Murcie : La sélection du Maroc U20 de football s'impose face au Chili    Tanger-Med: saisie de pièces en or d'une valeur de plus de 500.000 dirhams    Salé : Quand le cinéma se conjugue au féminin    فيروس كورونا : الحالة الوبائية تتميز بانتشار جد ضعيف للفيروس بالمغرب    Le Gabon présidera le Conseil de sécurité de l'ONU à partir du 6 octobre    Abdellatif Hammouchi reçoit le patron de la Sûreté nationale en Mauritanie    Maroc : 9 morts après la consommation d'alcool frelaté, 2 arrestations    Une caravane de l'Association Moltaka B'ladi pour la citoyenneté cible 950 bénéficiaires    Santé : le Groupe AKDITAL met en service sa 12éme infrastructure de santé à Sidi Maarouf    BAM: le taux directeur passe de 1,5 à 2%    Shakira va être jugée en Espagne pour fraude fiscale    Vidéo / Festival « Symphonyat » : A la rencontre d'artistes de la 2ème édition    Maroc-Paraguay: Un match amical sous haute surveillance    Inclusion financière des artisans :convention entre le ministère du Tourisme et Crédit agricole    «Ormindo», un opéra baroque le 30 septembre à Rabat    Sefrou: Clôture du 20ème Festival national des pommes d'Imouzzar Kandar    Football pour amputés: «L'équipe nationale en stage de préparation en Turquie»    Covid-19 : l'épidémie poursuit son déclin au Maroc    Nul fou mais en trompe-l'oeil entre Angleterre et Allemagne    Al Rayyan ne lâche pas Boufal !    Le Conseil de la concurrence dénonce l'absence de toute concurrence sur les prix et la forte concentration du marché    Le Maroc lance un appel à l'Algérie pour reprendre le processus des tables rondes    Sommet de la Ligue arabe: le ministre algérien de la Justice reçu par Nasser Bourita    Politiques culturelles. Le Maroc participe aux travaux de Mondiacult de l'UNESCO    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mardi 27 septembre 2022    Béni Mellal: plusieurs blessés dans un terrible accident d'autocar (PHOTOS)    Pénuries alimentaires et crise financière aggravée en Tunisie    Ukraine : Quatre régions vont passer à la Russie    M. Akhannouch représente SM le Roi Mohammed VI aux funérailles d'Etat de l'ancien Premier ministre japonais feu Shinzo Abe    Sitel et Majorel abandonnent leur projet de fusion    Bank of Africa dédie un parcours digital exclusif au programme Intelaka    L'Italie a voté – à l'extrême droite, craintes en Europe    Le programme complet du Festival Moga, cinq jours de fête et une soixantaine d'artistes    Abdelfattah El Harraq, une figure du sport à la télé, est décédé    Des publications attribuées à Brahim Saadoun font le buzz, son père réagit    Perturbation des chaînes d'approvisionnement: le Maroc s'en sort plutôt bien    Botola: voici le programme de la 4ème journée    Fakhreddine Rajhi fait l'éloge de Walid Regragui    Le torchon brûle entre le comédien Taliss et «un collègue» (PHOTO)    Le 1er Rabie-I 1444 correspond au mercredi 28 septembre 2022, Aid Al Mawlid Annabaoui célébré le dimanche 9 octobre    BMCE Capital lance un fonds pour le financement des startups marocaines innovantes    Zone euro : La BCE prévoit de poursuivre la remontée de ses taux d'intérêt    Le Malawi élimine le trachome, une maladie tropicale qui provoque la cécité (OMS)    Interview avec Nawal Sfendla : « L'Everest est mon rêve ultime »    DGSN: Hammouchi exige de ses hommes plus de réactivité dans le traitement des plaintes    Tunisie: Un nouveau parti politique annonce son boycott des prochaines législatives    Washington cherche à appuyer une réforme improbable du Conseil de sécurité    Le Roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de feue Aïcha Ech-Channa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?
Publié dans L'opinion le 07 - 08 - 2022

Tenant compte de la multiplicité des crises mondiales et de leur persistance, les membres de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) se sont entendus sur des résultats concrets lors de la 12ème Conférence ministérielle qui s'est tenue en juin dernier. Comment se répercutent ces négociations sur les intérêts africains et marocains ?
Les négociations ont abouti à six accords, déclarations et décisions ministérielles qui répondent à certains défis actuels, notamment la durabilité des pêches et des océans ainsi que les réponses aux pandémies et le renforcement de la sécurité alimentaire. Ces accords constituent un ancrage juridique des règles dans le commerce international. « C'est le respect de ces règles par tous les membres de l'OMC qui contribue à la stabilité et à la prévisibilité de l'environnement des affaires dans le monde», indique un rapport intitulé «Résultats de la 12èmeConférence ministérielle de l'OMC. Qu'y a-t-il pour l'Afrique et le Maroc ?», publié le 27 juin par le Policy Center for the New South (PCNS).
Synergies potentielles entre l'OMC et la ZLECAf
En effet, la relation de l'OMC avec l'Afrique ne se limite pas aux négociations récentes ou futures. Elle est profondément ancrée dans le travail quotidien de l'Organisation, à l'appui des objectifs des pays africains. Ces coopérations se traduisent par un soutien technique pour les négociations de la ZLECAf à la Commission de l'UA, ainsi qu'aux Etats membres de l'UA. « Ce soutien touche à de nombreux fronts tels que la préparation des listes tarifaires des biens et services pour le nouvel accord ou le renforcement des capacités sur l'importante question des règles d'origine, une partie nécessaire pour donner plein effet à la ZLECAf », explique le Policy Center.
Les ressources halieutiques au coeur des préoccupations
Conscients que le secteur de la pêche fait partie des principaux défis à relever pour réussir la ZLECAf, les membres de l'Organisation Mondiale du Commerce ont mis en avant l'importance de l'accord relatif au secteur de la pêche. L'un des objectifs de ces négociations est de permettre le maintien et le renouvellement des stocks halieutiques et d'assurer la pérennité des océans.
L'accord signé dans ce sens permet «d'atteindre le premier des objectifs de développement durable ou ODD des Nations Unies». En période de pêche illégale, l'application des lois sur la pêche est un défi de taille pour les Etats côtiers, qui manquent souvent de ressources nécessaires pour surveiller correctement leurs zones maritimes (eaux intérieures, mer territoriale, eaux archipélagiques et zone économique exclusive (ZEE)). Cela soulève la question de savoir si, et dans quelle mesure, d'autres Etats ou acteurs privés pourraient aider ou prendre en charge les fonctions d'application de la loi. Ainsi, dans le cadre des négociations, une attention particulière a été portée aux parallèles dans la pratique de la coopération interétatique et des partenariats public-privé.
Le nouvel accord de l'OMC donne donc à la communauté internationale les moyens légaux de lutter contre cette pêche illégale. Le deuxième objectif est de discipliner les subventions à la pêche qui coûtent entre 15 et 54 milliards de dollars par an, précise le rapport, notant que l'Afrique représente environ 6% des prises mondiales de poisson et possède certaines des côtes les plus poissonneuses du globe, tandis que le Maroc se classe au 15ème rang mondial et est le premier en Afrique avec une part d'environ 1,8% des captures mondiales.
Cet accord devrait également permettre le développement des infrastructures de connectivité nécessaires, faciliter celui des activités industrielles halieutiques et de logistique, et favoriser une dynamique économique interétatique .Ceci s'aligne avec les projets de développement lancés par le Maroc et son climat favorable à l'investissement, et devrait favoriser la place du Sahara marocain en tant que véritable base économique orientée vers le continent africain.
Sécurité alimentaire : le Maroc, acteur clé
S'agissant de la sécurité alimentaire, les ministres ayant pris part à cette conférence ont adopté deux déclarations importantes, l'une portant sur la sécurité alimentaire et l'autre sur la facilitation des travaux du Programme Alimentaire Mondial (PAM) sur l'aide alimentaire humanitaire.
Dans l'environnement de poly-crise actuel, cela revêt une importance capitale pour le continent : 35 pays d'Afrique importent de la nourriture et 22 autres négocient des engrais d'Ukraine, de Russie ou des deux. « C'est aussi une période de plus grande responsabilité pour le Maroc en tant qu'acteur clé de l'industrie des engrais dans le monde », assure le think tank marocain, notant qu'en 2020, le Maroc a exporté 3,42 milliards de dollars d'engrais dans le monde et qu'il demeure un fournisseur important de l'Ethiopie (253 millions de dollars), de Djibouti (242 millions de dollars), du Nigeria (136 millions de dollars), ainsi que d'une douzaine d'autres pays d'Afrique subsaharienne.
Les faibles niveaux de commerce intra-africain peuvent être stimulés par des initiatives de commerce et d'investissement ciblées et coordonnées dans l'ensemble du secteur agroalimentaire à travers l'Afrique, indique le rapport mettant en avant «les actions menées par le Maroc au Nigeria et en Ethiopie et qui sont des initiatives extrêmement importantes pour parvenir à une prospérité partagée». Le Policy Center s'est également félicité de l'expérience marocaine en matière d'e-commerce.
Le Royaume a amélioré sa politique dans ce domaine avec de nombreuses mesures de facilitation des échanges en ligne. Il bénéficie également d'une forte pénétration d'Internet (environ 82%). «Le Maroc pourrait être leader sur ce front tant à l'OMC qu'à la ZLECAf en ce qui concerne ses négociations sur le protocole de commerce électronique et numérique», relève-t-on.
Quid de la réponse à la pandémie ?
Annonçant l'adoption d'une déclaration ministérielle sur la réponse de l'OMC à la pandémie de la Covid-19 et la préparation à de futures pandémies en oeuvrant pour faciliter l'augmentation de la production de vaccins, le think tank souligne que de nombreux pays africains, dont le Maroc, le Rwanda, le Nigeria et l'Afrique du Sud, mettent en oeuvre des investissements volontaires pour accroître leurs capacités de fabrication de vaccins et répondre à leurs besoins nationaux en période de pandémie. L'accord en question et les avancées de ces pays pour le système commercial multilatéral constituent, ainsi, un coup de pousse pour le système commercial multilatéral.
Kawtar CHAAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.