CAN féminine: bon départ pour les Lionnes de l'Atlas (VIDEO)    Foot U18: fin de l'aventure pour le Maroc (VIDEO)    Météo Maroc: temps assez chaud ce dimanche 3 juillet    Mali: l'ambassadeur d'Espagne convoqué après des propos sur une implication de l'Otan    Immigration illégale : Le Maroc fait face à une "situation extrêmement complexe" affirme le ministre espagnol de la Migration    Botola Pro: l'AS FAR bat l'OCK et termine la saison à la 3e place (VIDEO)    Restrictions commerciales algériennes : l'Espagne transfère à l'UE les plaintes des hommes d'affaires    Région TTA: plus de 14.800 candidats passeront le rattrapage du bac    Maroc/Covid-19: 3.306 nouveaux cas et 3 décès ces dernières 24h    Covid-19: le ministère de la santé recommande une dose de rappel du vaccin pour les personnes âgées    Amal Ayouch réagit à la condamnation de Faouzi Skalli    CAN Féminine: La dotation revalorisée à hauteur de 150%    Le leadership marocain en matière de sécurité énergétique et alimentaire mis en avant à Naples    Dakar: "Annato" de Fatima Boubekdi remporte le Grand Prix du chef de l'Etat du 3-ème Festival de cinéma "Les Téranga"    Gazoduc Maroc-Nigéria : Les études avancent dans de »très bonnes conditions'' (Amina Benkhadra)    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdelhadi Baraka    Jeux méditerranéens : Le boxeur marocain Said Mortaji remporte l'argent    Echange de tirs dans le Kentucky: Trois policiers tués, l'assaillant arrêté    L'activité industrielle poursuit son amélioration    Casablanca, capitale marocaine du Jazz pendant trois jours (vidéo)    La CDT appelle à l'arrêt de la flambée des prix et à manifester contre le gouvernement Akhannouch, ce samedi à 19h à Mohammedia    L'apostille : Dbibina a bien cru être atteint de Polyopie, avant que Fouad Abdelmoumni, Aziz Chahir et Ali Anouzla ne le rassurent    CAN, Maroc 2022 : Lionnes de l'Atlas et Etalons Dames pour lancer le bal    Maroc-Japon: Signature d'un Accord de prêt de 1,6 MMDH pour améliorer l'environnement des apprentissages    Ambiance festive pour l'ouverture de Jazzablanca (VIDEO)    Sahara : Séminaire sur la dévolution des compétences législatives dans les régions autonomes    Casablanca : Mise en échec du trafic de 2 tonnes de résine de cannabis    Devant la Commission des finances, Nadia Fettah décortique la loi sur les pratiques anticoncurrentielles    Marché des capitaux : Plus de 27,7 milliards DH de levées    African Lion 2022 : Cap Draâ sous un déluge de feu    Abattage, écorchage, stockage... Les conseils de l'ONSSA pour l'Aïd al-Adha    Renouvellement du mandat de la MINUSMA: Bamako pose ses conditions    Libye: des manifestants investissent le siège du Parlement    Selon le Sunday Business Post, le roi Mohammed VI a changé la face du Maroc    Un étudiant déguisé en femme pour passer les examens condamné à de la prison ferme    CAN féminine 2022 : La VAR disponible pour tous les matchs du tournoi    Maroc: lancement de la campagne de sensibilisation à la cybersécurité    Sahara: Staffan de Mistura attendu samedi à Rabat pour une nouvelle tournée dans la région    Remise des prix de la deuxième phase du programme éducatif « inwi Challenge » (VIDEO)    Lancement de la campagne de sensibilisation à la cybersécurité    L'ANME tient une « rencontre communicationnelle » à Casablanca    Marhaba 2022 : Journée infernale pour des Marocains bloqués à Ceuta    Général Stephen J. Townsend : « Les Forces Armées Royales ont atteint les standards de l'OTAN »    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feue Maria Rosa de Madariaga    Maluma sort du silence après l'annulation de son concert à Marrakech    Cinéma : quand Elvis se raconte à travers Baz Lhurrman    Agenda culturel: les bons plans de ce vendredi et du week-end    Théâtre Cervantes : L'appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation est lancé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Menace des attentats du Polisario. La stratégie de l'Algérie pour déclencher un conflit généralisé avec le Maroc ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 25 - 05 - 2022

Lorsqu'une personne émet un avertissement de ce type, on peut supposer qu'elle a préalablement préparé l'infrastructure clandestine pour mener des actions criminelles. C'est peut-être une épreuve sans cartes, mais ce serait au détriment d'un mouvement qui, chaque jour qui passe, perd de sa force internationale au bénéfice de la diplomatie marocaine, qui a gagné de nombreux points ces derniers temps.
Ce qui semble clair, c'est que le Front Polisario ne va rien faire que l'Algérie ne permette, elle qui, dans sa stratégie de confrontation avec le Maroc, peut bénéficier de la déstabilisation que les attentats entraînent toujours.
La fermeté avec laquelle les dirigeants du polisario, dont Brahim Ghali lui-même, gèrent le ton menaçant de leurs interventions, laisse penser qu'ils ont une sorte d'astuce pour se faire une place dans un conflit qui passe pratiquement inaperçu.
Que les services antiterroristes marocains, qui collaborent tant avec l'Espagne, soient parmi les meilleurs au monde, ce n'est pas une découverte et il est certain qu'ils ont déjà pris les mesures appropriées pour faire face à la menace.
Cependant, et en Espagne nous en avons l'amère expérience, le protagoniste de la guerre subversive compte sur le facteur surprise, ce qui semble prévisible se transforme en quelque chose d'inattendu.
Le Polisario peut-il avoir des "cellules dormantes" sur le terrain ? C'est une éventualité, trop prévisible pour ne pas avoir été prise en compte par les Marocains. Y a-t-il des citoyens d'autres nationalités qui vivent dans la zone et qui ont accepté de collaborer avec le groupe sahraoui ? C'est une hypothèse valable et dangereuse, dont l'Espagne a également souffert. Les attaquants peuvent-ils facilement percer les murs défensifs marocains, attaquer et retourner à leurs bases ? Ils le peuvent, même si c'est difficile. Les questions sont nombreuses et toutes doivent être prises en compte.
Cependant, ce dernier point est l'un des plus inquiétants, car nous le connaissons également en Espagne. Après avoir perpétré leurs actions criminelles, les terroristes reviennent, ou essaient de revenir, à leurs bases de départ, en l'occurrence sur le territoire algérien.
La France a été, jusqu'à la fin des années 80, le « sanctuaire » dont ETA avait besoin pour commettre ses attentats et revenir dans une « zone de confort ». La question s'impose. Le Maroc supporterait-il, sans une réponse adéquate, que les polisarios retournent en Algérie sans une réaction adéquate aux actions commises ? Certainement pas.
Alors, que se cache-t-il derrière la menace du polisario et sa possible mise en œuvre en territoire saharien ? L'étincelle dont Alger a besoin pour ouvrir un conflit général aux conséquences incalculables ?
La "cause" sahraouie, pour laquelle les dirigeants du polisario se permettent de menacer à droite et à gauche, y compris les entreprises espagnoles de la zone, a fini par transformer un simple "pion" algérien en un dangereux damier dans lequel, au final, les perdants sont les Sahraouis eux-mêmes.
Les camps de Tindouf, où est basé le Polisario, sont gardés en permanence par les forces algériennes. Pour empêcher les attentats marocains ? Pour que rien ne bouge à leur insu ou pour empêcher certains de prendre la route du Sahara pour retourner sur leurs terres ?
Le Polisario est trop important pour l'Algérie pour le laisser marcher librement et maintenant, malgré les Sahraouis (pas leurs dirigeants). C'est la carte de l'Algérie pour déclencher un conflit général avec le Maroc. Autre chose, Rabat ne se laisse pas prendre au piège et répliquera, en toute légitimité, aux attaques qui pourraient être commises contre ses intérêts ou ceux des tiers sous sa protection.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.