouve coincé dans un pot comme asphyxié. La vidéo de base, qui a servi à la réalisation des deux vidéos, Azzaytoune L et Azzaytoune R, a été filmée une année avant la pandémie, pratiquement jour pour jour. Elle a été tournée dans la région de Fès. «C'était la dernière fois que j'étais allée là-bas, dans le cadre de ma résidence sur le thème de la permaculture», explique la photographe. Azzaytoune L représente le paysage de gauche sur lequel les oliviers défilent de façon accélérée sur les cinq premières secondes, puis au ralenti. Azzaytoune R représente le paysage de droite sur lequel les oliviers défilent au ralenti, puis il y a une accélération sur les cinq dernières secondes. C'est cet alignement qui est important dans la démarche de l'artiste. «J'ai voulu mettre l'accent sur notre rapport au temps qui n'est pas du tout le même lorsqu'on est libre et qu'on en dispose comme bon nous semble. Lorsqu'on est confiné, on le subit comme s'il était figé pour l'éternité. Le spectateur pourra aussi ressentir cet inconfort que nous avons senti au tout début du déconfinement, une fois qu'on nous a rendu notre liberté, mais qu'on n'arrivait toujours pas à savoir si le temps défilait ou s'il était encore figé. La musique est le morceau Inas Inas de Rouicha, ce chanteur amazigh que mon père écoutait souvent quand j'étais enfant. J'ai mis juste les notes jouées au gambri, pas de paroles», confie Hind Chaouat , artiste plasticienne, née à Fèsen 1979. Elle vit et travaille entre Casablanca, Paris et Palerme. Enfant polyglotte, Hind Chaouat bénéficie d'un enseignement dont la pédagogie repose sur l'éducation sensorielle et kinesthésique. Lauréate d'Icart Photo du Groupe EDH à Paris, l'artiste est également titulaire d'une maîtrise AES de l'université des Sciences sociales de Toulouse.
En 2016, Hind Chaouat réalise la vidéo «Flawlessness» qui dénonce la violence à l'encontre des femmes et remporte plusieurs prix. C'est à partir de cette date que ses travaux sont connus et reconnus sur la scène internationale. L'artiste s'engage depuis une quinzaine d'années dans le déploiement d'une œuvre qui bouscule les codes et les idées reçues. Aux frontières de la photographie d'art, de publicité et de mode, elle s'acharne à brouiller les pistes. «Hind Chaouat a son propre style et manière personnelle de représentation des paysages qui lui font face. Travellings passagés teintés de la douceur du jour en pastel d'une nature sauvage : c'est ainsi que nous pouvons décrypter son art. La vidéo présente des extraits de performances sensorielles soupçonnées de nostalgie. L'artiste, généralement sulfureuse, propose ici la simplicité qui est si complexe dans la nature. Source de vie… oliviers… espérance… figuier… suffisance, ainsi soit-il ! Le travail de Hind Chaouat nous ramène à protéger la nature en montrant une vidéo presque kubriquienne baignée de vérité», souligne Nawal Amharech, directrice de la Artspace.
Jihane Bougrine / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.