e-commerce : la Covid-19 dope le marché en 2020    Se lever tôt le matin : les techniques efficaces pour se réveiller sans fatigue    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    Compteur coronavirus : 1.240 nouveaux cas confirmés et 1.361 guérisons en 24H    À Tamernoute (province d'Azilal) : Un enfant sauve tout un douar    Un nouveau partenaire de Bank Of Africa en Chine    Sahara : Le Gabon réaffirme son appui à l'Initiative marocaine d'autonomie    CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"    « Un maire de ville doit être un très bon gestionnaire »    Maire : Un «boulot» bien payé    Proximité culturelle et sportive    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Le Cameroun est prêt    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Les équipes à suivre de très près    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yto Berrada expose au Mathaf de Doha
Publié dans L'observateur du Maroc le 25 - 11 - 2020

Pour clôturer sa première exposition solo « Yto Barrada : Ma mère très instruite vient de nous servir des nougats », au musée d'art moderne Mathaf à Doha (Qatar), l'artiste franco-marocaine animera en ligne une conversation avec la commissaire de l'exposition Laura Barlow le 29 novembre 2020.

Avant la clôture de son exposition, au Mathaf Doha, Yto Berrada va animer une discussion virtuelle, dans le cadre de sa série « Mathaf Talk » avec le commissaire de l'exposition Laura Barlow, le 29 novembre. La pratique de Yto Barrada s'appuie sur les rôles d'activiste, d'éducateur, d'architecte, de botaniste et d'anthropologue pour explorer les expressions de la communauté et de l'être individuel. L'exposition se concentre sur les fils de régénération et de croissance qui se déplacent entre l'architecture, la transformation urbaine, l'horticulture, l'enseignement expérimental et l'économie domestique.
Cette conversation fournira des aperçus éclairants sur les différents courants de pensée et la présence des vies parallèles mais distinctes de ceux présentés dans l'exposition de Barrada.

Comment les sociétés peuvent-elles se régénérer ?


Ouverte au public du 2 août au 30 novembre, l'exposition met en vedette Mounira Bouzid, la mère de Barrada ; l'ethnologue et anthropologue Thérèse Rivière; et la moderniste libanaise Saloua Raouda Choucair. Les personnages font partie des récits socio-politiques imaginaires et historiques de l'artiste qui abordent les idées de décomposition et de renouveau, liées à l'histoire de la construction politique et coloniale de la nation, aux stratégies de résistance post-indépendance et à leurs réalités formelles distinctes.
L'œuvre de Yto Berrada, qui emprunte à l'architecture, à la botanique, à la paléontologie tout comme à l'Histoire moderne, révèle un rapport novateur à la connaissance et au savoir.
L'exposition dévoile une grande variété de supports artistiques et de matériaux, des photographies, films et vidéos aux sculptures, affiches et autres textiles. Elle s'attache à retracer le questionnement d'Yto Barrada sur la régénération de la société, à travers ses mutations successives. Les œuvres mettent en avant l'importance de l'approche vernaculaire dans la compréhension des processus de décomposition et de reviviscence ainsi que de l'histoire de la construction d'une nation ou encore des stratégies de résistance sociale et domestique au lendemain des guerres d'indépendance.



Humour noir, considérations économiques et politiques se mêlent à des emprunts à la géologie pour exprimer un criant désir d'égalité et d'expression authentique.
Abdellah Karroum, directeur de Mathaf, a déclaré : « Yto Barrada est l'une des artistes les plus importantes de sa génération. Nous attendons avec impatience sa discussion avec Laura Barlow, qui a organisé une exposition unique et édité sa publication pour Mathaf. À mesure que les programmes du musée passent au numérique, cette discussion en ligne rapproche le public des histoires de l'artiste et des multiples collaborations qui ont inspiré son travail, principalement développé dans et autour de sa ville natale de Tanger. »
Barrada, qui vit et travaille entre Tanger, le Maroc et New York, est reconnue pour ses enquêtes multidisciplinaires sur les phénomènes culturels et les récits historiques. S'engageant dans des pratiques archivistiques et des interventions publiques, les installations de Barrada dévoilent des histoires moins connues, révèlent la prédominance de la fiction dans les récits institutionnalisés et célèbrent les formes quotidiennes de récupération de l'autonomie. Elle est la fondatrice de la Cinémathèque de Tanger, un centre culturel devenu une institution phare réunissant la communauté marocaine pour célébrer le cinéma local et international.

LIRE AUSSI :
Doha, la nouvelle destination culturelle du Moyen-Orient


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.