Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les bonnes notes d' « El Gusto »
Publié dans Le Soir Echos le 11 - 03 - 2013

Miraculeux, historique, incroyablement chargé de densité humaine, « El Gusto » est le documentaire événement qui marque la filmographie de l'Algérie au XXIe siècle. Le choc visuel, esthétique de la Casbah d'Alger, qui vous inonde de sa lumière dorée, comme une rivière de caramel, baigne le film durant près d'une heure trente. C'est dans l'échoppe d'un miroitier, Mohamed el-Ferkioui, ancien musicien de l'Orchestre El Gusto que l'histoire de Safinez Bousbia et de ces hommes, juifs, musulmans, frères humains algériens, réunis il y a plus de quarante-cinq ans pour leur goût de la musique, commence. La voix off de la jeune réalisatrice nous guide à travers les venelles tortueuses de la Casbah, personnage à part entière d'« El Gusto » et sur les pas de ces musiciens que l'on découvre sur de vieilles photos en noir et blanc des années 50, fringants, princiers, faisant entièrement corps avec leurs instruments en accord avec le temps de leur gloire sur les places d'Alger. Une autre photo montre les élèves d'une classe du conservatoire que dirige feu El Hadj Mohamed El Anka, grand maître du chaâbi, la musique populaire de la Casbah. Ce nom, tel le refrain entêté d'une chanson du genre, viendra ponctuer la narration, du film. Il est celui qui a participé à asseoir le rayonnement du chaâbi, musique des bas-fonds, rendue finalement honorable aux yeux de tous. La nostalgie et l'émotion traversent les yeux du miroitier, « Tu m'as emmené très loin dans mes souvenirs », confie-t-il à Safinez. « Où sont tous ces musiciens aujourd'hui ? ». Cette question en «beat» majeur, telle une quête qui va dès lors habiter la réalisatrice, née en Algérie il y a plus de vingt-trois ans, d'origine irlando-algérienne, est donnée. Ainsi, en retournant sur les traces du chaâbi, Safinez va raviver les destins, mais aussi les mémoires et l'Histoire. L'avant et l'après-guerre d'Algérie, que ces musiciens ont vécues dans leur chair. Le vrai bonheur de vivre ensemble, où « juifs et musulmans étaient en parfaite harmonie », se souvient l'un des musiciens retrouvés à Paris. Quant au comédien Robert Castel, il raconte le racisme, arrivé en France, et cette insulte « sale pied noir », un soir de concert. Et, le chanteur Ahmed Bernaoui, décédé en mai 2011, évoque son enrôlement par le FLN, puis les tortionnaires formés par le général Massu qui lui brisèrent le bassin. Un autre musicien nous plonge dans l'univers du milieu, où « Ali la terreur » inspirait la crainte et adorait le chaâbi, aux abords du port.
La force du chaâbi face à la beauté d'Alger
On respire, on découvre, on vibre au rythme du « gusto », ce mot algérois qui désigne « le plaisir » de caresser l'instrument chez ces musiciens. Ils ont bercé pour certains nos enfances et nos adolescences, jusqu'à la quatrième génération d'enfants d'immigrés algériens. Ce n'est pas qu'on n'a pas aimé être nourris au biberon de la chanson à texte française mais, quelle force, quel choc nous ont tenaillés au plus profond de nos racines arabes, dès qu'on entendait dans l'Hexagone, les premières notes de « Ya Rayah », l'originelle chanson de feu Dahmane El Harrachi, reprise par Rachid Taha. On savait d'emblée qu'il s'agissait plus que d'une simple chanson : un appel de nos ancêtres qui chantaient la liberté, la dignité, le retour aux sources imparable. Suit la séquence située au Port d'Alger, accompagnés de Safinez et du jeune cinéaste et producteur algérien, Mounes Khammar, les hommes prennent le large et leur envol, à l'image des oiseaux qui traversent le ciel nimbé d'un bleu azur pour Marseille. « El Gusto » est à présent reformé pour le plaisir de tous. Le premièr concert est une orfèvrerie, un pur feu d'artifice chaâbi qui enflamme les spectateurs. « Même si on gratte les murs de la Casbah, les poèmes de Hadj Mohamed El Anka ressurgiront, gravés à jamais sur la pierre… », lâche sans ambages, Mohamed el-Ferkioui.
Fruit d'un travail de dix années, puisque Safinez Bousbia s'est consacrée au projet de ce film, depuis 2003, « El Gusto », d'un budget de 3 millions d'euros, a été projeté dans les établissements scolaires et les universités en France et aux Etats-Unis. « J'ai été très touchée par la présentation du film à Casablanca, le public y a été particulièrement réactif et n'a cessé d'applaudir les personnages durant la projection, les Marocains m'ont dit, ma grand-mère, mon grand-père sont algériens et on les a retrouvés à travers votre film. Il y a un lien d'une rare force autour de cette histoire », conclut-elle. La réunion de ces disciples de talent se fera également à Rabat, le 31 mai, lors du Festival Mawazine, puis le 12 juin au Festival des Musiques Sacrées de Fès. Pour l'amour du « gusto »…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.