Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec Redouane Khedid : L'homme et l'art dans la ville
Publié dans L'opinion le 14 - 03 - 2014

Notre première remarque est que le thème autour duquel ce sont réunis Redouane khedid et le nombreux public venu l'écouter, est un sujet peu analysé au Maroc.
Quel rapport avaient les marocains avec l'art et l'esthétique ?
On sait que la ville est le lieu d'un cumul d'actes et d'histoires qui laissent des traces. Et que, si on y entre, on trouve une sorte de registre de masse.
La ville est le lieu des mémoires et des oublis. Elle a sa culture, l'art d'embellir et de cultiver la masse. Le patrimoine, quant à lui, représente le miroir d'une civilisation.
La ville est un espace social et économique en perpétuelle mutation. Elle est également le lieu des mémoires individuelles et collectives. L'Homme dans la ville (sa ville/ses villes) a besoin de repères, il doit trouver (retrouver) les signes de son identité et en même temps, il a besoin de vivre en harmonie avec son temps.
L'art dans la ville est un des moyens qui ont été inventés pour dynamiser le cadre citadin, pour y renforcer la cohésion sociale et surtout cultiver le sens du bon goût, tout en offrant aux individus des stimulants artistiques.
Comment donc produire et « lire » une œuvre qui deviendra étrange dans une culture étrangère ?
Redoune Khedid est anthropologue, muséologue et poète. Né à Casablanca en 1968, il est lauréat de l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine. Il a été membre de la Direction du Musée "Dar Si Said" à Marrakech pendant quatorze ans, puis Conservateur du Musée National de la Céramique de Safi. Ses recherches portent sur les domaines du patrimoine marocain, notamment la muséologie et les arts populaires.
Pour en savoir plus sur le sujet, nous avons posé trois questions à Redouane Khedid.
*Pourquoi ce thème et pourquoi maintenant ?
Pour maintes raisons, objectives et subjectives. Nos villes sont généralement des cadres physiques et des abritent des populations qui inventent et subissent les influences des différentes cultures : citadine, rurale, locale, mondiale, traditionnelle, moderne... Nous vivons dans un vrai « bain socioculturel » où l'anthropologue se voit invité à cerner une identité qui se décline en une multitude de crises. Le sens du beau et l'art ne sont pas vécus en tant que principes de la vie citadine, c'est-à-dire « l'esprit » d'une ville qui a développé sa propre identité esthétique.
Pour l'histoire de la civilisation humaine, l'invention de la cité n'est pas moins importante, ou plus importante que la création des autres repères culturels et des autres institutions, comme la parenté, la justice, la religion... Cependant, la ville est le lieu qui offre aujourd'hui plus de possibilités pour observer et étudier les faits socioculturels.
La ville est un espace culturel, elle est également le lieu des pratiques sociales que nous pouvons classer en deux catégories : des comportements d'inclusion et des comportements d'exclusion. On dit que quelqu'un est oueld lhouma (originaire du quartier) oueld lamdina (citadin), et on qualifie d'autres de termes comme : « berrani » (étranger), « boujadi » (novice)...
Les œuvres artistiques subissent aussi des jugements de valeur qui classent les interventions esthétiques « officielles » dans le paysage citadin et sous des qualificatifs comme machi dialna (cette chose n'est pas issue de notre environnement), had chi dialhom (cette chose appartient aux autres)... Parfois, la conduite gestuelle et comportementale remplace le verbe et la parole : on adopte un comportement qui se veut aveugle. Parfois, on voit juste la partie de l'œuvre publiquement exposée et jugée significative. Dans certains cas, un autre artiste apporte des modifications presque invisibles. L'intervention populaire sur la chose artistique peut être interprétée comme un effort anonyme qui tente d'adapter, par le marquage symbolique, une chose (sculpture, monument...) qui se présentait comme « insignifiante » pour l'imaginaire collectif.
Permettez-moi de rappeler que cette réflexion a pour cadre la ville d'El Jadida, qui commémore la dixième année de l'inscription de la Cité Portugaise (Mazagan) comme patrimoine universel par l'UNESCO en 2004.
*Où peut-on localiser le fait esthétique dans une ville comme El Jadida ?
Cette question nous guide vers la notion de « ville ». Sa morphologie, ses réalités et ses images, ses limites dans la géographie et dans l'histoire, ses limites également dans l'imaginaire collectif, dans le non-dit, le refoulé, l'inconscience collective. La ville, toute ville, est un cumul d'actes historiques et architecturaux ordonnés ou désordonnés, homogènes ou bien « impurs », rythmiques ou bien arythmiques, la ville est le lieu des mémoires et des oublis, de la solidarité mécanique, et de l'individualisme. La population, elle aussi, a sa culture, son âme, sa manière de manier l'art de vivre, l'art de faire semblant de vivre, et l'art d'embellir et de cultiver un certain gout collectif, celui de sa masse, celui du jeu et des masques, le jeu d'appartenir à un goût dominant.
Une simple promenade dans un quartier populaire suffira pour approcher cette esthétique de masse.
*La chose artistique ne peut donc pas être dissociée de l'identité ?
Exactement. A El Jadida, nous avons une zone caractérisée par les principes remarqués dans les villes et ayant une longue tradition urbaine comme Marrakech et Fès : c'est le cas des anciens quartiers comme la Cité Portugaise Et nous avons, de l'autre côté, des quartiers qui se présentent comme des espaces physiques et qui sont moins vécus comme des espaces sociaux, ou bien en tant que cadres d'identification.
Nous pensons que pour les premiers quartiers, la chose artistique et, en général, l'intervention esthétique, doit valoriser les principes intrinsèques comme le partage, la solidarité organique, et le don au sens anthropologique...
Dans les deuxièmes espaces, la chose artistique et toute intervention esthétique doit être consciente de l'histoire de la ville et sa culture. L'art doit être une interprétation intelligente de l'héritage patrimonial, cette intelligence doit être visible dans l'architecture, dans l'aménagement paysager, dans le mobilier urbain et dans tout apport artistique durable.
La ville a un portrait individuel peint par une histoire culturelle, elle est également le cadre d'une psychologie collective.
La cartographie des arts et leur répartition géographique, exigent des lectures socioculturelles de l'esthétique. Les montages scénographiques, demandent des textes interprétatifs. Approcher la chose artistique dans une ville ne peut se faire sans la reconnaissance des limites de la perception collective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.