Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aéronautique
Le pari de la compétitivité
Publié dans L'opinion le 04 - 04 - 2012

Dans un contexte concurrentiel, le caractère cyclique de l'industrie aéronautique mondiale et les contraintes structurelles liées à l'organisation productive de cette activité ont fortement contribué à la refonte de sa carte industrielle sur le plan international. Cette refonte passe par l'introduction d'un certain nombre de tendances liées, notamment, à la libéralisation accélérée, l'internationalisation des acteurs industriels et les profondes mutations des stratégies des compagnies aériennes. Ces tendances structurelles, accentuées en 2008 par l'avènement de la crise économique et financière, ont contraint les grands donneurs d'ordres mondiaux à réorienter leurs stratégies dans le sens d'une réduction des coûts et par conséquent une externalisation accrue notamment vers les pays à bas coûts « low-cost ». Ce nouveau contexte mondial, marqué par la reprise des commandes des grands donneurs d'ordre du secteur (niveau record des commandes lancées dans le cadre du salon du Bourget 2011 à l'instar des commandes d'Airbus qui se sont chiffrées à 58,1 milliards d'euros sur le premier semestre 2011), offre de réelles opportunités pour le site aéronautique marocain. Ce dernier se positionne en tant que véritable plateforme industrielle destinée à fournir plus de compétitivité aux fournisseurs d'Airbus et de Boeing eu égard aux avantages compétitifs qu'il présente, au potentiel qu'il a dégagé en moins d'une décennie, ainsi qu'à sa bonne résilience à la crise économique et financière avec un taux de croissance de plus de 71% en termes d'exportations sur la période 2008-2010. Une tendance qui devrait se confirmer pour les années à venir à travers l'opérationnalisation accélérée de la stratégie aéronautique nationale conçue dans le cadre du PNEI.
Orienté dans sa totalité vers l'export, le secteur aéronautique marocain est constitué de près de 90 entreprises exerçant dans les activités de production, de services et d'ingénierie, considérées comme étant les principales composantes de la chaîne de valeur aéronautique mondiale. Ce secteur a connu, en moins de 10 ans, un essor remarquable réalisant, en 2011, un chiffre d'affaires à l'export de plus de 5,2 milliards de dirhams et 7.369 emplois hautement qualifiés. Le développement rapide de ce secteur a été porté par des opérateurs de grande envergure à l'instar d'EADS, Boeing et SAFRAN, ayant assuré la crédibilité de la destination Maroc.
Afin de tirer profit des opportunités qu'offre la nouvelle configuration du secteur sur le plan mondial et assurer une meilleure compétitivité et attractivité de la filière aéronautique marocaine, le secteur a été identifié parmi les moteurs de croissance du Pacte « Emergence » couvrant la période 2009-2015.
Les objectifs attendus sont estimés à près de 4 milliards de dirhams de PIB additionnels, de 15.000 nouveaux emplois et une perspective de croissance annuelle de 25% par an à l'horizon 2015. Cette nouvelle stratégie aéronautique devrait permettre d'ériger le Maroc comme une véritable plateforme aéronautique compétitive en faisant de Casablanca l'un des principaux centres de la région euroméditerranéenne.
La mise en place et l'opérationnalisation effective de la feuille de route aéronautique a permis au secteur de réaliser un chiffre d'affaires additionnel de 1,7 milliard de dirhams et de créer 400 nouveaux emplois sur la période 2009-2010, en dépit d'un contexte encore marqué par les effets décalés de la crise mondiale sur le secteur.
Sur le plan des infrastructures, il a été procédé à Casablanca-Nouaceur au lancement des travauxd'aménagement de la plateforme industrielle « Nouasser Aerospace City » sur une superficie de 141 hectares dont une première tranche de 78 ha est prévu pour 2012. Le concept de cette plateforme permettrait à l'investisseur international de se concentrer sur son coeur de métier en co-localisant une partie de sa production dans une zone offshore offrant la possibilité d'une implantation rapide dans un grand standard de qualité à moindres coûts.
Sur le plan formation et eu égard aux besoins du secteur en profils hautement qualifiés, l'Institut des Métiers de l'Aéronautique (IMA)47 a été mis en service en mai 2011 pour former 800 ingénieurs, cadres, techniciens et opérateurs par an à l'horizon 2015. Outre le volet technique, l'institut dispenserait d'autres formations dans les domaines annexes aux métiers de l'aéronautique, notamment les achats, la qualité, la logistique, l'ingénierie, la gestion et le management industriel.
Par ailleurs, de nombreuses actions de promotions ont été menées dont principalement la réalisation d'un plan de promotion et de commercialisation, adapté aux marchés de la France et de l'Espagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.