Arrestation d'un ressortissant bulgare à Marrakech, soupçonné de piratage de comptes bancaires    Le PDG d'Attijariwafa Bank reçu par le président ivoirien    Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme    Crise des tankers : l'Iran prévient Londres qu'il « protégera » le Golfe    Comment s'est porté le secteur bancaire en 2018?    Le groupe ODM se renforce    Invité en Israël, un blogueur saoudien lynché par des Palestiniens    Vidéo. Lekjaâ menace les clubs marocains!    Lancement officiel du cadre national de la certification    La Banque Populaire accompagne le secteur de la chimie et de la parachimie    Agadir/tourisme. Aïd Al Adha pénalise la destination    Mercato : Mohcine Yajour au club saoudien Damak    Festival du cinéma de Taza : Abdelwahab Doukkali enchante le public    Le festival «Florilège culturel» couronné par la célébration de la Fête du Trône    Najat Aatabou star du 3ème festival Ajdir Izouran    Régions : la FCS déploie des formations certifiantes au profit des entreprises    Taounate: Benabdallah appelle une répartition spatiale équitable de la richesse    Le bachelor allégera-t-il la capacité d'accueil des facultés de droit ?    73e anniversaire de la présentation par le PCM du Manifeste de l'Indépendance    IAM: un bon premier semestre porté par le marché marocain    La Corée du Sud annonce des tirs de semonce contre un appareil russe    Le président sénégalais a offert des passeports diplomatiques aux joueurs    Tanger : 20 personnes blessées lors d'un incident de manège    Le Bureau politique du PPS félicite Fatima Chaabi et Mahtat Rekkas    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement : Les perspectives d'élaboration de la loi de Finances 2020 au menu    Championnat du Malawi : Une «poule» pour le meilleur joueur!    Moscou: 20.000 manifestants réclament des élections «libres»    Averses orageuses et canicule dans plusieurs provinces du Royaume    Des propositions pratiques pour les droits de tous les enfants : L'ONDE coordonne ses efforts avec un réseau national    Presse. Des assises nationales en vue    Education : La Chambre des représentants adopte le projet de loi-cadre    Développement régional : Un coût total de 411 MMDH, selon El Othmani    Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil    Production cinématographique et audiovisuelle. Un "vrai" cadre juridique en gestation    Edito : La voie de la dignité    Lekjaa confirme la démission de Renard et promet du changement    Abdeslam Ahizoune réélu président de la FRMA    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Oxfam monte au créneau    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque «Enseignement, langues et cultures» en l'honneur à Leïla Messaoudi : Une nouvelle exploration du plurilinguisme et des problèmes d'enseignement des langues au Maroc
Publié dans L'opinion le 10 - 04 - 2014

L'enseignement des langues au Maroc continue à avoir une actualité brûlante avec des enjeux de développement économique et social de premier plan. Des centaines de milliers d'étudiants arrivés dans les campus universitaires se trouvent pris au piège avec le handicap linguistique lourd qui entrave gravement leur parcours.
«Enseignement, langues et cultures » est le thème d'un nouveau colloque qui revient en long et en large sur le sujet. Il se tient aujourd'hui et demain (jeudi 10 et vendredi 11 avril) à la Faculté de Lettres et sciences humaines de Mohammedia organisé «en l'honneur du professeur Leila Messaoudi» sociolinguiste à l'Université Ibn Tofeil avec un riche parcours de recherches scientifiques étalées sur plus de quatre décennies. La manifestation, qui verra la participation de professeurs chercheurs des universités marocaines, autour de la question du plurilinguisme et de l'apprentissage des langues au Maroc, est organisée par le laboratoire d'Etudes et de recherches sur l'interculturel (Faculté de Lettres El Jadida) et le laboratoire Ingénierie pédagogique et sciences humaines (Faculté de Lettres Mohammedia).
Plusieurs thèmes seront débattus au cours du colloque autour du problème de l'apprentissage des langues, du phénomène de la diglossie, de la darija, de l'apprentissage de l'amazigh, de l'arabe, du français, de l'anglais. La question de l'enseignement des langues d'une part et de la langue d'enseignement de l'autre figurent les deux axes principaux autour de la question de l'enseignement, problème brûlant de l'heure avec les enjeux économiques et sociaux impliquant développement et emploi des jeunes. Problème constamment débattu et dont les solutions, conçues dans l'urgence, ont désormais vu leurs limites.
Près de trente communications en arabe, français et anglais vont devoir revenir sur le sujet à travers ses multiples aspects scientifique, pédagogique, économique, social et culturel refaisant l'état des lieux et proposant des solutions.
La séance d'ouverture sera marquée par des témoignages sur le parcours de Leila Messaoudi en tant que sociolinguiste, avec notamment des interventions de Ahmed Boukous recteur de l'IRCAM, et Ouidad Tabaa doyenne de la Faculté de lettres de Marrakech. Pour sa part, Abdelhamid Ibn El Farouk, linguiste (Fac de Mohammedia) reviendra aussi sur le brillant parcours de sociolinguiste de Leila Messaoudi, son originalité et son apport pour la recherche. Mohamed Eassaouri parlera, quant à lui, de l'enseignement des langues à l'université marocaine. De son côté, toujours dans la même séance inaugurale, Leila Messaoudi, objet d'hommage du colloque, donnera une communication sous le thème «Langue et développement, quelle place pour les technolectes ?».
A côté des horizons scientifiques entre théorie et pratique qu'offre le panorama des communications, il y a surtout l'accent qui est mis sur les problèmes qui continuent à se poser pour les étudiants universitaires avec le taux toujours très élevé de décrochage et les difficultés cognitives et d'insertion dans la vie active à cause toujours des problèmes de maîtrise des langues. C'est surtout les bacheliers arrivés à l'université (établissements supérieurs publics à accès ouverts) qui ont les difficultés insurmontables pour poursuivre leurs études à cause des handicaps linguistiques pour des langues d'enseignement, instrument véhiculaires du savoir qu'ils ne possèdent pas. Comment acquérir des connaissances tout en étant dépourvu totalement de moyens linguistiques? Pourtant ce sont 1200 à 2000 heures d'enseignement de la langue française par exemple qu'ils auraient en principe reçu au cours de leur scolarité sans résultat. On parle du français parce qu'il s'agit de la langue requise en tant que «langue d'enseignement» à l'université. Des réformes pour essayer de remédier au problème ont été introduites au niveau des universités, histoire de tendre la perche aux étudiants pour un hypothétique repêchage. Ce fut le cas en 2003 et ensuite avec le fameux Plan d'urgence en 2010. Peine perdue ! En fait, tout le système d'enseignement des langues est à revoir depuis l'école primaire.
Leila Messaoudi, sociolinguiste, professeur chercheur à l'Université Ibn Tofeil Kénitra avec un parcours scientifique de 43 ans a à son actif de nombreux ouvrages et études «Temps et aspect ; Approche de la phrase simple en arabe écrit» éditions Geuthner Paris 1985, «Etudes sociolinguistiques» éditions Okad 2003, Rabat, «L'aménagement linguistique au Maroc» éditions Okad, «Le parler des Jbala : questions de phonologie» in «Espace et pratiques», publication du groupe pluridisciplinaire d'études sur les Jbala, Casablanca , Imprimerie Najah al Jadida 2001, «Eléments pour un dictionnaire des sciences humaines et sociales au Maroc» etc. Ces nombreux articles démontrent le choix de chercheur Leila Messaoudi dont les travaux s'incarnent dans des recherches pointues d'où la prépondérance des articles-études comme cela se passe pour les travaux de sciences exactes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.