Malversations, détournements : la justice épingle la gabegie de la chose publique du PJD    Gaz au Maroc: SDX Energy annonce le lancement des opérations de forage d'un nouveau puits    Des MRE découvrent les opportunités d'investissement à Marrakech-Safi    Attaque contre Salman Rushdie: du nouveau dans l'affaire    Coupe Davis: le Maroc marque son retour au Groupe ll Euro-Afrique    Covid-19 au Maroc : 117 nouvelles infections et 1 décès ce samedi    La Zambie prête à répondre aux demandes alimentaires en Afrique    Sebta : Deux organisations espagnoles demandent une enquête sur l'expulsion d'enfants marocains    14 août 1979 – 14 août 2022: 43ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Plusieurs clubs espagnols veulent s'arracher Mohamed Bouldini    Tata: l'INDH s'implique pour favoriser l'insertion de la femme rurale dans le tissu économique    Vidéo. Arrestation d'un jeune ayant agressé un policer à Al Hoceima    « Casa del Mar » repère architectural à valeur historique    Salman Rushdie sous ventilateur après avoir poignardé, pourrait perdre un œil    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 13 Aout 2022    Diaspo #251 : Nabil Labhilil, dynamo de l'équipe de France de football pour amputés    Football : La ville de Berkane célèbre le sacre de la RSB en Coupe du Trône    Bourse de Casablanca: l'essentiel du résumé hebdomadaire    CMI : Le Maroc compte désormais 8.017 GAB    AS FAR : Fernando Da Cruz pour remplacer Sven Van Den Broek    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Trophée Yachine 2022 : Bounou parmi les 10 nominés    Maroc: Prévisions météorologiques    Dépréciation du DH face au Dollar    Séoul combat les pluies torrentielles    L'édition 2022 du Moussem Moulay Abdellah Amghar touche à sa fin    Corée du Sud : le patron de Samsung gracié pour « aider l'économie »    Cardiologie. ESC Congress 2022 Barcelona, sur place et en ligne, du 26 au 29 août    Maroc : au nord, les retenues des barrages enregistrent un considérable déficit    Casablanca: Arrestation d'une personne figurant dans une vidéo avec une moto volée en train de menacer un policier (DGSN)    Jeune Afrique : Akhannouch s'apprête à procéder à un remaniement ministériel à la demande du Roi    PLF 2023 : la racine carrée de l'Etat social    Lions de l'Atlas : Walid Reguragui pour succéder à vahid Halilhodzic ?    Salman Rushdie poignardé : son assaillant félicité par la presse conservatrice iranienne    USA: Salman Rushdie sous respirateur artificiel, risque de perdre un oeil    Fin de l'idylle entre Dounia Batma et son mari ? (VIDEO)    USA : l'écrivain Salman Rushdie entre la vie et la mort après une attaque à l'arme blanche (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Global Peace Index 2022 : Plus de 19 milliards de dollars, le coût économique de la violence au Maroc
Publié dans L'opinion le 21 - 06 - 2022

Le Maroc est classé 74ème (au lieu de 65ème en 2021) parmi 163 pays dans le Global Peace Index (GPI) 2022, fraîchement publié par The Institute for Economics & Peace (Institut pour l'Economie et la Paix), basé à Sydney.
Le GPI se base sur une vingtaine d'indicateurs qualitatifs et quantitatifs et mesure l'état de la paix à travers trois thématiques : le niveau de la sécurité et de la sûreté de la société, l'étendue des conflits nationaux et internationaux en cours, et le degré de militarisation.
Lancé en mai 2007, l'Indice est établi par le magazine The Economist et un jury d'experts faisant partie d'instituts sur la paix ou de think tanks, ainsi que le Centre for Peace and Conflict Studies (Centre d'études sur la Paix et les Conflits) de l'Université de Sydney en Australie. La 16ème édition du GPI 2022 constate que le monde est devenu moins paisible pour la onzième fois au cours des 14 dernières années, le niveau moyen de la paix du pays se détériorant de 0,3% au cours de la dernière année. Au total, l'indice révèle que la tranquillité s'est améliorée dans 90 pays et s'est détériorée, par contre, dans 71 Etats.
Le Maroc, pays le plus paisible de l'Afrique du Nord
Avec un état de paix « moyen », le Maroc, décrochant un score de 1,969 sur 5, est classé 6ème dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), devancé par le Qatar (1er dans la région et 23ème mondial), le Koweit (39ème), la Jordanie (57ème), les Emirats Arabes Unis (60ème) et Oman (64ème).
« Le nombre de pays qui n'ont enregistré aucune importation d'armes en 2008 était de 29. En 2021, ce nombre était tombé à 16. La valeur moyenne par habitant des importations d'armes a augmenté plus au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Sept des dix pays avec les plus grandes importations d'armes par habitant proviennent de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord », peut-on lire dans le rapport.
A l'inverse, le Royaume devance ses voisins : Tunisie (85ème), Algérie (109ème), Egypte (126ème) et Libye (151ème). En Afrique, le Maroc arrive à la 10ème position. La 1ère place revient, sans surprise, à l'île Maurice (28ème mondiale), suivie du Ghana (40ème mondial), du Botswana (48ème), de Sierra Leone (50ème), de Zambie (56ème), du Malawi (65ème), de Namibie (68ème), du Sénégal (70ème) et du Rwanda (72ème).
« L'Afrique subsaharienne a enregistré une légère baisse de la tranquillité dans le 2022 GPI, le score moyen se détériorant de 0,022 points. Sur les 44 pays de la région, 21 ont amélioré leurs scores, tandis que 22 ont vu leurs scores détériorés et le score d'un pays est resté inchangé. La région est moins paisible que la moyenne mondiale sur les domaines de la sécurité et de la sécurité et des conflits en cours, mais plus paisible que la moyenne mondiale dans le domaine de la militarisation. Cinq coups d'Etat ainsi que des litiges sur les résultats des élections et les allégations de corruption ont entraîné une augmentation des troubles civils et de l'instabilité dans la région, entraînant une détérioration dans l'indicateur de terreur politique de 6,9% », déplore l'Institut pour l'Economie et la Paix dans son rapport « Mesurer la paix dans un monde complexe ».
En détail, le Maroc obtient un score de 1.891 pour l'étendue des conflits nationaux et internationaux en cours (111ème), contre 2.158 pour la sécurité et la sûreté de la société (60ème) et 1.752 pour le degré de militarisation (74ème). D'après le GPI 2022, le Maroc a enregistré au cours de l'année écoulée un coût économique de la violence qui représente 7% du PIB du pays. Ce coût est estimé à 19,91 milliards de dollars.
Impact de la guerre en Ukraine sur la paix
Le GPI 2022 montre, d'autre part, que l'Islande reste le pays le plus pacifique dans le monde, avec une amélioration de son score de 3,4%. Une position qu'elle occupe depuis 2008. Elle est suivie par la Nouvelle-Zélande, l'Irlande, le Danemark et l'Autriche.
Pour la cinquième année consécutive, l'Afghanistan est le pays le moins pacifique, suivi du Yémen, de la Syrie, de la Russie et du Soudan du Sud. Le rapport note aussi que deux des cinq pays avec les plus grandes détériorations de la paix sont la Russie et l'Ukraine, rejoints par la Guinée, le Burkina Faso et Haïti. Toutes ces détériorations étaient dues au conflit en cours.
Sur les 23 indicateurs du GPI, les plus fortes détériorations ont été enregistrées dans les relations avec les pays voisins, l'intensité des conflits internes, les réfugiés et les personnes déplacées, l'ampleur de la terreur politique et l'instabilité politique. Vingt-huit pays ont des niveaux élevés d'instabilité et dix pays ont enregistré le pire score de terreur politique possible.
Le GPI montre aussi que l'inégalité mondiale en matière de paix a continué d'augmenter. Depuis 2008, les 25 pays les moins pacifiques se sont détériorés en moyenne de 16%, tandis que les 25 pays les plus pacifiques se sont améliorés de 5,1%.
Depuis 2008, 116 pays ont réduit leur taux d'homicides. Le coût de la violence pour l'économie mondiale est de 16.500 milliards de dollars, soit 10,9% du PIB mondial, soit l'équivalent de 2117 dollars par personne. Pour les dix pays les plus touchés par la violence, l'impact économique moyen équivalait à 34% du PIB, contre 3,6% dans les pays les moins touchés.
Des améliorations substantielles ont été constatées pour plusieurs indicateurs, notamment l'impact du terrorisme, les armes nucléaires et lourdes, les décès dus à des conflits internes, les dépenses militaires, les taux d'incarcération et les perceptions de la criminalité. L'impact du terrorisme est à son plus bas niveau depuis la création du GPI.
« L'année dernière, nous avons mis en garde contre les retombées économiques du Covid-19. Nous connaissons actuellement des pénuries dans la chaîne d'approvisionnement, une inflation croissante et une insécurité alimentaire qui ont été aggravées par les événements tragiques en Ukraine. Les conséquences politiques et économiques de cette situation se répercuteront dans les années à venir. Lorsqu'elles sont combinées avec les scores record des relations de voisinage, l'insécurité politique et l'intensité des conflits internes, les gouvernements, les organisations et les dirigeants doivent exploiter le pouvoir de la paix », souligne Steve Killelea, fondateur et président exécutif de l'IEP (Institute for Economics & Peace).
« La valeur économique de la paix perdue a atteint des niveaux records en 2021. Il est nécessaire d'inverser cette tendance, et le GPI a montré que les pays qui mettent en oeuvre les attitudes, les institutions et les structures qui créent et maintiennent des sociétés pacifiques, connaissent une amélioration des résultats économiques », ajoute-t-il.
A. CHANNAJE
Militarisation

La militarisation était le seul critère du GPI à enregistrer une amélioration de 2008 à 2022. Le score moyen dans ce domaine s'est amélioré de 5,2% sur cette période, avec 113 pays enregistrant une amélioration et 48 une détérioration.
Les améliorations les plus notables se sont produites au niveau de l'indicateur de financement du maintien de la paix des Nations Unies, et d'armes nucléaires et lourdes. Un total de 112 nations ont enregistré des améliorations du taux du personnel armé. Ce taux est passé de 460 soldats pour 100.000 habitants en 2008 à 389 soldats pour 100.000 habitants au début de 2022.
Les dépenses militaires en pourcentage du PIB se sont améliorées dans 94 pays entre 2008 et 2022. La plus grande détérioration par région s'est produite en Amérique centrale et aux Caraïbes, et en Asie du Sud, où le score des dépenses militaires moyen s'est détérioré de plus de 15% chacun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.