Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La conservation foncière a 1OO ans d'immatriculation
Publié dans L'opinion le 02 - 12 - 2013

L'Agence nationale de conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) commémore cette année le centenaire de l'immatriculation foncière.
A cet effet, l'Agence vient d'organiser le 29 novembre de l'année en cours, à Skhirat, une conférence sous le thème «L'immatriculation foncière garante du droit de propriété et levier de développement». Et ce, en présence du Chef du gouvernement, de plusieurs ministres et autres hauts responsables dont des invités de renommée, venus de pays arabes.
Une conférence qui avait le mérite de mettre en valeur l'importance de l'immatriculation dans la garantie de la propriété foncière et son impact sur le développement économique et social.
En fêtant aujourd'hui ses 100 ans, l'ANCFCC, garante du patrimoine foncier, se rappelle bien de sa loi fondatrice qui a été promulguée en 1913. Du temps du Protectorat
Depuis, cette agence a eu un parcours bien fourni.
Le 13 juin 2002, est une date à retenir dans le parcours de cette agence.
C'est justement à cette date que l'Agence nationale de conservation foncière, du cadastre et de la cartographie sera dotée de «la personnalité morale et de l'autonomie financière».
En chiffres, ce sont, en moyenne annuelle, plus de 2 millions d'usagers qui font appel à la conservation foncière et ses 150 services. Et au fur et à mesure de sa modernisation, l'Agence nationale de conservation foncière, du cadastre et de la cartographie est parvenue à établir chaque année quelques 200.000 titres fonciers et 730.000 certificats de propriété.
Parallèlement, l'Agence nationale de conservation foncière, du cadastre et de la cartographie est un gros pourvoyeur de fonds aux recettes de l'Etat dans la mesure où elle procurerait, au titre du projet de loi de Finances 2014, environ 2 milliards de DH de contribution au budget général.
De ce fait, l'Agence Nationale de la Conservation foncière du cadastre et de la cartographie devient, et depuis quelques temps déjà, le second pourvoyeur au budget de l'Etat après l'OCP.
Cette situation est le résultat de l'effet conjugué deux facteurs.
D'une part, l'effet de l'immobilier. Et d'autre part, le fruit de la réforme de 2002.
Laquelle réforme a élargi les prérogatives de l'Agence, ce qui lui a donné, à juste titre, les moyens de sa mission ainsi que de son ambition.
Des prérogatives qui consistent, entre autres, à une sécurisation du foncier, y compris dans le milieu rural au sein duquel, structures obligent, un grand effort de communication reste encore à faire.
En somme, il y a lieu de retenir que l'Agence nationale de conservation foncière, du cadastre et de la cartographie est un établissement qui est quand même parvenu à moderniser ses structures et son mode de fonctionnement.
Aujourd'hui, l'Agence nationale de conservation foncière, du cadastre et de la cartographie emploie 5000 personnes et compte 150 services extérieurs.
Sans oublier bien entendu sa banque de donnée qui comporte plus de 3 Millions de titres fonciers et autant de plans cadastraux.
Et c'est justement à ce titre que l''Agence nationale de conservation foncière, du cadastre et de la cartographie est amenée à participer à la réflexion sur le code foncier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.