L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    Tel-Aviv accueille le premier incubateur israélo-marocain    Nouvelle distinction pour Dakhla Attitude    La CCIS de Dakhla-Oued Eddahab et Attijariwafa Bank scellent un partenariat pour soutenir les commerçants et lesTPE    Mobilité propre : Volvo capitalisera désormais sur l'électrique cette année    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    Joe Biden marque la rupture avec Trump à son arrivée à la Maison Blanche    Matteo Renzi, le ténor toscan devenu inaudible    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Botola Pro D2: Le RAC et le TAS se neutralisent    La Juventus s ' adjuge la Supercoupe d'Italie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1164 nouveaux cas, 4 63. 706 au total, jeudi 21 janvier 2021 à 18 heures    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    Ecrivain le plus lu de France, Guillaume Musso a écrasé ses concurrents en 2020    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Faculté de droit de Rabat : Des partenariats pour l'inclusion professionnelle    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Les détenus d'Al-Hoceima transférés suite à des comportements contraires aux lois    Abdelghani Siffeddine : Un grand Rajaoui s'éteint    Les écrans menacent-ils la vie de nos enfants ?    Stimuler vos défenses immunitaires    Comment fonctionnera le nouveau bachelor marocain    Dédiée à l'actualité lifestyle et la promotion des talents marocains : «Wejeune» fête ses 2 ans au Maroc    Mondial des clubs : Le Bayern affrontera Al Duhail ou Al Ahly en demi-finale    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Coupe du Roi : le Real éliminé par un club de D3 espagnole    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    France. Contre l'extrémisme turc, le remède marocain et émirati    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    Digitalisation, Marjane holding met le turbo    Renault Maroc maintient son leadership    Gestion de la Covid-19 : le Maroc, modèle en Afrique et dans la région Mena    Vaccins contre le Covid-19 : victoire du « chacun pour soi »    CHAN 2020 / Groupe A: Une journée à l'avantage du Burkina Faso    Le poison de « la vérité alternative »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Expo : le retour aux sources de Hind Chaouat
Publié dans Les ECO le 28 - 09 - 2020

«At Tine wa Azzaytoune» de l'artiste-photographe Hind Chaouat, se tient à la Amharech ArtSpace du 23 septembre au 8 octobre. L'occasion de découvrir ou redécouvrir l'univers aussi authentique qu'intense de la photographe marocaine.
L'installation At Tine wa Azzaytoune est composée d'une photo At Tine et de deux vidéo Azzaytoune L et Azzaytoune R. Le spectateur est face à cette installation qui se tient dans l'espace de la vitrine de la Artspace, dans son interface. L'installation est composée de deux vidéos du même format, qui vont dans les sens contraires : Left and Right. De l'autre côté de l'interface se tient une installation de trois oliviers grandeur nature, dans leur centre une photographie, la photo statique du figuier At Tine, en grandeur réelle. At Tine est une photographie réalisée après plusieurs semaines de confinement. Destiné à être dépoté et planté en pleine nature, l'arbuste se retrouve à subir le même traitement que les humains, coincé sur le petit balcon d'appartement au cœur d'une ville qui elle-même est coupée du monde et surtout de la nature.
À l'heure où la nature se déploie partout dans le monde à l'abri de la pollution, At Tine se retrouve coincé dans un pot comme asphyxié. La vidéo de base, qui a servi à la réalisation des deux vidéos, Azzaytoune L et Azzaytoune R, a été filmée une année avant la pandémie, pratiquement jour pour jour. Elle a été tournée dans la région de Fès. «C'était la dernière fois que j'étais allée là-bas, dans le cadre de ma résidence sur le thème de la permaculture», explique la photographe. Azzaytoune L représente le paysage de gauche sur lequel les oliviers défilent de façon accélérée sur les cinq premières secondes, puis au ralenti. Azzaytoune R représente le paysage de droite sur lequel les oliviers défilent au ralenti, puis il y a une accélération sur les cinq dernières secondes. C'est cet alignement qui est important dans la démarche de l'artiste. «J'ai voulu mettre l'accent sur notre rapport au temps qui n'est pas du tout le même lorsqu'on est libre et qu'on en dispose comme bon nous semble. Lorsqu'on est confiné, on le subit comme s'il était figé pour l'éternité. Le spectateur pourra aussi ressentir cet inconfort que nous avons senti au tout début du déconfinement, une fois qu'on nous a rendu notre liberté, mais qu'on n'arrivait toujours pas à savoir si le temps défilait ou s'il était encore figé. La musique est le morceau Inas Inas de Rouicha, ce chanteur amazigh que mon père écoutait souvent quand j'étais enfant. J'ai mis juste les notes jouées au gambri, pas de paroles», confie Hind Chaouat , artiste plasticienne, née à Fèsen 1979. Elle vit et travaille entre Casablanca, Paris et Palerme. Enfant polyglotte, Hind Chaouat bénéficie d'un enseignement dont la pédagogie repose sur l'éducation sensorielle et kinesthésique. Lauréate d'Icart Photo du Groupe EDH à Paris, l'artiste est également titulaire d'une maîtrise AES de l'université des Sciences sociales de Toulouse.
En 2016, Hind Chaouat réalise la vidéo «Flawlessness» qui dénonce la violence à l'encontre des femmes et remporte plusieurs prix. C'est à partir de cette date que ses travaux sont connus et reconnus sur la scène internationale. L'artiste s'engage depuis une quinzaine d'années dans le déploiement d'une œuvre qui bouscule les codes et les idées reçues. Aux frontières de la photographie d'art, de publicité et de mode, elle s'acharne à brouiller les pistes. «Hind Chaouat a son propre style et manière personnelle de représentation des paysages qui lui font face. Travellings passagés teintés de la douceur du jour en pastel d'une nature sauvage : c'est ainsi que nous pouvons décrypter son art. La vidéo présente des extraits de performances sensorielles soupçonnées de nostalgie. L'artiste, généralement sulfureuse, propose ici la simplicité qui est si complexe dans la nature. Source de vie… oliviers… espérance… figuier… suffisance, ainsi soit-il ! Le travail de Hind Chaouat nous ramène à protéger la nature en montrant une vidéo presque kubriquienne baignée de vérité», souligne Nawal Amharech, directrice de la Artspace.
Jihane Bougrine / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.