Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel sera l'avenir du deal Accor-Risma ?
Publié dans Le Soir Echos le 01 - 09 - 2013

Les résultats semestriels du groupe Accor présentés cette semaine font état d'une baisse du résultat d'exploitation de 6,4 % à 198 millions d'euros. Malgré la hausse du chiffre d'affaires de 1,8 %, représentant 2,69 milliards d'euros, boosté par la hausse de l'activité touristique européenne de 5 % durant la même période, le bénéfice n'a pas été au rendez-vous en ce premier semestre de 2013. Résultat : le cours de la valeur Accor a chuté d'environ 5 % le jour de l'annonce des résultats, avant d'augmenter de 2,58 % le 29 août. Un climat d'incertitude a régné chez les investisseurs et les financiers de la place parisienne surles perspectives financières du groupe, surtout face au mutisme du nouveau PDG Sébastien Bazin concernant les détails et les contours du plan stratégique du groupe.
Suspense autour du plan stratégique
Rien n'a filtré sur une éventuelle réorientation du plan de transformation d'Accor qui vise 80% de chambres en franchise ou sous gestion d'ici fin 2016. L'objectif derrière ce plan est de réduire l'endettement. « La prévision d'Accor se situe dans le bas de la fourchette du consensus et il reste quelques questions en suspens concernant le plan stratégique du groupe », déclarent les analystes de Société Générale dans une note. Malgré le bon avancement du plan d'économies lancé par le groupe qui a réduit l'endettement du groupe, plusieurs questions restent sans réponse, notamment les visées du nouveau PDG qui devra se recentrer davantage sur la gestion et se séparer des murs.
Impact de la nouvelle stratégie sur la relation entre Accor et Risma
Cette nouvelle stratégie impactera certainement la relation entre le fonds Risma et le groupe hôtelier français, puisqu'il est actionnaire à hauteur de 33 % de Risma. « Le modèle suivi par Accor au Maroc est différent de ce qui se passe en France par exemple. Le groupe a déjà pu séparer les deux activités (gestion et propriété). En France, Accor est propriétaire à 100 % des hôtels, alors qu'au Maroc c'est Risma, qui est le propriétaire », nous lance une source bien informée au sein du groupe qui dément toutefois qu'un éventuel retrait d'Accor de Risma serait à l'étude ou même envisageable. Un retrait qui, pourtant, serait en ligne avec les nouvelles ambitions et la stratégie du nouveau management de la maison mère, dictées en partie par l'actionnaire Colony Capital. Ce dernier a été clair et compte accélérer ce retrait de la construction et de la propriété des murs pour se concentrer davantage sur le métier de base du groupe, à savoir la gestion hôtelière. Un modèle qui a d'ailleurs donné ses fruits pour de nombreux grands groupes hôteliers mondiaux.
Nomination de Sébastien Bazin, nouveau PDG d'Accor
Pour concrétiser cette nouvelle stratégie sur le terrain, le conseil d'administration d'Accor, réuni le 27 août dernier, sous la présidence de Philippe Citerne, a décidé de nommer Sébastien Bazin en tant que président-directeur général d'Accor. Gérard Pélisson et Paul Dubrule, co-fondateurs de Accor ont déclaré à cette occasion, « Nous avons exprimé en conseil notre soutien à cette nomination. Nous connaissons Sébastien depuis plus de 10 ans. Il a démontré son attachement à ce groupe que nous avons fondé il y a plus de 40 ans et à ses valeurs. Nous sommes convaincus qu'il saura imprimer le nouvel élan dont Accor a besoin pour continuer à se développer dans la durée ». Pour sa part, Sébastien Bazin a déclaré, « je m'investis dans ce nouveau rôle avec une grande ambition pour ce groupe auquel je suis profondément attaché et j'ai une pleine conscience des enjeux auxquels il est aujourd'hui confronté. Je souhaite qu'il retrouve l'audace, le dynamisme et l'envie qui l'ont toujours porté».
Bazin, l'homme des changements stratégiques
Pour rappel, Bazin a rejoint Colony Capital en 1997 avec une feuille de route entrepreneuriale : installer et développer depuis Paris, l'antenne européenne de cette société d'investissement privée créée en 1991 à Los Angeles par Tom Barrack. En 15 ans, il impose avec succès Colony Capital parmi les leaders du secteur en Europe avec plus de 7 milliards d'euros sous gestion pour le compte d'investisseurs français et internationaux de renom. Chez Colony Capital, il pilote et participe à de nombreux investissements dans le domaine de l'hôtellerie dont l'acquisition des chaînes d'hôtellerie de luxe Fairmount et Raffles, à l'acquisition et la gestion de parcs d'actifs hôteliers auprès de La Générale des Eaux, du Club Méditerranée et d'Accor, la prise de participation dans le groupe Lucien Barrière et l'investissement dans Accor. Autant d'opérations qui font du nouveau homme fort d'Accor un expert dans la gestion hôtelière. Pour le marché marocain, Bazin aura la lourde tâche de faire perdurer l'engagement d'Accor avec Risma ou au contraire de décider d'un divorce entre les 2 entités. L'avenir nous le dira.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.