Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    L'ouverture de consulats au Sahara marocain témoigne de l'intégrité territoriale du Royaume    Youssef Amrani : « l'Afrique est au cœur de l'identité marocaine »    Rencontre à Azilal pour débattre des différents moyens à mobiliser    L'année s'ouvre par un repli de l'indice des prix à la consommation    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    La Kechoise Marrakech    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Les retrouvailles tant attendues entre les étudiants rapatriés de Chine et leurs familles    Nador : le ministère de la Santé dément la contamination d'un Subsaharien au coronavirus    Celui qui vient de l'avenir : Abdelkébir Khatibi    Italie : à cause du coronavirus, des Marocains se trouvent actuellement isolés à Codogno    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Agadir : arrestation d'un chauffeur de camion en possession de 589 kg de chira    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine: la tuerie de Kunming, signal d'une contagion des violences
Publié dans L'opinion le 09 - 03 - 2014

L'attaque meurtrière commise samedi dans une gare du sud-ouest de la Chine, imputée officiellement à des séparatistes islamistes, illustre le risque d'une contagion hors du Xinjiang des violences qui secouent régulièrement cette région peuplée par la minorité musulmane ouïghour.
Jusqu'à présent, les actes de violence perpétrés par des Ouïghours --des musulmans turcophones se disant victimes d'une politique répressive de la part de Pékin-- restaient largement cantonnés à la «région autonome» du Xinjiang (est), dont ils constituent l'ethnie majoritaire.
Ces attaques visaient habituellement les autorités chinoises, notamment à travers des commissariats de police, et ne s'en prenaient que rarement à des civils.
Mais la tuerie de samedi marque un net changement d'échelle et de nature: 29 personnes ont été mortellement poignardées et près de 150 blessées dans la gare de Kunming, métropole du Yunnan située à 1.600 km du Xinjiang. «On ne peut pas faire autrement que la qualifier d'acte terroriste» clairement destiné à «instiller la peur dans la population chinoise», a observé Michael Clarke, analyste de l'institut de recherche Griffith Asia, basé en Australie.
Le Xinjiang est depuis 2009 le théâtre de nombreuses émeutes et violences, sur fond de tensions extrêmement vives entre les Chinois Han (ethnie ultra-majoritaire du pays) et les Ouïghours -- qui entretiennent des liens culturels étroits avec les Etats riverains d'Asie centrale.
Les Ouïghours accusent les autorités de les tenir à l'écart de l'essor économique du Xinjiang, de réprimer leur langue et leur religion, et d'adopter des mesures vexatoires -- telles des interdictions pour les femmes musulmanes de porter le voile.
«De longs préparatifs»
Cependant, l'attaque de Kunming «avec un tel bilan, dans la gare d'une très grande ville est quelque chose d'exceptionnel», a souligné Gardner Bovingdon, expert du Xinjiang à l'université de l'Indiana aux Etats-Unis. «Cela nécessitait de longs préparatifs et l'implication d'un nombre important d'assaillants conscients qu'ils mourraient probablement eux-même», a-t-il observé.
Le gouvernement local a été prompt à attribuer l'attaque à des «séparatistes du Xinjiang», mais les analystes hors de Chine se montraient bien plus circonspects sur l'identité exacte des assaillants. Si l'implication d'activistes ouïghours organisés était prouvée, cela «marquerait une nouvelle étape (...), une extension de leur lutte dans le reste de la Chine», a indiqué M. Clarke.
Pékin accuse régulièrement le Mouvement islamique du Turkestan oriental (Etim), un groupuscule radical séparatiste, d'être à l'origine des troubles au Xinjiang, et l'avait également tenu responsable d'une attaque-suicide perpétrée en octobre dernier à Pékin.
Trois Ouïghours d'une même famille avaient péri en précipitant leur voiture contre l'entrée de la Cité interdite, faisant deux morts et 40 blessés.
L'attentat avait ensuite été qualifié d'»opération jihadiste» oeuvre de «moudjahiddins» par le dirigeant d'une organisation islamiste militante, dans un enregistrement repéré par le réseau américain spécialisé SITE. «La tuerie de Kunming est soit orchestrée par l'Etim, soit inspirée par l'Etim», seul groupe ayant les capacités opérationnelles et l'idéologie pour conduire ou initier une telle opération, a abondé Rohan Gunaratna, expert sur la sécurité à l'Université Nanyang de Singapour.
«Une évolution logique»
D'autres experts occidentaux, cependant, se montrent beaucoup plus prudents: ils mettent en doute la solidité des connexions avec des organisations terroristes transfrontalières et relèvent le manque de détails connus sur ces mouvements nébuleux.
«Je continue à douter que l'Etim puisse avoir perduré comme une organisation influente à travers les années. Pékin en parle constamment, précisément parce que les Etats-Unis l'ont classé comme mouvement terroriste», a insisté M. Bovingdon, pointant l'absence d'»éléments tangibles» autres que des vidéos.
De l'avis général, il est de toute façon trop tôt pour déterminer les responsabilités exactes derrière l'attaque de Kunming.
Celle-ci pourrait avoir été commise «par désespoir ou frustration», comme un «acte choc» peu avant l'ouverture d'une session du Parlement chinois, a indiqué Chung Chien-peng, professeur de science politique à l'université Lingnan de Hong Kong.
Et de tels actes devraient se reproduire ailleurs en Chine, a-t-il estimé: «C'est une évolution logique dans l'escalade de violences à laquelle on assiste au Xinjiang. Ce genre d'attaque ne coûte pas grand chose et l'impact est très important», tout en envoyant «un message très clair à la Chine».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.