Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer
Publié dans L'opinion le 17 - 10 - 2021

Si les mentalités évoluent, la contraception reste aujourd'hui encore principalement une affaire de femmes. Et pour cause, outre le préservatif et la vasectomie, les contraceptifs masculins, tels que la pilule masculine, se font encore très rares sur le marché.
Pilule, implant, stérilet, ou encore anneau vaginal... Lorsqu'on pense à la contraception féminine, une pléthore de moyens nous viennent à l'esprit. Mais la contraception masculine nous laisse en revanche plus démunis. Depuis plusieurs années pourtant, des voix s'élèvent arguant qu'en 2021, les femmes ne devraient plus forcément endosser seules la responsabilité de la contraception. Mais si le débat s'immisce dans la vie des couples et que certains hommes sont prêts à assumer cette charge contraceptive, dans les faits, les alternatives restent peu nombreuses.
Encore trop peu accessible et donc trop peu représentée, la pilule contraceptive masculine répond pourtant à une demande grandissante. Quand une femme rencontre des difficultés avec les méthodes de contraception classiques, beaucoup de couples se retrouvent dans une impasse contraceptive. « Si on ne veut plus avoir recours à la pilule ou au stérilet, il ne reste plus beaucoup de solutions : soit préservatif, soit abstinence... ou sinon, une pilule masculine », explique Nadia, 42 ans.
Partager les responsabilités
Les hommes sont fertiles toute leur vie alors que les femmes ne sont fécondes que quatre à cinq jours par mois. Et encore, il ya la ménopause. Pourtant, la contraception reste depuis toujours l'affaire des femmes. « La contraception est une affaire de couple, au moins pour la prise de décision. Elle concerne majoritairement les femmes parce que la contraception féminine est beaucoup plus simple à utiliser, alors que celle de l'homme n'est pas encore au point », explique Professeur Chafik Chraïbi, gynécologue-obstétricien.
Les femmes disposent d'une multitude de moyens de contraception, alors que les hommes n'en ont que trois « connues » à savoir le préservatif, la vasectomie, les injections hormonales... Dans d'autres pays, l'homme ne dispose que d'une seule et unique méthode à savoir le préservatif. Comme c'est le cas au Maroc en l'occurrence. Faute de choix en matière de moyens de contraception, « certains ont toujours recours à des méthodes traditionnelles tel le coït interrompu qui demeure une méthode très peu fiable », indique Pr. Chraïbi.
Qu'en est-il de la pilule masculine ?
La pilule contraceptive masculine existe depuis belle lurette, et a été utilisée en France en 1979. Elle a pour objectif de coincer la production des spermatozoïdes. Elle ne semble pas être vraiment du goût des spécialistes, que ce soit pour les hommes qui n'y ont pas vraiment recours même là où elle se trouve, ou pour les femmes, pour qui celle-ci demeure le moyen contraceptif le plus prisé.
« Ce n'est pas par machisme que les hommes ne veulent pas comment fabriquer, mais c'est parce que le cycle de l'homme est plus compliqué que celui de la femme : le cycle de spermatogenèse de l'homme dure 120 jours, alors que pour les femmes, le cycle est uniquement de 28 jours », souligne le professeur. « La pilule masculine existe mais elle est très peu utilisée. Il faut d'abord la commencer 3 mois auparavant pour altérer le cycle de la spermatogenèse », ajoute-t-il.
Selon Pr. Chraïbi, « la pilule contraceptive masculine n'existe pas au Maroc. En 2021, la pilule masculine n'est pas une méthode courante de contraception pour les hommes ». L'efficacité certifiée de la pilule masculine est très limitée dans le temps.
« On n'est pas sûr que cette pilule soit véritablement efficace et inoffensive », prévient Pr. Chraïbi. Pourquoi il n'existe pas de pilule masculine en 2021 ? Tout simplement, parce qu'il n'y a pas de demande. « Les hommes ne le réclament pas. Je pense que ça arrange tous les hommes de ne pas avoir à s'occuper de cette charge mentale importante liée à la contraception », précise le spécialiste.
« La pilule pour homme reste toujours absente sur le marché puisqu'elle présente, notamment, trop d'inconvénients d'un point de vue scientifique. En effet, il est extrêmement difficile de bloquer la spermatogenèse, un phénomène qui est continu, tandis que l'ovulation chez la femme est mensuelle, prévisible et plus facile à maîtriser », conclut Pr. Chraïbi.
Meryem EL BARHRASSI

Freins à la contraception masculine

Même si les méthodes de contraception sont à l'avenir commercialisées, les barrières à la contraception masculine ne sont pas seulement physiologiques, mais également sociologiques.
« Si certains hommes étaient potentiellement intéressés par ces nouveaux moyens de contraception, l'usage de ces derniers prendrait du temps à entrer dans les moeurs. D'après mon expérience, la plupart des hommes ne se disent pas encore prêts à assumer la contraception au sein du couple », observe Dr. Chraïbi.
La présence d'une pilule contraceptive masculine sur le marché est conditionnée : la peur ressentie par les hommes d'une atteinte à la virilité, une castration symbolique, une perte du statut social dominant, et surtout une crainte remarquable de la féminisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.