Le Maroc abrite la 4ème édition du Sommet Humanitaire Panafricain    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    L'urgence d'un Observatoire africain pour la sécurité routière    Le maire de Harhoura destitué de ses fonctions    "Les hommes meurent, mais ne tombent pas" bientôt à Rabat    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Paiement Mobile. 6 millions d'utilisateurs marocains en 2024    L'Algérie au pied du mur    Kénitra: Kromberg & Schubert investit 450 millions de dirhams et promet 3.000 emplois    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    Ce précieux fluide devenu très rare    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    Climat, coût du voyage, hôtels classés : Ce qui motive les Italiens à visiter le Maroc    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    Dès ce jeudi soir : Afriquia baisse ses prix pour la 2ème fois consécutive    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    GFi Informatique intègre Value Pass    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Le Groupe Banque centrale populaire lance la 1ère édition de «Fintech Challenge»    Fiscalité des associations. Une profonde réforme s'impose    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    La Ligue des nations, rapidement adoptée    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    Stan Lee, légende de la bande dessinée, n'est plus    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    L'art martial et la manière    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zaynab Tanfzawit, reine d'Aghmat
Publié dans Le Soir Echos le 30 - 06 - 2010

L'histoire de Zaynab commence en mai 1070 (462 du calendrier hégirien), quand Abou Bakr, troisième époux de Zaynab, et son cousin Youssef Ben Tachfine arrivent à l'oasis principale du Haouz, au carrefour des routes de l'Atlas et des pistes caravanières du désert, à Guéliz et y installent leur campement. D'après la légende, la palmeraie aurait pour origine les noyaux des dattes consommées par l'armée almoravide. Cette palmeraie deviendra Marrakech, nom dérivé d'une expression masmouda « Marrakouch « signifiant « va-t-en vite»- par allusion au danger de ce lieu propice aux embuscades. Rappelé dans le sud saharien pour mater une révolte, Abou Baker confia la nouvelle ville – ainsi que son épouse Zaynab officiellement divorcée- à Youssef Ben Tachfine alors âgé de 60 ans avec la promesse de retrouver femme et pouvoir au retour de son expédition militaire. Mais En 1072, lors de son retour de campagne, Abou Baker, réclame son dû, mais Youssef Ben Tachfine envoya à son naïf cousin quelques présents en lui signifiant qu'il gardait le reste… Abou Baker s'en retourna au Niger où il mourut en 1087. Désormais commandeur des croyants, Youssef manque d'expérience politique. Or Zaynab qui avait tiré profit de l'expérience de ses trois premiers époux va devenir son inspiratrice. Quelle était cette femme, égérie de quatre princes? On sait qu'elle était la fille d'Ishaq El Houari, un riche négociant, et  probablement originaire de Kairouan, de la tribu de Nefzawa, une fraction de la tribu des Zénatas. Zaynab a appris à lire et écrire en fréquentant la petite colonie de savants kairounais établis à Aghmat. Sa nourrice africaine, Ito, était de sang royal. C'est cette esclave qui lui a transmis les secrets de la pharmacopée africaine, savoir dont tirera profit Zaynab. D'après les descriptions d'Ibn Idari, El Bakri, et Ibn Khaldoun, Zainab était une femme très belle, énergique et d'une rare intelligence. Sa connaissance des affaires politiques était si grande  qu'on la surnommait «la magicienne».
En fait, avant d'épouser Youssef Ibn Tachfin, elle avait été la concubine de l'émir de l'Ourika, Youssef Ibn Ouatas. Ensuite elle a épousé l'émir d'Aghmat, Laghout. Devenue veuve, elle s'est remariée avec Abu Bakr Ibn Omar, le cousin de Youssef Ibn Tachfin… Selon Ibn Idari, elle aurait déjà reçu plusieurs demandes en mariage, surtout des princes Masmouda, après la mort de l'émir d'Aghmat. Mais elle refusa toutes ces demandes, en affirmant qu'elle n'épouserait que celui qui serait capable d'unifier toute l'Afrique du Nord, d'où son mariage avec Abou Bakr.
Quand Youssef Ibn Tachfin épousa Zaynab, il ne disposait pas d'une armée pour achever l'oeuvre de son cousin Abou Bakr.  Zainab mit à la disposition de son quatrième mari don toute sa fortune pour équiper et organiser son armée. Ainsi, Youssef et Zaynab commencèrent d'abord par parachever l'œuvre d'Abu Bakr en fondant Marrakech, qui devient la capitale des Almoravides. Il semble que Zainab aurait inspiré le choix de son site, pour qu'elle soit près d'Aghmat, son berceau. Youssef devint alors le maître incontesté du Maroc, et d'un immense empire après ses victories andalouses. C'est ainsi que Youssef et Zainab créèrent la première grande dynastie berbère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.