Listes électorales: le ministère public appelle à la lutte contre les infractions commises lors des inscriptions    Les partis politiques appelés à mettre fin à la charité électorale    Suède : le gouvernement Löfven emporté par une motion de censure    Yassir Maroc signe un accord de coopération avec Huawei    Saint-Gobain Développement Maroc devient Saint-Gobain Maroc    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Championnats panarabes d'athlétisme : suprématie marocaine avec 31 médailles    Selon le président du Barça, le projet de la Super Ligue est « toujours vivant »    Ousmane Dembélé forfait pour le reste de l'Euro    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Intelligence Artificielle: Al Akhawayn et l'Université Mohammed VI Polytechnique lancent un nouveau Master    Enseignement : Open Sky International arrive au Maroc    Eaux de baignade : 29 plages interdites cet été    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Fondation Mohamed El Boukili rend un particulier hommage au dramaturge Tayeb Seddiki
Publié dans MAP le 05 - 12 - 2010

La Fondation Mohamed El Boukili "Création et Communication" a rendu, samedi, un hommage particulier au grand dramaturge marocain Tayeb Seddiki, que la plupart des témoignages ont hésité à classer tellement le champ de créativité de l'homme est dense.
Metteur en scène, acteur, auteur, calligraphe, artiste peintre, directeur artistique, poète, un parcours très riche et diversifié. Le directeur de la fondation, M. El Boukili, lui-même artiste peintre qui a touché au théâtre et au décore théâtrale, le compare aux géants du théâtre de la Grèce antique et à Shakespeare, Goethe Brecht, Rihani.
Tayeb Seddiki donne l'impression qu'il est constamment sur scène. Il n'hésite pas à interrompre ses interlocuteurs pour lancer une boutade ou une de ses blagues salées.
Quelqu'un a apporté un jour un texte à son père Said Seddiki et lui a demandé de le traduire. Ce dernier lui rétorque qu'il faut le traduire en justice, raconte-t-il avec un sens de l'humeur du conteur professionnel pour égayer une conversation devenue trop sérieuse à son goût.
Ce qui est étrange dans le théâtre, explique-t-il, est "qu'il est fait de choses qui ne sont pas vraies (décore, personnages, histoire), mais on atteint la vérité de la vie par le théâtre. Voilà pourquoi j'aime le théâtre et pourquoi le théâtre me fait vivre", résume-t-il entre deux témoignages.
Tous ceux qui se sont succédés sur la tribune pour parler de l'homme et de son oeuvre ont montré beaucoup de prudence pour ne pas dépasser la dose laudative. C'est que l'homme n'aime pas trop les hommages. L'un des intervenants qui en a mis un peu de trop l'a appris à ses dépens.
Tous les témoignages des écrivains, artistes, hommes de théâtre ou amis du dramaturge, présents à cette cérémonie, n'ont pas tari d'éloges sur la richesse de l'oeuvre de Tayeb Seddiki qui a marqué profondément de son empreinte l'expérience théâtrale au Maroc et aussi hors du Maroc. Pour certains d'entre, Tayeb Seddiki, reste un homme que le temps n'a pas réussi à entamer les ambitions.
Entre théâtre, peinture, cinéma et télévision, Tayeb Seddiki confie avoir toujours réservé une place particulière à la calligraphie arabe qu'il "exerce avec beaucoup d'amour et de passion".
"Je suis né entre les livres, et c'est le secret de mon grand amour pour la calligraphie", une passion héritée de son père Mohamed Ben Said Seddiki, confiait Tayeb Seddiki à la MAP, l'année dernière, en marge d'une exposition organisée par "la Minaudière des arts", pour célébrer son riche et exceptionnel parcours.
Rares sont les gens qui, dit-il, savent qu'il vit de la calligraphie arabe plus que du théâtre, du cinéma ou de la télévision. Il affirme aussi sa passion démesurée pour le livre. "Rien ne remplace le livre", dit-il catégorique.
Taib Seddiki né en 1938 à Essaouira, a appris son métier au Maroc, en France et en Allemagne notamment avec les comédiens et metteurs en scène français Hubert Gignoux, jean vilar. Il a notamment participé à création du théâtre travailliste, du café-théâtre, du théâtre Mogador et plusieurs autres troupes théâtrales.
En 1964, il sera nommé directeur artistique du théâtre Mohammed V, puis directeur de celui de Casablanca et fut membre du l'Institut international du théâtre relevant de la commission exécutive de l'Unesco et reçut l'ordre des arts et des lettres du ministère français de la Culture.
Tayeb Seddiki a mis en scène et composé un grand nombre de pièces dramatiques et contribué à un ouvrage sur les arts traditionnels dans l'architecture islamique. Il a également joué dans plusieurs films marocains, arabes et internationaux. En 1984, il réalise son premier long métrage "Zeft".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.