Bourse de Casablanca : Une nouvelle semaine dans le rouge    Guerre en Ukraine : Joe Biden valide l'envoi de 40 milliards de dollars d'aide à Kiev    Boxe: Khadija El Mardi sacrée à Istanbul vice-championne du monde des poids lourds    Nostalgie : Hassan Sefrioui, un grand dirigeant sportif de Tanger    LaLiga : Dénouement dans les courses à l'Europe et au maintien    Les supporters de l'OCK interdits de déplacement à Casablanca    Variole du singe : pas de raisons de s'inquiéter selon Tayeb Hamdi    Coronavirus au Maroc: 153 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Photos. Le Maroc et la France unis dans un exercice militaire aérien    Le Directeur Général de l'ONEE explore de nouvelles possibilités de financement avec la Suisse    Région de Casablanca: les prix des légumes ce samedi    Volaille: le prix du kilo atteint 25 dirhams, les Marocains en colère    Le DG de l'ADM Anouar Benazzouz prend la présidence de la fédération routière internationale    Dérives verbales de l'ambassadeur palestinien à Dakar : Hassan Naciri remet les pendules à l'heure    France : grève au Quai d'Orsay le 2 juin contre les réformes qui décapitent le corps diplomatique    L'Ambassade du Maroc au Sénégal réfute les allégations de l'ambassadeur palestinien à Dakar    Melilla a enregistré une secousse de magnitude 4    Brésil : Elon Musk annonce un projet de couverture internet en Amazonie    Nabila Mounib peut désormais accéder au parlement    ONU : engagement renouvelé aux objectifs du Pacte de Marrakech sur les migrations    Maroc-Espagne: Plus de 2 600 véhicules ont déjà franchi les frontières    INTELAKA : 44 695 crédits accordés depuis le début du programme    Quand Rico Verhoeven danse sur du Chaâbi (VIDEO)    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane suite à sa consécration à la coupe de la CAF-2022    Bono vainqueur du trophé Zamora    Voici la date de l'Aid Al Adha 2022 au Maroc    Première édition de "Safi Investor Day" : la cité portuaire en émergence    Casablanca. Interdite d'accès en classe à cause d'une jupe: du nouveau dans l'affaire    Région de Khémisset: trois enfants meurent noyés    Baccalauréat : Voici le calendrier des examens    Etude : Vivre à proximité d'un feu de forêt augmente les risques de cancer    Justice : réactivation de l'accord de jumelage maroco-belge    France : voici les 27 ministres du nouveau gouvernement Macron    USA: La cote de popularité de Biden continue de chuter    Le Maroc fait don d'un laboratoire de langues à l'Académie diplomatique en Mauritanie    Le Maroc appuie l'élargissement de la Convention contre la torture    PSG où Real Madrid ? Mbappé se prononcera ce week-end    Variole du singe : Les rassemblements estivaux pourraient accélérer la propagation (OMS)    Voici la météo pour ce samedi 10 mai 2022    Variole du singe : Les rassemblements estivaux pourraient accélérer la propagation    Paris : Spectacle solidaire de D'jal le 29 mai au profit de l'association keepSmiling    Décès de l'acteur égyptien Samir Sabry à l'âge de 85 ans    Festival de Cannes: Manal Benchlikha foule le tapis rouge (PHOTOS)    Saad Lamjarred entre dans le Guinness des Records ! (PHOTO)    L'icône de Jil Jilala, Hajja Sakina Safadi, n'est plus    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    Madrid : Présentation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Le projet de loi n° 66.19 sur le droit d'auteur adopté à la Chambre des conseillers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Journée d'étude à Rabat sur les libertés publiques au Maroc ALLER DE L'AVANT Vers la modernisation de l'appareil judiciaire Retour
Publié dans MarocHebdo le 14 - 11 - 1998

Journée d'étude à Rabat sur les libertés publiques au Maroc
ALLER DE L'AVANT
"1958-1998: quarante ans de libertés publiques au Maroc", est donc le thème de cette journée d'étude qu'a ouvert Mohamed Aujjar, ministre Chargé des droits de l'Homme, par un discours où il a fait le lien entre la célébration du 40ème anniversaire de la promulgation en 1958 des dahirs des libertés publiques au Maroc, et les acquis du Maroc dans le domaine des droits de l'Homme.
Taeib CHADI
Parler d'un sujet comme celui des libertés publiques au Maroc est important; essayer de le cerner dans un contexte historique qui a commencé au lendemain de l'indépendance jusqu'à aujourd'hui semble très intéressant. Mais faire tout cela en une journée n'est guère évident.
Pourtant, la Revue marocaine d'administration locale et de développement (REMALD), en collaboration avec le ministère Chargé des droits de l'Homme et la fondation allemande Hanns-Seidel l'a fait, jeudi 12 novembre à Rabat. "1958-1998: quarante ans de libertés publiques au Maroc", est donc le thème de cette journée d'étude qu'a ouvert Mohamed Aujjar, ministre Chargé des droits de l'Homme, par un discours où il a fait le lien entre la célébration du 40ème anniversaire de la promulgation en 1958 des dahirs des libertés publiques au Maroc, qui coïncide avec la commémoration du 50ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme, et les acquis du Maroc dans ce domaine.
Mohamed Aujjar
M.Aujjar a aussi lancé un appel pour une réflexion sur les perspectives dans le domaine des libertés publiques. "Le Maroc uvre pour la consolidation des libertés publiques et de l'Etat de droit. Et les dahirs de 1958 revêtent une portée historique importante compte tenu du contexte politique dans lequel ils ont été promulgués », a-t-il souligné.
Question vitale
Dans la même suite d'idées, El Hussein Aziz, ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, tout en rappelant la consolidation les libertés publiques par les dahirs de 1958, a reconnu que l'expérience de l'alternance que vit actuellement le Maroc permet de s'unir autour des valeurs sacrées du Royaume.
De son côté, Jurgen Thérèse, le délégué régional de la fondation Hanns-Seidel, n' y est pas allé avec le dos de la cuillère pour dire que "l'existence des libertés publiques n'est pas une question académique, mais vitale qui influe de manière décisive sur le niveau de développement futur d'une société».
Jurisprudences
À défaut de ces cautions, a-t-il noté, tous les efforts fournis pour améliorer le niveau de vie des citoyens, restent vains et illusoires.
Mais, tout en évoquant l'importance des jurisprudences constitutionnelles et administratives pour ce faire, M.Théres a admis &laqno;les efforts que fournit le Maroc pour développer ces jurisprudences sont fort louables». Il ne reste, alors, que d'aller de l'avant.
Vers la modernisation de l'appareil judiciaire
LES ADOULS DONNENT DE LA VOIX
Abdellatif EL AZIZI
Les adouls. Qui ne les connaît pas, ou n'a pas eu, un jour ou l'autre, l'occasion de recourir à leurs services. Ces adouls, donc, essaient de s'organiser et de faire entendre leur voix, afin que leur profession puisse accompagner la dynamique de développement, et plus prosaïquement, ne pas être largués.
En recevant, mercredi 11 novembre 1998, les membres du Bureau de l'Association nationale des adouls du Maroc, Omar Azziman a souligné que le rétablissement de la confiance dans l'appareil judiciaire requérait une modernisation et un développement de toutes ses composantes. L'importance du rôle des adouls en matière de garantie des droits des citoyens a été, à cette occasion, mise en exergue par M. Azziman, qui a souligné la disposition de la Direction des affaires civiles du ministère de la Justice à examiner les propositions et les préoccupations de l'Association. Et ce, en vue d'aider la profession à suivre les évolutions que connaît le pays. Le ministre s'est félicité de l'engagement de l'Association à contribuer à la réforme de la justice et de sa pleine disposition à uvrer en faveur du succès de cette réforme et ses idéaux supérieurs.
Il a souligné par la même occasion l'attachement exprimé par les membres du Bureau à la déontologie de la profession. Ces mêmes membres ont, de leur côté, exprimé leurs préoccupations et présenté des propositions, dont une requête en faveur d'un amendement de la Loi 11/81 régissant la profession d'adoul et d'un examen de problématique de la dualité du notariat entre l'adoul et le notaire.
Requête
Pour sa part, le président de l'Association a affirmé que la volonté dont le gouvernement fait preuve incite l'Association à adhérer pleinement à ses initiatives courageuses. Soulignant les déclarations du gouvernement relatives à sa volonté d'uvrer de concert avec toutes les composantes du secteur de la Justice pour une mobilisation de l'appareil judiciaire. Le président de l'Association a souligné la position des adouls en tant que partie concernée par cette réforme, animée par la volonté de contribuer à la dynamisation de l'activité économique et à la protection des partenaires de cette activité.
Rappelons que les membres du Bureau exécutif des adouls avaient été reçus, jeudi 5 novembre 1998, par le Premier ministre, Abderrahmane Youssoufi. Le naqib des adouls avait, à cette occasion, souligné l'importance de l'organisation et de la modernisation du travail adoulaire, étant donné qu'il s'agit là d'une importante institution de soutien à l'action de la Justice et une partie essentielle pour le succès des chantiers de la réforme de la Justice, de l'Administration. Donc, par là même, la dynamisation de l'économie nationale et la sécurisation des différents intervenants à travers la garantie de leurs droits.