Coronavirus : 36 nouveaux cas confirmés au Maroc, 919 au total, samedi à 21h    Kenzi Hotels héberge le personnel médical    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Fadel Sekkat tire sa révérence    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Coronavirus : selon le prix Nobel d'économie 2019, il ne faut pas s'inquiéter de la facture de la crise sanitaire    Coronavirus : les autorités marocaines prennent en charge les Marocains bloqués en Turquie    Marrakech: Environ 1400 chambres d'hôtels mises à disposition du corps médical    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Fonds Covid-19 : L'ANAM fait don de 10 MDH    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Coronavirus : La Maison-Blanche conseille le port du masque    Commande publique : une réponse urgente à la pandémie Covid19    Coronavirus : un infirmier italien tue sa compagne pensant qu'elle l'avait contaminé    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    L'administration publique entre à petits pas dans l'ère du numérique    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Allégement du déficit du compte courant    Les soldats de l'ombre en rangs serrés contre le Covid-19    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    4.835 personnes poursuivies pour violation de l'état d'urgence sanitaire    L'hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action    Mobilisation générale contre le coronavirus dans la région de Marrakech-Safi    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La région d'El Jadida voit bleu
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 06 - 2011

Organisée par l'Association des Doukkala jusqu'à samedi, la Semaine de l'environnement d'El Jadida sensibilise aux problématiques du milieu marin. Entre réglementation à trous, surexploitation des ressources et industrialisation accentuée, zoom sur un écosystème menacé.
Les amoureux de la mer connaissent bien ses 150 km de côte. Que ce soit pour déguster les huîtres d'El Oualidia, pour profiter du farniente sur la plage de Sidi Bouzid ou pour surfer sur ses excellents spots, le littoral d'El Jadida en attire plus d'un dans ses filets. Et pour cause, de Sidi Rahal au nord à El Oualidia au sud, le littoral regorge de richesses naturelles. Mais avant de faire le bonheur des touristes, ces ressources assurent surtout des activités économiques à ses habitants.
La côte regorge de ressources halieutiques. Céphalopodes (calamars, seiches,…), sardines, maquereaux, chinchards, soles ou encore merlus frétillent tout au long de l'année dans les filets des pêcheurs de la région. Bien connue dans cette région, l'ostréiculture à El Oualidia et à Sidi Moussa fait également d'El Jadida la 1ère zone de production d'huîtres et moules, avec 160 tonnes produites chaque année.
A l'image de l'ensemble du littoral marocain, qui compte 7 136 espèces marines, dont 271 en danger, la biodiversité du milieu marin d' El Jadida est menacée. L'anguille et l'alose surtout se font de plus en plus rares. «De façon générale, on observe des fluctuations dans la quantité pour toutes les espèces. Même la sardine n'est plus comme avant. Safi n'est plus la capitale de la sardine, même s'il en reste encore beaucoup», constate le professeur Mohamed Ramdani, de l'Institut scientifique de Rabat.
Chaque année, le ministère de l'Equipement et du Transport et le secrétariat d'Etat chargé de l'Eau et de l'Environnement pondent un rapport sur la qualité des eaux de baignade. Pour l'année 2010-2011, les plages contrôlées de la région d' El Jadida sont conformes, c'est-à-dire que la baignade ne représente pas de risque. Oui, mais…. « Attention, je dis bien les plages con-trô-lées», nous rappelle Abdelouahab Abdelaoui, du Secrétariat d'Etat chargé de l'Eau et de l'Environnement. En tout, sur la zone Atlantique Nord, ce sont 79 plages qui sont contrôlées. Autant dire que plus d'une plage de la région se glisse entre les mailles du filet. Toutefois, après l'état des lieux, place à l'action. Pour améliorer les eaux de baignade, le département de l'Environnement a ainsi mis en place un programme d'assainissement liquide, avec une station de traitement au niveau d' El Jadida et de Oualidia.
Une situation qui s'explique par l'impact des activités de l'homme sur l'équilibre fragile du milieu marin. Surexploitation des ressources et rejets industriels se taillent ainsi la part du lion dans les causes de la dégradation de certains points du littoral. Consciente de cette situation et pour sensibiliser à ces réalités tout en cherchant des solutions, l'Association des Doukkala organise cette semaine la Semaine de l'environnement à El Jadida. «L'environnement est notre quotidien. Il faut sensibiliser chaque jour», nous déclare le professeur Mohammed Moncef, organisateur de l'événement. Au programme des 6 jours de ce forum de débats : des résultats scientifiques alarmants, des promesses d'industriels de plus en plus conscients et des coups de poing sur la table des habitants.
La région d'El Jadida est en train de changer de visage. Une forte croissance démographique, une industrialisation à grande vitesse, et une urbanisation parfois mal contrôlée : autant de facteurs qui influent sur l'environnement. «La province est censée devenir le 2e grand pôle économique du Maroc, après Casablanca. Les changements ont des conséquences sur l'écosystème. Il faut parvenir à un mariage réussi entre un développement socioéconomique et une meilleure qualité de l'environnement», déclare avec conviction le professeur Mohammed Moncef, directeur du Laboratoire d'étude et d'analyse environnementales de la Faculté des sciences d'El Jadida.
La côte d'El Jadida est tellement longue et large (150 km et plus de 200 nœuds) qu'il est difficile de connaître la quantité réellement pêchée dans la région. Nombre d'espèces pêchées sur ce littoral sont débarquées ailleurs. «Les pêcheurs savent qu'à Casablanca, ils pourront les vendre plus cher et n'hésitent donc à débarquer dans la ville blanche. Les professionnels doivent s'entendre pour que les espèces pêchées soient débarquées sur le littoral où elles ont été pêchées. C'est cela la régionalisation avancée, sur le plan maritime», estime le professeur Mohamed Ramdani, de l'Institut scientifique de Rabat.
Premier danger majeur pour l'environnement : la surexploitation des ressources naturelles. Par exemple, l'exploitation non maîtrisée des sables d'El Jadida impacte le littoral, avec des effets tels que la dégradation des plages, la défiguration des paysages et des répercussions néfastes sur la faune et la flore. «Il faut rechercher des solutions alternatives, comme le concassage de roches tendres ou de méthodes de construction écologique qui évitent l'utilisation du sable », propose Ahmed Belaaiza, chef de service à la Direction provinciale de l'Equipement et du Transport.
Même topo de surexploitation pour la culture des algues, dont les champs foisonnent sur le littoral d'El Jadida. La période de repos biologique n'est pas respectée, les braconniers s'en donnant à cœur joie. Conséquence directe, la biomasse a atteint un seuil critique. Le phénomène est national puisqu'on estime aujourd'hui que le littoral marocain a perdu plus de 40% des algues rouges depuis le début de l'exploitation.
S'il y a 10-15 ans, le littoral baignait dans un vide juridique, aujourd'hui, la législation marocaine regarde d'un peu plus près les projets qui s'y déroulent. Toutefois, quelques problèmes sont devenus des casse-tête chinois. C'est le cas notamment des épaves abandonnées dans le domaine maritime, source de pollution du fait de l'oxydation et de leurs soutes remplies d'hydrocarbures. Dans le cas du littoral d'El Jadida, deux épaves, une datant de 1986 et l'autre de 2000, attendent ainsi d'être enlevées. «La loi ne prévoit pas la procédure aboutissant à l'opération d'enlèvement. Nous sommes face à un vide juridique», déplore Younes Alahiane, du Service de la Marine marchande d'El Jadida.
En parallèle à la surexploitation des ressources, le deuxième danger majeur qui pèse sur l'écosystème marin provient des rejets industriels. Les unités industrielles de la région polluent les eaux avec des rejets de différente nature, tels que les métaux lourds (cuivre, zinc, fer…). Exemple frappant, les déchets de cadmium, liés à l'utilisation de fertilisants à base de phosphates, présentent des risques pour la santé, provoquant des intoxications chroniques, des atteintes rénales ou pulmonaires ou encore des troubles de la reproduction.
Si pendant longtemps les études scientifiques sur les déchets industriels ont été jetées aux oubliettes sous la pression; depuis quelques années, les langues se délient et les scientifiques tirent la sonnette d'alarme.
Ainsi, sur le site de Jorf Lasfar, les rejets industriels ont de lourdes conséquences sur l'écosystème marin. «Des rejets sont jetés directement dans le milieu marin, ce qui constitue un stress énorme pour les espèces. Conséquence, dans un rayon de 150 à 200 m, il n'y a pas une seule forme de vie», explique au Soir-échos le professeur Moncef. Pas question pour autant de pointer du doigt le développement industriel de la région, mais plutôt de mettre en évidence la nécessité de prendre des mesures d'accompagnement des projets industriels pour la protection de l'environnement.
Le principe est clair : les rejets industriels doivent être traités avant d'être rejetés. «Il est inadmissible qu'une entreprise avec des milliards de capital n'investisse pas des millions par la qualité de l'environnement. Les entreprises ont une responsabilité environnementale», s'insurge le professeur Moncef. Et le message passe visiblement, puisque le site de Jorf Lasfar court à présent pour décrocher les normes ISO, garantissant la protection de l'environnement.
Lancée ce lundi, la Semaine de l'environnement d'El Jadida se poursuit jusqu'à samedi, alternant débats et activités ludiques.
Mercredi 22 juin
Poursuite des débats sur les problématiques du milieu marin. Cette fois-ci, la parole est donnée aux professionnels qui viendront témoigner de leur expérience. Lieu : Siège de la province d'El Jadida, de 9h à 14h
Jeudi 23 juin
Journée d'animations artistiques et culturelles pour les enfants sur la thématique «Mon comportement avec les plages». Lieu : Salle Najib Naami, plage d'El Jadida.
Vendredi 24 juin
Débats sur l'impact de l'éducation, de la communication et de la sensibilisation sur la préservation du milieu marin. Lieu : Siège de la province, de 9h à 14h.
Samedi 25 juin
Le sport est à l'honneur pour clôturer la semaine de l'environnement de façon énergique. Au programme, beach volley ball et matches de football ! Lieu : plage d'El Jadida.
Aucun article en relation !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.