Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Citoyens de pleins droits
Publié dans MarocHebdo le 07 - 05 - 2014

Plaidoyer pour l'actualisation des institutions juives démocratiques
Citoyens de pleins droits
Le Conseil des Communautés juives du Maroc, datant du Protectorat, visait à diviser la société marocaine, est définitivement caduc. N'est-il pas temps de revoir les institutions israélites, dépassées depuis plus de quarante ans? Ne doit-on pas respecter les droits et les devoirs du citoyen juif marocain dans sa vie civile et politique?
Robert Assaraf*
• S.M le Roi avec des membres de la communauté juive après les attentats du 16 mai.
Les Institutions «communautaires» d'autrefois, avec des comités et un Conseil créés par le Protectorat, les uns en 1918 et l'autre en 1945, pour diviser la Société Nationale, sont, aujourd'hui, dépassées et caduques. Les citoyens juifs n'ont besoin que d'institutions à caractère religieux… sans plus, le Maroc étant un pays constitutionnel et tolérant.
Il est invraisemblable qu'un séjour de 24 heures au Maroc du nouveau Richon-Le-Tsion, Grand Rabbin des Sépharades en Israël –mais aussi dans le Monde, qu'un athée le veuille ou non-, né à Casablanca, soit contesté.
Le plus grand des rabbins dans le monde sépharade a tenu à venir au Maroc, -pays de ses racines-, pour bénir Sa Majesté le Roi, Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, la Famille Royale et le Peuple marocain pour marquer son attachement à son pays de naissance et sa fidélité à son Roi.
Comité
La réaction à cette audience privée et familiale nécessite, aujourd'hui, de rappeler que les prétentions à la seule représentation du «Judaïsme» marocain par des institutions caduques, devient intolérable.
Comme nous l'avons expliqué par ailleurs, la Kéhila (la communauté religieuse) a toujours existé dans l'histoire des Juifs du Maroc.
Chaque Kéhila des dhimmis alors avait à sa tête –dans les villes ou villages- un Naguib, nommé par le Makhzen. Aux côtés du Naguib, les autorités locales utilisaient un Cheikh El Yahoud, pour assurer l'ordre sécuritaire parmi une Kéhila isolée.
Aux côtés de ces deux responsables, représentant le Makhzen, existait un «Comité», représentant les riches et les Rabbins-Erudits pour gérer les affaires de la Kéhila: veiller à la répartition de l'impôt, gérer les biens, les œuvres de bienfaisance à caractère religieux, les affaires du culte et d'«une façon générale, les problèmes de la vie quotidienne de la Kéhila», (voir mon livre Mohammed V et les Juifs– 1997).
Le Comité avait, donc, un rôle réglementaire. Rappelons-le, une fois encore, il édictait, les Takanot (décisions judiciaires), un système apporté d'Espagne par les mégourashim (les expulsés en 1492) et, grâce aux Erudits, pour désigner les Rabbins-Dayanim (juges).
Le Résident Général du Protectorat français, dès 1918, faisait promulguer deux Dahirs pour soumettre les Comités à un rôle très strict: sans personnalité morale, mais des attributions limitées à la bienfaisance et aux affaires du culte. Déjà, le président devait être élu (et non désigné comme aujourd'hui) et le budget soumis à l'approbation et au contrôle du Pacha de l'époque.
Election
Pour diviser la société nationale, -opération moins grave, il est vrai, que le Dahir berbère du 16 mai 1930– la Résidence, dès le 23 juin 1919, créait un poste d'Inspecteur des Institutions Israélites du Maroc, responsable de la tutelle des communautés juives (Kéhilot).
Comme nous l'avons précisé dans notre livre (déjà cité), au lendemain de la Grande Guerre Mondiale, la Résidence Vichyste s'intéressa, à nouveau, à la communauté juive. Elle décida, en effet, une réforme limitée par le Dahir du 7 mai 1945 –sur la base duquel persistent à exister et à vivre les institutions juives actuelles– qui donne aux Comités le rôle d'émettre des avis communautés. Et, au lieu de la simple désignation, de créer des élections censitaires indirectes, pour abandonner la fonction de bienfaisance et de gestion du culte comme uniques compétences (la seule, aujourd'hui, acceptable!..)
Cela allait permettre aux nouveaux riches de l'économie de guerre, comme nous l'avons expliqué, d'assurer leurs ambitions quasi-politiques, avec un Conseil des Communautés qui se dit représentatif de l'ensemble de la Communauté du Maroc, avec l'installation d'un Secrétaire Général, devenu un véritable agent de la Résidence Générale. Celle-ci, dès 1945, ira plus loin dans la division de la société nationale, en nommant des membres du Conseil des Communautés juives, au Conseil du Gouvernement, aux côtés d'un groupe musulman…
Le Conseil des Communautés, né du Dahir du 7 mai 1945, est donc définitivement caduc aujourd'hui. Car le Royaume du Maroc est indépendant (1956) et constitutionnel (1962). Ne doit-on pas revoir les institutions israélites, dépassées depuis plus de quarante ans? Ne doit-on pas respecter les droits et les devoirs du citoyen juif marocain dans sa vie civile et politique?
Conscience
Au-delà des institutions conformes à la Constitution nationale qui s'imposent en représentant tous les citoyens du Pays, la Kéhila (communauté juive) doit s'organiser sur le plan du culte, essentiellement; et, aussi, sur le plan de la culture, de l'éducation et de la bienfaisance religieuses. Les tribunaux des rabbins-juges doivent êtres formés selon la tradition juive pour assurer, outre le contrôle de la Cacheroute, les jugements dans le cadre du droit des personnes. Pour tout le reste, nous l'avons répété, des associations du dahir de 1958, peuvent couvrir les autres domaines.
Le peuple marocain a dénoncé, après le drame du 16 mai 2003, les lacunes de l'organisation de sa société dans sa diversité. Le Peuple a crié ne touche pas à mon Pays. La conscience est en éveil. Les juifs du Maroc doivent s'en tenir à leurs droits religieux localement, sans une prétention de représentation extérieure. Reste l'actualisation de l'organisation du judaïsme au Maroc dans son domaine pratique, à savoir strictement religieux. Il faut pour cela réadapter les institutions, caduques et dépassées, aux réalités des droits et des devoirs constitutionnels de leur pays, en éveil, dans sa générosité et sa tolérance.
*Président du Centre de Recherche
Sur les Juifs du Maroc
Retour