Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «réalisme magique» de Youssouf Amine El Alamy
Publié dans Le Soir Echos le 17 - 05 - 2013

« Amour nomade » repose sur un univers imaginaire et onirique. Pourquoi avoir opté pour ce style littéraire?
Le style relève du réalisme magique. Les propos du livre oscillent entre vérité et non-vérité, mais restent toujours plausibles. Même quand je relate certains faits qui peuvent paraître étranges ou farfelus, ceux-ci restent cohérents avec l'ensemble. Par exemple, l'arbre capricieux qui ne donne jamais les mêmes fruits, auquel il faut chanter des airs andalous, est inspiré d'une légende connue : la légende de la palmeraie de Marrakech, celle du conquérant Youssef Ben Tachfine et ses guerriers. Lorsque ceux-ci se reposaient, ils plantaient leurs lances dans le sol et mangeaient des dates. Les noyaux qu'ils jetaient, roulaient dans les trous et formaient des palmiers, d'où la légende de la palmeraie que j'ai revisité en y greffant la mienne. J'ai imaginé qu'un des rois déchus de l'Andalousie ne mangeait pas de dates mais préférait les fruits exotiques ramenés d'Andalousie. Les noyaux qu'ils jetait tombaient dans le même trou. Résultat : un arbre particulier qui ne donne jamais les mêmes fruits.
Vos textes sont empreints de couleurs, d'une approche sensorielle et de référents visuels. Quelle en est la raison ?
La présence des couleurs n'est pas fortuite. La palette de couleurs, voire la composition du roman découle de ma culture visuelle, en l'occurrence ma culture cinématographique. J'ai grandi avec le cinéma, et je me nourris d'expression artistique. J'ai toujours écrit mes romans à la manière du découpage d'un film : j'écris les scènes puis je les monte et parfois je coupe et j'effectue des raccords comme dans les montages filmiques. De surcroît, j'organise des expositions et des ateliers avec des enfants et je me frotte souvent à l'assemblage et à l'art de la récupération.
Il y a quatre bonus à la fin du roman. Pourquoi cette démarche?
C'est à la fois une fantaisie et une réflexion sur les lecteurs que nous sommes devenus. Je fais référence à la nouvelle génération qui grandit avec des menus plutôt que des tables de matière, et qui a constamment envie de voir des « making-of ». Je sais que la démarche pour certains puristes est quelque peu incongrue, mais j'aime bien bousculer les genres, et le fait que ceci dérange me plaît. Dans un des bonus, j'ai réalisé mon propre entretien pour tenter de répondre aux questions que je me suis posées lors de l'écriture du roman. Ce n'est pas une manière d'imposer ma vision de choses mais de chercher à comprendre.
Vous avez commencé à écrire à un âge avancé. Comment êtes-vous venu à la littérature ?
Quelques années après mon retour de New-York, j'ai ressenti l'envie d'écrire mes impressions sur mon voyage. C'était une impulsion soudaine, assez surprenante vu que je n'avais jamais écrit auparavant. Bien plus tard, lors d'une discussion avec une amie autour de l'écriture, elle demande à lire mon manuscrit que je gardais chez moi sans trop savoir quoi en faire. Après lecture de mes notes, elle me rappelle le lendemain me suggérant de les publier chez son éditeur, la Croisée des Chemins. En un mois, mon premier livre Un marocain à New-York a été publié.
Votre empreinte diffère selon les romans. Pourquoi choisissez-vous de vous renouveler avec chaque nouveau projet?
Il est vrai que mes romans ne se ressemblent pas. Je ne suis pas adepte du genre unique. En entamant un nouveau projet, je ne sais pas où je vais, mais je sais où je refuse de m'aventurer : dans ce que j'ai déjà entrepris. Beaucoup de romanciers écrivent pratiquement le même livre. Ma démarche est purement personnelle : J'ai besoin de motivation, et je me lance régulièrement des défis. Ceci peut être déstabilisant parce qu'il faut à chaque fois se documenter et explorer de nouvelles zones. Lorsque j'ai écrit Les Clandestins, je suis allé à la rencontre des personnes qui ont perdu un parent et un frère dans la traversée, n'ayant jamais pris de Pateras moi-même. Dans Paris mon bled, je me suis déplacé à Paris parce que l'intrigue se situait dans une banlieue parisienne, j'ai discuté avec la population d'origine maghrébine, et j'ai baigné pendant des mois dans l'univers du rap. Mon premier roman Un Marocain à New York est totalement à l'opposé du deuxième Les Clandestins. Le deuxième, basé sur un drame, tranche avec le premier à la veine drôle et légère. Certains lecteurs étaient terriblement déçus, et j'ai dû en perdre beaucoup. Par contre, j'en ai gagné de nouveaux.
« Un roman dans la ville » s'inscrit-il dans cette démarche d'innovation?
Oui, c'est un roman qu'on lit dans l'espace, voire dans une ville. Chaque chapitre est lu dans un lieu différent et l'adresse du chapitre suivant est indiquée à la fin du chapitre qui précède. Je l'ai écrit à la main, à la manière d'un manuscrit, m'aidant de matériaux naturels, tels le safran, le sumac, le henné. A l'époque, le projet était un peu en avance sur le Maroc. Aujourd'hui, les choses ont changé. Je voulais que l'aventure démarre à Marrakech mais tout en préparant mon dispositif, j'apprends que le projet est annulé. On me dit qu'il causera des rassemblements dans la rue, alors que c'était justement l'objectif escompté. J'opte donc pour sa réalisation à l'étranger, à Rotterdam, Coppenhague, et Cologne en octobre dernier. Le roman a été traduit à chaque fois et existe aujourd'hui en six langues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.