Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassan Hajjaj, capteur de l'incongru
Publié dans Le Soir Echos le 25 - 07 - 2011

Hassan Hajjaj explore l'hybride et l'interculturel dans un univers visuel artisanal. Sans tomber dans le folklorique, il s'approprie un pop art “colorfoul” bien à lui et expose aujourd'hui dans le cadre de “Apart London Summer Show 2011” à Londres.
Hassan Hajjaj, photographe national résidant à Londres, se démarque aujourd'hui dans la capitale anglaise, dans le cadre du “Apart London Summer Show 2011” qui se poursuit jusqu'au 20 août. Une foultitude d'œuvres fraîches et originales chargées de couleurs, de matières et de clins d'œil inter-culturels y sera exposée. Photographe, designer et scénographe, il élabore des concepts graphiques séduisants et bien pensés, et se lance, depuis ses débuts, dans le détournement artistique des objets puisés du Maroc et de l'Afrique du Nord.
Sa marque de fabrique est indiscutablement son penchant pour la parodie des images de marque et les logos-cultes. Il a récemment détourné les marques du géant des produits de luxe LVHM et trafiqué, graphiquement, des articles de Louis Vuitton. Il dit que sa passion pour la culture des logos a commencé dans les années 80 à Londres du temps où il customisait, avec ses amis, des vêtements de contrefaçon.
Hassan a choisi un style intuitif et ingénieux et a opté pour différents médias artistiques. Artisan et designer, il dessine et produit lui-même ses meubles (tables, lampes, tabourets et poufs) et ses vêtements allant des babouches aux djellabas funky. En recycleur fanstasque, il crée des lanternes truffées de cannettes, des meubles à la croisée entre les chaises et les caisses, et des cadres atypiques comme par exemple celles faites avec des pneus de motos. Ces petits bijoux cocasses sont en vente dans l'échoppe qu'il a ouverte à Shoreditch, un des quartiers branchés de Londres.
Au “The Exchange” à Cornwall, il a créé un espace d'art et de rencontres où la vie et l'art se côtoient, sur fond de motifs travaillés au millimètre et d'objets recyclés venant d'Afrique du Nord, juxtaposés à des articles anglais. Hassan Hajjaj a aussi pensé l'intérieur du restaurant parisien “Andy Wahloo” au design tradi-funky, surnommé “Marrakitsh” par la presse française.
Hassan Hajjaj revisite avec humour l'art visuel de l'Afrique du Nord, et le pousse vers les confins d'un art européen post-moderne. Son monde hybride est haut en couleur et truffé de références kitsch. En 2004, dans «1430 in Casa», il a occidentalisé son Maroc natal, immortalisant dans la foulée la délicieuse Hindi Zahra dans des clichés pop aux empreintes amazighes. Dans “Graffix from the Souk”, il a dépoussiéré les objets de son enfance, parodiant les pochettes d'allumettes, les boîtes de peinture et les pubs de Coca-Cola. Dans “Kesh angels”, il a montré des femmes en djellaba enfourchant des motos ou posant théâtralement devant des scooters modernes. Aujourd'hui, il continue sur sa lancée évoluant vers un art plus osé, joyeusement farfelu.
L'artiste s'est installé à Londres à l'âge de 13 ans avec sa famille, et a grandi en s'imprégnant des styles reggae, hip hop et la musique wolrd. Amorcée dans des clubs et la production des groupes de musique, sa carrière a pris le virage de la mode en 1984 grâce à la ligne de vêtements sous le label RAP. De la mode, il a rapidement évolué vers l'art et la photographie, dressant des ponts graphiques entre les deux hémisphères.
Organisé par le maire de Londres, «Shubbak: A Window on Contemporary Arab Culture» ou «Shubbak: fenêtre sur l'art arabe contemporain» est un événement d'envergure célébrant l'art arabe dans toutes ses composantes: arts visuels, théâtre, danse, films, musique, littérature et architecture. Il réunit les pays du Moyen-Orient et du Maghreb dans une manifestation culturelle qui se tient dans plus de 30 endroits et espaces culturels dans la ville dont le Arab British Centre (Centre arabe britannique). Shubbak (l'arabe de fenêtre) regroupe 70 événements et présente des artistes d'origine arabe vivant à Londres ou ailleurs, dans une successions de débats, de projections, d'expositions et discussions variés. Les pays participants sont l'Algérie, Bahrein, Canada, Egypte, Inde, Koweit, Liban, Libye, Oman, Palestine, Qatar, Arabie Saoudite, Espagne, Soudan, Suède, Tunisie, Turquie, les Emirats Arabes Unis et les Etats-Unis. Il sera clôturé le 24 juillet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.