Quelques chiffres des Lions de l'Atlas sous l'ère Renard    Buzzichelli Maroc : les raisons de la faillite    Incendie : Atlanta Assurance s'explique    2ème opération de régularisation : 82% des dossiers devraient être traités selon Yazami    Sheraton Casablanca hotel dit « Merci » à ses clients    (Vidéo) Elimination de la violence à l'encontre des femmes : Il reste encore beaucoup à faire selon Guterres    Lalla Salma a remis des prix à deux pionniers de lutte contre le cancer    Tanger Med : Saisie de 25 kg de stupéfiants    Mort du général El Kadiri, figure amblématique des FAR    Casablanca-Settat : près de 1300 demandes de subvention de projets soumis    C'est parti pour Visa for Music    La première édition du Festival national de la chanson à Kénitra    6ème Semaine internationale de l'éducation et de l'information: L'éducation aux médias passe par les compétences    Football : Le Maroc gagne 8 places au classement FIFA    Tirage CDM 2018: Et si on considérait le classement de Novembre ?    52% des migrants dans la zone de Rabat-Casa-Salé souhaitent vivre au Maroc    L'écosystème Bombardier sur de bons rails    Bitcoin: Le rappel à l'ordre de BAM et de Boussaid    Morocco Adventure Film Festival : Le festival qui aimait la nature    Emmanuel Macron à une Marocaine : « il faut retourner dans votre pays »    Le Décathlon débarque à Agadir    Boulaalam    La Galerie H expose les « Inspirations Africaines » de cinq designers    Ouezzane : Un projet pour 5.000 petits agriculteurs    Sahara : Le Conseil de sécurité salue « une nouvelle dynamique pour faire avancer le processus politique »    Conflit des Balkans : La fin de l'impunité en héritage    Un mineur agresse son professeure à l'arme blanche à Casablanca    Diplomatie, Macron remet la France au centre    Trump nomme un industriel de l'automobile ambassadeur au Maroc    Eredivisie: deux Marocains dans l'équipe-type de la 12e journée    CONSOMMATION: RECUL DE 0,1% DE L'INDICE DES PRIX EN OCTOBRE    Zone A, Zone C : la schizophrénie infligée aux Palestiniens    Mustapha Hadji, le porte bonheur des Lions de l'Atlas ! Spécial    Tanger/Bni Makada: Un 2e centre pour la Fondation Ali Zaoua    Mohamed Ben Abdelkader : Il ne faut pas réduire l'excellence administrative à son aspect de gestion en omettant la question de la moralisation    La version actualisée du Plan national en matière de démocratie et de droits de l'Homme serait fin prête    Emmerson Mnangagwa sera investi président vendredi au Zimbabwe    Le Premier ministre libanais Saad Hariri suspend sa démission    Les chimpanzés capables d'évaluer un danger et d'en avertir leurs congénères    Divers    Ligue des champions : Le Real s'amuse, Dortmund sort la tête basse    Suspension à vie pour 3 ex-responsables de la Fifa    Mondial 2018: 2,4 millions de dollars de prime pour les joueurs nigérians    News    L'analphabétisme touche plus les filles que les garçons    Les meilleurs films de tous les temps    La Lune de Jupiter : Un thriller fantastique sur les migrants    Le Maroc prend part au Festival international du film du Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gare aux faux taxis ! | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 11 - 2012

Le phénomène des faux taxis a pris de l'ampleur dans la métropole à tel point que les autorités locales ont mis la main dernièrement sur un nombre de prétendus transporteurs, à l'exemple de ce propriétaire d'un agrément qui exploite non seulement un véhicule comme le stipule la loi mais plusieurs de marques différentes sous le même numéro de licence.
Plus de 18 000 taxis (grands et petits) sillonnent les routes de la capitale économique dont plus de 90 % font l'objet de location.
Estomaquant ! Après les grands taxis du Grand Casablanca, c'est au tour des petits taxis roulant sur la voie publique de se porter en toute contravention avec les dispositions juridiques. Transportant les citoyens, ces faux professionnels conduisent en effet des véhicules portant un dispositif extérieur affichant la mention « taxi » et le numéro de licence, à tel point que la distinction entre le vrai et le faux taxi est impossible. Ces prétendus chauffeurs, sans agrément ou autorisation de circulation, exploitent en toute illégalité le numéro de licence d'un autre taxi autorisé. En fait ce genre de pratiques qui échappent à toute réglementation n'est pas nouveau. Mais le phénomène a pris de l'ampleur dans la métropole à tel point que les autorités locales ont mis la main dernièrement sur un nombre de prétendus transporteurs, à l'exemple de ce propriétaire d'un agrément qui exploite non seulement un véhicule comme le stipule la loi mais plusieurs de marques différentes sous le même numéro de licence. Comme le témoigne ce chauffeur de petit taxi qui nous a informé qu'un propriétaire d'un agrément a été arrêté dernièrement par la police pour motif d'exploiter illégalement quatre autres véhicules affectés clandestinement au service du transport public. À vrai dire, la police, qui assume elle aussi une part de responsabilité mais pas toute, n'a fait que tirer au clair la partie invisible de l'iceberg. Mohamed Mouttaqui, Secrétaire général du syndicat national des chauffeurs de taxi assure que le phénomène des faux taxis va crescendo en l'absence de toute action répressive. À son avis, la responsabilité incombe aussi bien à la police et qu'à la justice. « Ces transporteurs clandestins sont généralement des chauffeurs dont le contrat de location les liant avec les propriétaires de l'agrément n'ont pas été renouvelés ou tout simplement ont été résiliés pour des considérations purement lucratives », explique-t-il. Ajoutant que les techniques utilisées pour ces pratiques frauduleuses consistent à photocopier voire scanner l'autorisation délivrée à d'autres bénéficiaires pour s'en servir ni vu ni connu. Certains utilisent même ces faux taxis pour des infractions de viol ou d'agression. Le syndicaliste qualifie d'ailleurs cette situation anormale d'« anarchique » en raison de « l'absence de responsabilité et le manque de conscience professionnelle chez les autorités qui veillent soigneusement à maintenir le statu quo». Parler ainsi de sécurité du citoyen s'avère être un faux débat. Preuve en est le nombre des procès verbaux constatés par la police de la circulation qui est assez mitigé. «J'exerce ce métier depuis une dizaine d'années et ça fait plus deux ans que je n'ai subit aucun contrôle de papiers ou d'identité de la part de la police », avoue ce professionnel. Plus encore, le nombre des victimes volées ou agressées par les chauffeurs de taxis ne cesse d'augmenter. Voici donc un exemple de service public qui n'a rien de public. Face à l'échec des politiques publiques en matière de transport urbain, les particuliers ont recours de plus en plus à leur propres voitures. C'est ce qui explique l'accentuation des embouteillages dans la métropole. Contacté par le Soir échos pour s'enquérir des dernières mesures prises en matière de plan de déplacement urbain et de la loi sur le transport urbain, Aziz Rabbah, ministre de l'Equipement et du transport est resté injoignable. Mouttaqui dénonce d'ailleurs le vide juridique dans lequel baigne la profession. « Y en a marre des promesses et des surenchères politiques », s'emporte-t-il. « Où en est la carte professionnelle que nous a promis le ministre ? », de demande-t-il. Pis, l'octroi des permis de confiance aux chauffeurs de taxis s'effectue à tour de bras sans aucune contrainte disciplinaire ou réglementaire. Les autorités compétentes sont invitées à examiner de près chaque dossier avant d'accorder le permis de confiance, puisque bon nombre de récidivistes en profitent, conclut-il.
Ce que dit la loi
«Les taxis sont répartis en deux catégories, selon le Dahir n°1.63.260 du 24 joumada II 1383 (12 novembre 1963). La première catégorie comprend les véhicules dont le nombre maximum est fixé pour chaque centre par arrêté de l'autorité gouvernementale chargée du transport, après consultation des gouverneurs intéressés. La deuxième catégorie comprend les véhicules faisant l'objet d'une location indivisible et autorisés par les autorités locales à circuler exclusivement à l'intérieur du périmètre urbain ou délimité, aucune autorisation de sortie desdits périmètres ne pouvant leur être accordée, même occasionnellement».
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.