Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La première pandémie du XXI ème siècle (suite)
Publié dans L'observateur du Maroc le 19 - 04 - 2020

Gen (ret) Dominique Trinquand a fait partie du groupe des conseillers du Président français Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle.

Faisant suite aux épidémies de grippe (espagnol, asiatique, Hong Kong..) du XX ème siècle et Ebola en 2015, la pandémie COVID 19 est réellement la première du XXI siècle. Non pas tant par la crise sanitaire que parce qu'elle souligne les travers de ce siècle débutant : l'explosion des moyens de transport (en particulier aériens), la mise en scène médiatique, l'influence des réseaux sociaux et le refus de la mort. Ce ne sont donc pas seulement des traitements médicaux et un vaccin qu'il faut trouver mais surtout un antidote pour permettre à l'Homme de surmonter cette crise et d'en sortir plus fort.
Après la crise les avions revoleront, les réseaux sociaux et les media ne s'arrêteront pas. Dans la lutte engagée la science et la médecine sont évidemment importantes, mais comprenons que ce n'est là qu'un aspect du sujet. La crainte de la mort qui pourrait toucher toute l'humanité ne peut être vaincue que par des ressources internes à l'Homme, par sa capacité à relativiser et à se concentrer sur l'essentiel. De même que l'Homme est le vecteur de transmission du virus, c'est en lui qu'il doit trouver les ressources pour affronter la crise. Plusieurs semaines de confinement, nous rappellent deux évidences : la relation humaine est au cœur de la société et le travail est une nécessité économique bien sûr mais aussi sociale.
« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé », disait le poète. Que dire lorsque tous les êtres vous manquent ? Phénomène extraordinaire, alors que les réseaux sociaux tournent à plein régime, c'est la relation humaine directe, physique qui manque aux individualistes que nous sommes. Il n'est qu'à voir les sourires échangés entre inconnus lors de la promenade autorisée qui invitent à un échange même s'il est réduit au minimum. Paradoxe, cette proximité sociale artificiellement supplantée par les réseaux retrouve sa raison d'être alors que la distanciation sociale est imposée. Dramatiquement, dans les EPAD nos ainés meurent autant de solitude que du virus. L'Homme retrouve là ce qui est à l'origine de son développement si bien décrit par Yuval Noah Harari, la relation sociale. C'est peut-être le premier aspect positif qu'il faut retenir de cette période de confinement, ce retour aux sources. Nous avons besoin les uns des autres pour faire société.
Le travail sous toutes ses formes fait aussi partie de cette relation sociale, c'est un moteur qui nous pousse au dépassement et donne un rythme à la vie. Là aussi, quel bonheur de voir les sourires de ces ouvrières qui ne s'étaient pas vues depuis plusieurs semaines se retrouver pour produire ensemble et ainsi contribuer à la lutte par une œuvre commune. Les dirigeants aussi étaient là pour partager l'inquiétude de la reprise mais aussi la joie de contribuer à cette œuvre. Il est beaucoup question du télétravail et de nombreuses leçons seront à tirer de son utilisation extensive, mais outre le fait que celui-ci ne s'applique pas à tous les emplois, il ne remplacera jamais complètement la relation directe entre collaborateurs.
Comment un monde en plein développement, sûr de lui et de sa réussite peut-il en quelques semaines voir s'écrouler toutes ses certitudes et se reposer des questions fondamentales ? Il est probable que l'Homme n'était devenu qu'un objet et non le sujet autour duquel le monde devait se construire. Pour retrouver ce sujet, il convient probablement de reconsidérer tout son cheminement, de la naissance à la mort avec la totalité de son parcours fait de succès et d'échecs mais surtout de relations humaines. « …il n'est qu'un luxe véritable, c'est celui des relations humaines ». Ce luxe nous est vital. Méditons cette citation d'Antoine de Saint-Exupéry ou relisons Terre des hommes avant le 11 mai pour ne pas repartir comme si rien ne s'était passé.
Gen (ret) Dominique Trinquand


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.