Hakima El Atrassi à cœur ouvert    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Eurafric Information renouvelle sa certification ISO 27001    Hamid Ahaddad quittera le Zamalek l'été prochain    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Le journaliste Jamal Boushaba n'est plus    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    L'Opinion : Contractuels, gardez espoir !    Le CNDH et l'UNHCR s'allient pour renforcer les droits des réfugiés    Borrell réitère à Al Maliki le soutien de l'UE au processus électoral en Palestine    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    La diplomatie sportive au centre d'une réunion de l'AMJS    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    RADEEMA se mobilise contre le stress hydrique    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Everardo Gout ou le goût du cinéma
Publié dans Le Soir Echos le 27 - 12 - 2011

Everardo Gout, jeune cinéaste mexicain qui incarne la nouvelle école de son pays, a présenté Dias de gracia lors de l'hommage rendu au cinéma mexicain au 11e FIFM.
Depuis qu'il est devenu papa, Everardo Gout est soucieux de ne pas passer à côté de sa vie. Avec son français parfait, sa voix lente et soyeuse, il cadre totalement dans le décor du restaurant de la cour du Lion de l'Es Saadi Palace, confortablement installé sur sa chaise, se déliant pour dire son goût du cinéma. « Quand j'ai appris que ma femme était enceinte, j'ai immédiatement pensé : que vais-je dire à ma fille à mon sujet ? Qui est son père ? Je voulais apporter des réponses à mes questionnements et à ceux de mon futur enfant. Et surtout, lui montrer que dans la vie, il faut travailler dur, chaque jour, afin de construire un meilleur Mexique. » Mexique, ce dernier mot, prononcé avec conviction, sonne comme un couperet qui annonce la mégalopole mexicaine avec la fureur de vivre. Mexico, sa beauté redoutable, ses siècles d'Histoire et de culture amérindienne, ses tentaculaires favelas et son indéniable violence.
Le jeune réalisateur plonge son regard constellé d'éclats bleus et verts dans le vôtre et poursuit : « Je voulais m'attacher à évoquer les thèmes propres à mon pays, durant la dernière décennie. C'est la spirale de la violence qui m'est d'emblée, apparue. Les images de pleurs, de victimes, d'ex kidnappés qui ne m'ont plus quitté. »
Vengeance et corruption
Coproduction entre le Mexique et la France, Dias de gracia, son premier long-métrage s'articule autour de la culture du football, de la criminalité et de la vie des familles de mexicains kidnappés. Le cinéaste affiche clairement sa volonté de présenter cet opus au 11e FIFM « après Cannes, je visais Marrakech. Je connais la qualité de ce festival et Rigoberto (comprenez Perezcano, autre cinéaste mexicain, récompensé par l'Etoile d'or au 9e FIFM avec Norteado, ndlr), n'a pas arrêté de m'en parler, depuis sa venue en 2009. On a fait la même école de cinéma au Mexique. »
Dias de gracia, d'une rare force, se découpe en trois temps à travers trois destins : Mexico en 2002, 2006, 2010. Un flic, un otage, une épouse.
Dias de gracia, d'une rare force, se découpe en trois temps à travers trois destins : Mexico en 2002, 2006, 2010. Un flic, un otage, une épouse. Everardo Gout, nous plonge au cœur de la corruption et de la vengeance au fil de l'évolution de ces trois personnages, pendant 30 jours et 3 Coupes du monde du ballon rond. Dias de gracia, est le fruit de plusieurs années de travail et d'investigation, continue le cinéaste pour expliquer la dimension de véracité de certaines séquences. « Mon comédien, Carlos Bardem, qui m'avait marqué par la qualité de son jeu, depuis le film La zona, était de plus, le seul comédien espagnol, vivant à Mexico. Pour les besoins de son rôle dans mon film, il a suivi l'école de police où il s'est entraîné durant quatre mois à Mexico. Il s'agissait d'une étape très intéressante pour le déroulement de ce récit, j'ai d'ailleurs choisi d'enregistrer ces scènes en disant qu'elles étaient destinées à un documentaire au personnel de cette école, puis, je les ai réellement utilisées pour le film. »
Fan de musique
Fan avoué de musique, Everardo Gout, qui cultive également l'amour du bon son en plus de celui du septième art, a fait appel aux actuels compositeurs hors pair de films. Trois noms qui ont signé les trois périodes successives de Dias de gracia, afin d'y poser une touche et une note en adéquation à l'air du temps et à l'émotion qui s'en dégage, afin de ne rien laisser en mode mineur. « Nick Cave et Warren Ellis ont pensé la musique qui dépeint l'année 2002. La partie 2006, a été réalisée par Atticus Ross, récompensé par un Oscar pour The Social Network, et le segment de 2010, a été composé par le compositeur japonais, Shigeru Umebayashi, qui a signé la musique de In the Mood for love, l'un de mes films préférés», souligne plein de fierté le jeune réalisateur.
Lorsqu'on lui demande d'où vient son excellent français, Everardo précise avec naturel « J'ai des origines françaises du côté de mon père depuis plusieurs générations. Ma mère a toujours voué un culte à la culture française. Elle m'a inscrite au lycée français de Mexico, très jeune. La France est vraiment ma seconde maison ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.