Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Un joueur du Real en isolement    Compteur coronavirus: 35 nouveaux cas et 399 guérisons en 24H    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    L'Espagne prolonge les restrictions sur les vols en provenance d'Inde    Maroc: Les cafés et restaurants seront-ils autorisés à travailler de nuit ?    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Oranje : Anwar El Ghazi présélectionné pour l'Euro 2021    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Pays-Bas : Mohamed Ihattaren présélectionné avec les Jong Oranje    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Melilla : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Football : Le Borussia Dortmund vainqueur de la Coupe d'Allemagne    65è anniversaire de la création des FAR : SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Les pays en développement face aux défis de la reprise post-Covid    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Technopark et le Cluster Solaire promeuvent l'entrepreneuriat    Afghanistan : les Etats-Unis se retirent d'une des plus importantes bases    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Météo/Maroc: temps peu nuageux au Royaume ce vendredi    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La nette évolution de la consommation de drogues
Publié dans Libération le 29 - 06 - 2011

Au Maroc, la consommation de drogues est un vrai problème de santé publique. Plusieurs études épidémiologiques témoignent de son augmentation parmi toutes les couches sociales. La dernière enquête nationale menée en 2003, a montré que la prévalence de la dépendance à la drogue est de 2,8 %. Selon une étude rétrospective du Centre antipoison du Maroc (CAPM) de 1980 à 2008 concernant tous les cas d'intoxications par les drogues, le CAPM a collecté 1795 cas d'intoxication par les drogues, ce qui représente 2,3% des cas d'intoxications reçues durant la même période, en dehors des piqûres et envenimations scorpioniques (PES). L'incidence moyenne calculée sur une période de 5 ans, de 2004 à 2008, était de 0,43 pour 100 000 habitants avec une prédominance des cas de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (0,96 pour 100000 habitants) suivie de la région de Tadla Azilal (0,93 pour 100000 habitants)
Ce type d'intoxication s'est déroulé en milieu urbain dans 88,6 % des cas et en milieu rural dans 11,4 % des cas. L'âge moyen des intoxiqués était de 21,7 ans. La tranche d'âge la plus touchée était celle de l'adulte (62,3 %). Celle des patients de moins de 15 ans (nouveau-né, nourrisson, bébé marcheur et enfant) représentait 14,6 % des cas. Le sex-ratio (H/F) était de 5,23.
La mixture appelée mâajoune était la plus incriminée (62,6 %), suivie par le cannabis (23,5 %), les alcools (3,7 %), les benzodiazépines (2,3 %) et le tabac (1,4 %).
La circonstance toxicomaniaque était la plus fréquente (47,7 %) suivie de l'accident classique (44,4 %). L'usage de drogues pour tentatives de suicide représentait 5,4 % des cas. La circonstance criminelle représentait 2,1 % des cas. La voie orale était la voie d'intoxication la plus fréquente (89,4 %) suivie de la voie inhalée (10,1%).
Ces intoxications se sont produites essentiellement à domicile dans 62,2 % des cas puis en lieu public dans 35,5 % des cas.
Les patients étaient symptomatiques dans 82,4 % des cas. Les signes le plus souvent rencontrés étaient les signes gastro-intestinaux (47,2%) suivis des signes du système nerveux central et périphérique (27,6%) et des troubles de la fréquence et du rythme cardiaque (10,4 %).
L'évolution était favorable dans 98,7% des cas et le décès est survenu dans 1,2% des cas. L'étude se penche également sur l'analyse des cas de décès selon l'âge, le produit en cause, les circonstances et les signes cliniques. Pour les responsables du CAPM, ces données présentées dans cette étude ne reflètent pas l'ampleur de la toxicomanie au Maroc, mais donnent une idée sur les intoxications dues à des produits toxicomanogènes. Le nombre de cas déclarés au cours de cette étude est bien inférieur à la réalité et aux données des CAP étrangers. Ceci est dû, d'une part, à la sous-notification globale des cas d'intoxications, tous toxiques confondus, et d'autres part, à la banalisation de la consommation de certaines drogues en particulier le cannabis.
La progression des intoxications selon les années épouse celle des intoxications en général. Ceci est en relation avec l'augmentation des notifications et avec l'augmentation de la consommation de drogues au Maroc parmi toutes les couches sociales, fait dont témoignent plusieurs études épidémiologiques.
La région où l'incidence des intoxications était la plus élevée est la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër car, d'une part, c'est la région qui déclare le plus (tous types de toxique) et, d'autre part, elle est parmi les régions où la consommation de drogues est la plus élevée. L'analyse de l'âge des intoxiqués montre que toutes les tranches d'âge sont touchées. Les intoxications par les drogues chez l'enfant sont décrites dans la littérature. Les intoxications par les drogues chez les moins de 14 ans sont essentiellement accidentelles; néanmoins, on trouve 39 cas d'intoxications dans la tranche d'âge “enfant” qui sont survenues dans le cadre de circonstances toxicomaniaques.
L'analyse de ces cas montre que leur âge est compris entre 10 et 14 ans, ce qui montre la précocité du comportement toxicomaniaque chez la population marocaine.
Concernant la nature des drogues utilisées, il faut rappeler que les consommateurs de substances toxicomanogènes sont des poly-intoxiqués. Il existe à cela au moins deux raisons : le contenu du produit consommé est incertain et l'association volontaire des drogues afin d'en potentialiser les effets, d'en prolonger la durée d'action et/ou d'en diminuer les effets secondaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.