Le besoin de financement brut moyen par mois à 13,4 MMDH au S2    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Gaza: Le bilan des frappes israéliennes monte à 44 morts dont 15 enfants    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Les Britanniques reviennent à l'argent liquide pour mieux gérer leurs dépenses    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi le Maroc n'a pas fait d'erreur en désavouant Ross
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 07 - 2012

En réponse au point de vue de Bernabé Lopez Garcia publié le 16 juillet, à propos des conséquences pour le Maroc d'avoir désavoué Christopher Ross, il est utile de remettre les choses en contexte pour mieux les cerner. Tout d'abord, la construction de la démonstration de M. Lopez Garcia est partie d'une lecture erronée du fait en lui-même. Car, en adoptant une attitude partiale contraire à son mandat, M. Ross, s'est « désavoué » tout seul. Le Maroc n'a donc fait que récuser un médiateur à qui il reproche son parti-pris. Un droit que tout système juridique, à travers le monde démocratique, garantit en pareilles circonstances. Le représentant personnel du secrétaire général de l'ONU avait pour mission de veiller au rapprochement des deux parties afin de trouver une solution politique, durable et « mutuellement » acceptable et non de privilégier une solution aux dépens d'une autre. C'est sur cet aspect que M. Ross a failli. Il avait une feuille de route clairement tracée par les différentes résolutions en la matière autour du concept récurrent de « la négociation ». Sa mission était donc de promouvoir le débat autour d'une solution « négociée » et acceptée par les deux parties. Sur ce point, certains observateurs ont tendance à faire de la sur-analyse et oublier que les choses sont plus simples en réalité. Un petit rappel s'impose. Jusqu'à il y a quelques années, les deux parties
avaient des positions diamétralement opposées : le Maroc prônait la souveraineté totale et le Polisario revendiquait l'indépendance totale. En 2007, le Maroc a eu le courage politique et diplomatique, la sagesse de proposer une solution intermédiaire où il renonce à la souveraineté totale au profit d'une autonomie élargie. A ce jour, le Polisario campant sur la même attitude depuis bientôt 37 ans, n'a pas fait un seul pas pour permettre à la médiation onusienne d'avancer. Et pourtant, selon M. Lopez Garcia, le Maroc « doit réfléchir à la mauvaise image donnée à l'extérieur en s'opposant à l'ONU ». D'abord, l'enjeu pour le Maroc n'est pas une question d'image, mais plutôt de cause d'une nation. Ensuite en récusant Ross, le Maroc ne s'est pas opposé à l'ONU. Dans le communiqué officiel, le gouvernement marocain a insisté sur son attachement à ce processus comme unique solution à la question saharienne. A travers sa décision, le Maroc veut remettre le processus de Manhasset sur la bonne voie et lui éviter une dérive qui risquerait de le condamner. De l'autre côté ; la direction du Polisario, qui n'émane pas de la volonté de la population sahraouie, qui s'est autoproclamée son «représentant unique », des camps de réfugiés hermétiquement fermés et dont la population ne jouit ni du droit de s'exprimer ni de celui de se déplacer librement. M. Ross s'est-il insurgé contre le refus de la direction du Polisario de permettre au Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) de recenser la population des camps de Tindouf ? Du côté marocain, contrairement à ce qu'avance M. Lopez Garcia, le discours séparatiste peut s'exprimer librement et ses auteurs se déplacer sans contrainte entre les provinces du Sud et Tindouf avec des passeports marocains, tandis que côté Polisario on refoule un Sahraoui comme Ould Salma et l'empêche de revoir ses enfants pour le simple fait d'avoir exprimé une opinion personnelle ! En évoquant le souvenir de Franco sous le régime duquel les Basques étaient interdits de revendiquer la spécificité de leur identité, il faut également rappeler que la spécificité culturelle sahraouie est, depuis le 1er juillet 2011, protégée par la Constitution du Royaume. Déclarer que « les Sahraouis originaires du territoire ne se sentent pas reconnus comme citoyens à part entière, mais comme des citoyens de seconde zone, dirigés et contrôlés par des gens qui proviennent d'autres régions... » c'est privilégier les dires de la rue à l'analyse scientifique. Car, pratiquement toutes les communes urbaines et rurales des provinces du Sud sont dirigées par des Marocains sahraouis. Sans oublier qu'au niveau central, très nombreux sont les Sahraouis qui sont investis de grandes responsabilités étatiques. Où est donc cette exclusion ? Bien au contraire, le système inclusif mis en place par les autorités marocaines en faveur de l'intégration économique et sociales des Sahraouis a généré parfois des dérives rentières qui n'ont pas manqué de frustrer une jeunesse plus égalitariste que les aînés attachés par culture à une gouvernance clanique ou tribale. C'est dans ce sens peut-être qu'il faut comprendre les évènements de Gdim Izzik de novembre 2010 avant leur manipulation tragique par les séparatistes avec la complicité irresponsables de certains médias espagnols. Le discours de M. Lopez Garcia est malheureusement caduque. Ni le Maroc d'aujourd'hui ni le contexte régional et international actuel ne correspondent à son argumentation. Le Maroc d'aujourd'hui est ouvert, démocratique, capable d'assimiler toutes les spécificités identitaires de sa population. Au-delà de ses frontières, il est de notoriété publique, qu'il s'agit d'un foyer de stabilité et de prospérité. La nécessité d'un Maghreb uni dans la diversité est la solution incontournable pour éviter à la population maghrébine de se retrouver déstabilisée. En réalité, au Maroc, tout a changé. Là-bas, tout est figé et rien ne bouge. Ni les discours ni les gens. Peut-on alors, dans ce contexte, accepter qu'un représentant du secrétaire général de l'ONU tire le processus onusien vers le bas et nous ramène des années en arrière ? Que le Polisario en fasse tout un tapage et que ses soutiens intéressés relayent son discours, cela ne changera rien à la réalité saillante à savoir que le Maroc a fait preuve d'ouverture dans le processus onusien tandis que l'autre partie souffre d'une sclérose politique chronique dont elle n'a aucune volonté de se soigner. C'est donc de ce côté qu'il faut chercher les raisons du blocage.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.