Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    Le livre blanc du patronat trace les grandes orientations    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général        Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    L'Algérie et le polisario reçoivent une claque magistrale au Parlement européen    Optimiser la disponibilité et la fiabilité de l'alimentation des systèmes de distribution    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    L'Israélien Ratio Petroleum vient chercher du pétrole à Dakhla    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Ligue des champions / Ce dimanche à16h00 : Oilers-Raja sur Al Maghribia et Hearts of Oak-Wydad sur Arriyadia    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Massacre du 17 octobre 1961 : les mots cyniques et calculés d'Emmanuel Macron    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Covid-19: Plus de 644.000 personnes ont reçu la 3ème dose    Le ministère de la santé exhorte les citoyens à adhérer à la campagne de vaccination    Un député français appelle l'UE à sécuriser ses accords avec le Maroc    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Covid-19 : Le Maroc reçoit 270.000 doses du vaccin Pfizer    Défense des intérêts suprêmes du pays: une question prioritaire pour le Gouvernement et la Nation. [Par Mehdi Hijaouy]    Rabat-Salé: Suspension temporaire du service du Tramway entre Pont Hassan II et Place 16 novembre    cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Égypte : 20 ans de prison pour Morsi
Publié dans L'opinion le 22 - 04 - 2015

L'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi a été condamné, mardi 21 avril, au Caire à 20 ans de prison, pour avoir été impliqué dans l'arrestation et des tortures sur des manifestants durant son mandat. Il a en revanche été acquitté du chef d'incitation au meurtre de deux manifestants et d'un journaliste lors d'une manifestation devant le palais présidentiel en 2012, pour lequel la plupart des observateurs s'attendaient à ce qu'il soit condamné à mort.
L'ancien président égyptien Mohamed Morsi, destitué en juillet 2013, a été condamné mardi à vingt ans de prison incompressibles pour incitation au meurtre de manifestants en décembre 2012. Le verdict, le premier prononcé à l'encontre du dirigeant issu des Frères musulmans depuis sa destitution par l'armée en juillet 2013, a été annoncé lors d'une audience retransmise à la télévision. Douze autres cadres des Frères musulmans ont été condamnés à la même peine. L'ex-président a été condamné pour avoir été impliqué dans l'arrestation et des tortures sur des manifestants durant son mandat. Mohamed Morsi a la possibilité de faire appel.
Il a en revanche été acquitté du chef d'incitation au meurtre de deux manifestants et d'un journaliste lors d'une manifestation devant le palais présidentiel en 2012, pour lequel la plupart des observateurs s'attendaient à ce qu'il soit condamné à mort. Premier président démocratiquement élu en Égypte, en juin 2012, Mohamed Morsi a été renversé par Abdel Fattah al-Sissi. Le chef d'état-major de l'armée s'est depuis fait élire à la présidence du pays et a mené une répression implacable contre les Frères musulmans, tout en bénéficiant du soutien de nombreux Égyptiens, avides de stabilité. La confrérie dit prôner une résistance pacifique mais a été qualifiée en décembre 2013 d'organisation terroriste par le nouveau pouvoir. La répression s'est étendue aux autres voix discordantes, dont plusieurs figures de proue de la «révolution du Nil» qui a conduit à la chute du président Hosni Moubarak en février 2011.
Dénonçant une justice «instrumentalisée» par les autorités dans leur «lutte contre la légitimité populaire et révolutionnaire, symbolisée» par M. Morsi, la confrérie des Frères musulmans, dont est issu le l'ex-président islamiste, a appelé à manifester sans discontinuer dès mardi. Symboliquement, sa condamnation représenterait un nouveau coup pour l'opposition islamiste, déjà la cible d'une répression sanglante qui a décimé ses rangs. Car depuis l'éviction de M. Morsi, policiers et soldats ont tué plus de 1.400 manifestants islamistes et emprisonné pas moins de 15.000 autres. Des centaines ont également été condamnés à mort dans des procès de masse expéditifs, qualifiés par l'ONU de «sans précédent dans l'Histoire récente» du monde.
Pour le politologue Achraf al-Cherif de l'Université américaine du Caire, la condamnation du dirigeant islamiste marque «le couronnement» de la répression judiciaire lancée par les autorités contre les islamistes. «Les procès intentés contre M. Morsi en particulier ne font aucun sens, ce sont des procès politiques», souligne-t-il. Le régime de M. Sissi, qui jouit d'une popularité indéniable au sein d'une population lassée par quatre années d'instabilité politique, est considéré par les organisations internationales de défense des droits de l'Homme comme bien plus répressif que celui de M. Moubarak. Le maréchal à la retraite n'a d'ailleurs jamais caché sa volonté d'éliminer les Frères musulmans. La confrérie a été classée «organisation terroriste» par les autorités, qui l'accusent d'être derrière les attentats quasi-quotidiens visant les forces de sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.