Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Mustapha Ramid démissionne du gouvernement pour « raisons de santé »    L'ONCF dévoile ses résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 480 nouveaux cas, 482.994 au total, vendredi 26 février 2021 à 18 heures    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Russie : Washington n'acceptera «jamais» l'annexion de la Crimée, affirme Joe Biden    Rapport du renseignement américain : MbS accusé d'avoir «validé» le meurtre de Jamal Khashoggi    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    HCR / JICA: Un projet de 275.000 $ pour soutenir les réfugiés au Maroc en contexte de Covid    Percevoir le cannabis tout autrement    Une rareté en trompe-l' oeil    Immigration : un réseau qui faisait passer des migrants pour des sahraouis démantelé    DGAPR : les détenus impliqués dans les événements d'Al Hoceima sont en bonne santé    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    L'ONU demande la libération immédiate de tous les détenus du Hirak en Algérie    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    TPE : un nombre record de faillites en 2020    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Des leaders politiques et élus internationaux adressent une lettre à Joe Biden pour appuyer la décision US reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Eau potable : Lydec annonce une perturbation du service dans certaines zones de Casablanca    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les trisomiques toujours aussi marginalisés | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 03 - 10 - 2012

L'Association marocaine de soutien et d'aide aux personnes trisomiques (AMSAT) fête son 30e anniversaire. L'occasion pour le Soir échos de faire le bilan sur un handicap souvent méconnu de la société... Interview avec Boucheib Bouzekrawi, responsable du service consultation de l'AMSAT.
En médaillon, Boucheib Bouzekrawi, responsable du service consultation de l'AMSAT.
Tout d'abord, qu'est ce que la trisomie 21 ?
La trisomie 21 ou « syndrome de Down » ou encore « Mongolisme » est la plus fréquente des anomalies congénitales d'origine chromosomique et la première cause de retard mental. Son incidence est la même partout dans le monde. Elle concerne une naissance sur 700 (garçons et filles) et se caractérise par des traits physiques et morphologiques particuliers parallèlement à une déficience intellectuelle et à une diminution du tonus musculaire, avec des variations individuelles importantes. L'âge maternel avancé demeure le seul facteur de risque incriminé.
Combien compte-t-on de trisomiques au Maroc ?
Nous ne disposons pas encore de données concernant la trisomie 21. Mais, d'après une recherche effectuée récemment par l'équipe de l'Institut d'Hygiène de Rabat, l'âge moyen des mères marocaines ayant donné naissance à un enfant trisomique 21 est compris entre 35 et 39 ans.
Quel est le protocole médical applicable à cette maladie ?
La trisomie 21 n'est pas une maladie, c'est plutôt un état. On vient au monde trisomique et on le reste. On n'en « guérit » jamais. Les besoins d'un trisomique sont les mêmes que pour n'importe quel individu. La seule différence c'est qu'il souffre d'une hypotonie musculaire et d'un retard intellectuel qui se répercutent sur son développent global, génèrent une lenteur au niveau de la motricité, de l'acquisition du langage, et des apprentissages cognitifs et sociaux. Il est en revanche nécessaire de bénéficier et ce dès le plus jeune âge de séances d'accompagnement parental, d'éveil et de stimulation afin de prévenir les effets de cette déficience.
Et le ministère de la santé dans tout cela?
Nous espérons que les départements de la santé concernés par la condition des personnes trisomiques vont favoriser et soutenir les recherches épidémiologiques et celles touchant aux spécificités de la trisomie dans le contexte marocain, afin d'actualiser les données statistiques et qualitatives de cette population. Il serait aussi judicieux de : clarifier les politiques de dépistage et de diagnostic anténatals, de créer des dispositifs ou des cellules d'accueil qualifiées dans les services de maternité du royaume et d'orienter les parents de bébés trisomiques. Il faudrait en outre sensibiliser le grand public et les professionnels sur la trisomie 21 et ses spécificités, intégrer l'annonce du diagnostic dans les cursus de formation initiale et continue des professionnels de la santé, mettre en place des carnets de santé adaptés aux besoins des enfants trisomiques et enfin favoriser l'accès aux soins médicaux et paramédicaux
Comment se fait la prise en charge à votre niveau ?
Nos bénéficiaires nous sont envoyés, en grande partie par l'équipe de l'Institut National d'Hygiène, par les services hospitaliers, par les médecins privés, par les écoles ou par des parents au courant de nos services. A l'arrivée de l'enfant et de ses parents, nous procédons à un entretien d'accueil qui nous permet de recueillir toutes les informations nécessaires. Nos spécialistes essayent également d'évaluer les connaissances des parents sur la trisomie 21 avant de les informer sur tout ce qui touche de près ou de loin à ce sujet. Un projet thérapeutique et éducatif, adapté à l'âge de l'enfant, à ses capacités et à ses limites, leur est ensuite proposé. Des orientations pour des investigations médicales complémentaires peuvent également être prévues. Il faut noter que les parents sont aussi invités à prendre connaissance du règlement et des valeurs pédagogiques adoptées par l'institution.
Quels sont les problèmes dont souffre l'AMSAT ?
La difficulté de rendre pérenne ses actions et interventions auprès des personnes dont elle à la charge, fautes de moyens. Il y a aussi, la non mise en œuvre, voire l'absence de texte juridique réglementant la scolarisation des élèves en situation de handicap mental, la formation professionnelle des adultes déficients intellectuels, leur insertion socioprofessionnelle et enfin les problèmes liés aux difficultés de ces personnes à accéder aux soins médicaux et paramédicaux.
Comment vit un trisomique 21 au Maroc ?
Comme toute personne en situation de handicap, le trisomique 21 souffre encore de représentations sociales et culturelles négatives. Il est souvent pris pour un fou. On croit peu (ou pas) à son aptitude à progresser. En plus d'être attachant et affectueux, il peut aussi, si on lui en donne les moyens, devenir quelqu'un d'actif et productif...
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.