HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les bonnes notes d' « El Gusto »
Publié dans Le Soir Echos le 11 - 03 - 2013

Miraculeux, historique, incroyablement chargé de densité humaine, « El Gusto » est le documentaire événement qui marque la filmographie de l'Algérie au XXIe siècle. Le choc visuel, esthétique de la Casbah d'Alger, qui vous inonde de sa lumière dorée, comme une rivière de caramel, baigne le film durant près d'une heure trente. C'est dans l'échoppe d'un miroitier, Mohamed el-Ferkioui, ancien musicien de l'Orchestre El Gusto que l'histoire de Safinez Bousbia et de ces hommes, juifs, musulmans, frères humains algériens, réunis il y a plus de quarante-cinq ans pour leur goût de la musique, commence. La voix off de la jeune réalisatrice nous guide à travers les venelles tortueuses de la Casbah, personnage à part entière d'« El Gusto » et sur les pas de ces musiciens que l'on découvre sur de vieilles photos en noir et blanc des années 50, fringants, princiers, faisant entièrement corps avec leurs instruments en accord avec le temps de leur gloire sur les places d'Alger. Une autre photo montre les élèves d'une classe du conservatoire que dirige feu El Hadj Mohamed El Anka, grand maître du chaâbi, la musique populaire de la Casbah. Ce nom, tel le refrain entêté d'une chanson du genre, viendra ponctuer la narration, du film. Il est celui qui a participé à asseoir le rayonnement du chaâbi, musique des bas-fonds, rendue finalement honorable aux yeux de tous. La nostalgie et l'émotion traversent les yeux du miroitier, « Tu m'as emmené très loin dans mes souvenirs », confie-t-il à Safinez. « Où sont tous ces musiciens aujourd'hui ? ». Cette question en «beat» majeur, telle une quête qui va dès lors habiter la réalisatrice, née en Algérie il y a plus de vingt-trois ans, d'origine irlando-algérienne, est donnée. Ainsi, en retournant sur les traces du chaâbi, Safinez va raviver les destins, mais aussi les mémoires et l'Histoire. L'avant et l'après-guerre d'Algérie, que ces musiciens ont vécues dans leur chair. Le vrai bonheur de vivre ensemble, où « juifs et musulmans étaient en parfaite harmonie », se souvient l'un des musiciens retrouvés à Paris. Quant au comédien Robert Castel, il raconte le racisme, arrivé en France, et cette insulte « sale pied noir », un soir de concert. Et, le chanteur Ahmed Bernaoui, décédé en mai 2011, évoque son enrôlement par le FLN, puis les tortionnaires formés par le général Massu qui lui brisèrent le bassin. Un autre musicien nous plonge dans l'univers du milieu, où « Ali la terreur » inspirait la crainte et adorait le chaâbi, aux abords du port.
La force du chaâbi face à la beauté d'Alger
On respire, on découvre, on vibre au rythme du « gusto », ce mot algérois qui désigne « le plaisir » de caresser l'instrument chez ces musiciens. Ils ont bercé pour certains nos enfances et nos adolescences, jusqu'à la quatrième génération d'enfants d'immigrés algériens. Ce n'est pas qu'on n'a pas aimé être nourris au biberon de la chanson à texte française mais, quelle force, quel choc nous ont tenaillés au plus profond de nos racines arabes, dès qu'on entendait dans l'Hexagone, les premières notes de « Ya Rayah », l'originelle chanson de feu Dahmane El Harrachi, reprise par Rachid Taha. On savait d'emblée qu'il s'agissait plus que d'une simple chanson : un appel de nos ancêtres qui chantaient la liberté, la dignité, le retour aux sources imparable. Suit la séquence située au Port d'Alger, accompagnés de Safinez et du jeune cinéaste et producteur algérien, Mounes Khammar, les hommes prennent le large et leur envol, à l'image des oiseaux qui traversent le ciel nimbé d'un bleu azur pour Marseille. « El Gusto » est à présent reformé pour le plaisir de tous. Le premièr concert est une orfèvrerie, un pur feu d'artifice chaâbi qui enflamme les spectateurs. « Même si on gratte les murs de la Casbah, les poèmes de Hadj Mohamed El Anka ressurgiront, gravés à jamais sur la pierre… », lâche sans ambages, Mohamed el-Ferkioui.
Fruit d'un travail de dix années, puisque Safinez Bousbia s'est consacrée au projet de ce film, depuis 2003, « El Gusto », d'un budget de 3 millions d'euros, a été projeté dans les établissements scolaires et les universités en France et aux Etats-Unis. « J'ai été très touchée par la présentation du film à Casablanca, le public y a été particulièrement réactif et n'a cessé d'applaudir les personnages durant la projection, les Marocains m'ont dit, ma grand-mère, mon grand-père sont algériens et on les a retrouvés à travers votre film. Il y a un lien d'une rare force autour de cette histoire », conclut-elle. La réunion de ces disciples de talent se fera également à Rabat, le 31 mai, lors du Festival Mawazine, puis le 12 juin au Festival des Musiques Sacrées de Fès. Pour l'amour du « gusto »…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.