Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    Ministère de l'Agriculture: voici le budget d'investissement en 2021    La justice française saisie par des femmes marocaines agressées par des pro-polisario    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Le Maroc, un partenaire «très fiable» avec lequel l'UE souhaite poursuivre le partenariat    Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    L'heure du bilan !    Total Maroc a vu son activité baisser à afin septembre    Décès de Mohamed Abarhoun: ce que l'on sait    Maroc-Japon : Signature à Rabat d'un échange de notes portant sur un prêt de 200 millions de dollars    Deux arrestations sur l'autoroute Oujda-Fès (DGSN)    Ylva Johansson et le patron de l'Anapec font le point sur l'évolution du projet Palim (vidéo)    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Algérie: François Ciccolini suspendu 2 ans!    PLF 2021 : les amendements des conseillers    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    ENTRETIEN / Crédit du Maroc se met au vert    Trafic de tests PCR : trois médecins arrêtés à Fès    Covid-19 : Une enquête de CNN révèle les erreurs de Pékin    Le groupe Medi1 s'allie au centre de recherches africain Timbuktu Institute    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Oscars 2021. Le Miracle du Saint Inconnu représente le Maroc    Merendina parle le langage de l'amour    Covid-19: voici le premier pays européen à approuver le vaccin Pfizer/BioNTech    CHAN / Cameroun 2021: 5 arbitres marocains convoqués    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 2 décembre    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Jennifer Lopez complètement nue    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Fonds de lutte contre le cancer verra-t-il le jour ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 28 - 09 - 2020

A ce moment même, le chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani accueille Omar Cherkaoui, mandataire de la pétition pour la création d'un Fonds dédié à la lutte contre le cancer. Au bout de cette réunion, on saura quelle suite sera donnée à cette réclamation populaire.

Par Hayat Kamal Idrissi

Mourir car n'ayant pas les moyens de se soigner, c'est le triste destin de beaucoup de Marocains frappés par le cancer. Cette pétition pour la création d'un Fonds dédié à la lutte contre cette maladie est la meilleure manière de leur rendre justice comme l'affirme ses initiateurs. Au bout de neuf mois de gestation, on saura aujourd'hui si ce Fonds verra le jour finalement.
Genèse
Tout commence avec la mort tragique d'une jeune militante de Meknès. Vaincue par le cancer, elle tombe sur le champ de bataille faute de moyens. Triste fin pour une boule d'énergie qui, au bout d'un combat désespéré, cède et s'en va en laissant un arrière gout amer à ses amis. Un cas parmi des milliers, voire des millions d'autres... « C'était triste de constater que Intissar est partie car n'ayant pas les moyens financiers pour lutter contre la maladie. Et le plus triste c'est de savoir que Intissar n'est qu'un cas parmi des milliers d'autres. Des citoyens malades qui affrontent seuls et sans les moyens une maladie féroce. Cette pétition est notre manière de leur dire qu'ils ne sont plus seuls », nous explique auparavant Jaouad Ech-Chafadi, l'un des initiateurs et membre de la présentation de la pétition nationale pour un fonds public de lutte contre le cancer.
Un défi de taille ! « La loi nous offre cette option, cette occasion d'intervenir en tant que citoyens et d'opérer le changement en signant une pétition pourquoi pas la saisir et sauver des vies », rajoute Ech-chafadi. En effet, l'initiative fait valoir l'article 31 de la Constitution qui astreint l'Etat à mobiliser « tous les moyens disponibles pour faciliter l'égal accès des citoyennes et des citoyens aux soins de santé, à la protection sociale, à la couverture médicale et à la solidarité mutualiste ou organisée par l'Etat ». Pour Omar Cherkaoui et ses amis le traitement du cancer doit revêtir le caractère de service public. « L'Etat doit assumer ses responsabilités. On peut mourir d'un cancer mais il est inadmissible d'y succomber car n'ayant pas les moyens de s'offrir des soins », s'insurge Ech-chafadi.
« Ces malades issus de catégories marginalisées et vulnérables socio-économiquement souffrent souvent de problèmes financiers qui ne leur permettent pas de couvrir toutes les dépenses, considérables, que requiert le parcours de soins », stipule la note de la pétition nationale, lancée le 24 décembre 2019. Un constat qui, d'après les pétitionnaires, nécessite une intervention urgente consistant à la création d'un régime spécial pour couvrir toutes les détails de la prise en charge des malades du cancer. Sans exceptions liées à des besoins ou une catégorie sociale spécifiques, insiste-t-on dans la pétition.
Forte mobilisation
Selon la loi organique n° 44-14 sur les pétitions, pour que cette pétition soit valable, ses initiateurs doivent recueillir 5.000 signatures. « Nous avons été agréablement surpris par le degré d'implication, de mobilisations et cette envie de changement chez les citoyens. Dès le lancement et au bout de 12 jours seulement nous avons recueilli 12.000 signatures. Le lendemain du lancement d'appel à candidature des coordinateurs qui devraient recueillir les signatures auprès des citoyens, nous avons reçu plus de 1000 candidatures au Maroc et 130 à l'étranger », explique Joaud Ech-Chafadi. Une forte mobilisation qui en dit long sur la sensibilité et l'importance de cette cause.
« C'est l'affaire de tous. Chacun de nous a perdu un être cher à cause du cancer, chacun de nous voit chaque jour un proche lutter contre cette maladie, chacun de nous assiste, souvent impuissant, au combat désespéré d'un parent ou d'un ami contre une maladie si couteuse et fatale quand les moyens n'y sont pas. C'est pour cela que cette pétition et l'idée de ce fond interpelle et pousse à agir », analyse Amine Abkari, coordinateur de la pétition à Bouznika. Acteur associatif et journaliste correspondant, Amine est l'un des 1000 volontaires qui se sont activé à travers le Royaume pour assurer le bon déroulement de l'opération mais surtout de sa validité légale et la recevabilité de la pétition.


Démocratie participative
« Car c'est là l'une des grandes causes de refus de précédentes pétitions », rajoute Ech-Chafadi qui insiste sur l'importance de bien ficeler la procédure et de faire les choses dans les règles. Regroupant des experts de différents horizons, le comité de présentation dont le mandataire est le constitutionnaliste Omar Cherkaoui, veille en effet à la professionnalisation et sur la validité de la démarche pour éviter que toute cette mobilisation tombe à l'eau. « Le comité, nos coordinateurs, nous tous nous vérifions jusqu'aux petits détails pour éviter le piège de l'irrecevabilité. D'ailleurs nous avons banni la signature électronique qui n'a aucun poids. Un citoyen qui n'est pas inscrit sur les listes électorales ne pourra pas signer une pétition. Si on veut faire de la démocratie participative, il faut se soumettre aux règles du jeu », insiste-t-on auprès du comité de présentation.
D'après Amine Abkari, coordinateur de Bouznika, c'est ce point justement qui a empêché un bon nombre de citoyens désireux d'y participer, de signer. « Beaucoup de gens ne sont pas inscrits sur les listes électorales et c'est bien dommage car leur signature n'a aucun poids dans ce cas » explique-t-il. « La pétition appelle à l'institution du Fonds via un compte spécial inscrit dans la loi de finances 2021. Une fois admise par le gouvernement, l'initiative va atterrir devant le législateur. Notre objectif est de lancer un débat national et de le porter au parlement pour qu'il devienne un sujet d'opinion publique. Le nombre de signature est censé asseoir la légitimité de la pétition », nous explique Ech-Chafadi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.