2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Un mirage F-1 des FAR s'écrase en mission d'entraînement près de Taounat    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Le Raja de Casablanca bat l'Africain Stars de la Namibie    Etat des lieux : Le sexisme fait des ravages en France    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zaynab Tanfzawit, reine d'Aghmat
Publié dans Le Soir Echos le 30 - 06 - 2010

L'histoire de Zaynab commence en mai 1070 (462 du calendrier hégirien), quand Abou Bakr, troisième époux de Zaynab, et son cousin Youssef Ben Tachfine arrivent à l'oasis principale du Haouz, au carrefour des routes de l'Atlas et des pistes caravanières du désert, à Guéliz et y installent leur campement. D'après la légende, la palmeraie aurait pour origine les noyaux des dattes consommées par l'armée almoravide. Cette palmeraie deviendra Marrakech, nom dérivé d'une expression masmouda « Marrakouch « signifiant « va-t-en vite»- par allusion au danger de ce lieu propice aux embuscades. Rappelé dans le sud saharien pour mater une révolte, Abou Baker confia la nouvelle ville – ainsi que son épouse Zaynab officiellement divorcée- à Youssef Ben Tachfine alors âgé de 60 ans avec la promesse de retrouver femme et pouvoir au retour de son expédition militaire. Mais En 1072, lors de son retour de campagne, Abou Baker, réclame son dû, mais Youssef Ben Tachfine envoya à son naïf cousin quelques présents en lui signifiant qu'il gardait le reste… Abou Baker s'en retourna au Niger où il mourut en 1087. Désormais commandeur des croyants, Youssef manque d'expérience politique. Or Zaynab qui avait tiré profit de l'expérience de ses trois premiers époux va devenir son inspiratrice. Quelle était cette femme, égérie de quatre princes? On sait qu'elle était la fille d'Ishaq El Houari, un riche négociant, et  probablement originaire de Kairouan, de la tribu de Nefzawa, une fraction de la tribu des Zénatas. Zaynab a appris à lire et écrire en fréquentant la petite colonie de savants kairounais établis à Aghmat. Sa nourrice africaine, Ito, était de sang royal. C'est cette esclave qui lui a transmis les secrets de la pharmacopée africaine, savoir dont tirera profit Zaynab. D'après les descriptions d'Ibn Idari, El Bakri, et Ibn Khaldoun, Zainab était une femme très belle, énergique et d'une rare intelligence. Sa connaissance des affaires politiques était si grande  qu'on la surnommait «la magicienne».
En fait, avant d'épouser Youssef Ibn Tachfin, elle avait été la concubine de l'émir de l'Ourika, Youssef Ibn Ouatas. Ensuite elle a épousé l'émir d'Aghmat, Laghout. Devenue veuve, elle s'est remariée avec Abu Bakr Ibn Omar, le cousin de Youssef Ibn Tachfin… Selon Ibn Idari, elle aurait déjà reçu plusieurs demandes en mariage, surtout des princes Masmouda, après la mort de l'émir d'Aghmat. Mais elle refusa toutes ces demandes, en affirmant qu'elle n'épouserait que celui qui serait capable d'unifier toute l'Afrique du Nord, d'où son mariage avec Abou Bakr.
Quand Youssef Ibn Tachfin épousa Zaynab, il ne disposait pas d'une armée pour achever l'oeuvre de son cousin Abou Bakr.  Zainab mit à la disposition de son quatrième mari don toute sa fortune pour équiper et organiser son armée. Ainsi, Youssef et Zaynab commencèrent d'abord par parachever l'œuvre d'Abu Bakr en fondant Marrakech, qui devient la capitale des Almoravides. Il semble que Zainab aurait inspiré le choix de son site, pour qu'elle soit près d'Aghmat, son berceau. Youssef devint alors le maître incontesté du Maroc, et d'un immense empire après ses victories andalouses. C'est ainsi que Youssef et Zainab créèrent la première grande dynastie berbère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.