Covid-19 : Le Maroc suspend ses vols avec 13 pays européens    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    Covid-19 : Monaco allège ses restrictions et rouvre ses restaurants    Le Conseil de gouvernement adopte 'un projet de décret relatif à la réorganisation de la CMR    Blockchain et Immobilier : le grand défi    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    La BVC débute en hausse    La FAO et l'UA publient un guide pour renforcer le commerce des produits agricoles en Afrique    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    Achraf Hakimi ne quittera pas l'Inter Milan    Botola Pro D1 / WAC-MCO (1-1) : Fakher et El Kaâbi font barrage devant le Wydad !    MAT-RCA ce soir à Rabat (22h00) : Le Raja pour réduire l'écart avec le Wydad, le Moghreb de Tétouan pour s'éloigner de la zone rouge !    Sahara : Elliott Abrams soutient à nouveau le Maroc, un coup dur pour les séparatistes et Alger    Vaccins anti-Covid : le patron du laboratoire Pfizer évoque la possibilité d'une troisième dose    Les prières des Tarawih sont-elles effectuées à Fès ?    Commission supérieure arabe de normalisation : appel à mettre en œuvre les conclusions de la réunion de Rabat    VACCIN, ES-TU LÀ?    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    Botola Pro D1 / 12è journée: le classement général    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    Recherche : 300 Bourses d'excellence octroyées    Programme «Horizon 2020» : 6,88 millions d'euros pour 69 projets de structures de recherche marocaines    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    Raja: Chebbi dévoile ses ambitions (VIDEO)    Nasser Bourita s'entretient avec le commissaire européen au Voisinage et à l'Elargissement    États-Unis: une fusillade à Indianapolis fait huit morts    CNOM : La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet prochain    Prix à la consommation pendant Ramadan: Les produits les plus touchés    Généralisation de la protection sociale : Les réactions des agriculteurs (reportage)    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    UA: le Maroc plaide pour inscrire la sécurité sanitaire en Afrique comme point permanent à l'ordre du jour du COREP    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    Mali : la date des élections présidentielles fixée au 27 février 2022    Les lauréats des «Couleurs d'Al Aqsa» primés    L'ONU condamne avec fermeté    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    «Je me suis engagé à faire entendre la voix des habitants des montagnes»    «Hididane» aimé, «Hdidane» plagié ... par les gens de l'Est !    "Cultures ouvertes : L'Espagne et le Maroc " , une exposition virtuelle de l'Institut Cervantès    Cérémonie des Oscars: Des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fermée depuis deux ans pour réfection, la mosquée El Qarawiyine de Fès est de nouveau ouverte aux prieurs. Aperçu sur l'histoire d'un monument témoin de la grandeur marocaine d'antan. La splendeur retrouvée
Publié dans MarocHebdo le 12 - 10 - 2007

Fermée depuis deux ans pour réfection, la mosquée El Qarawiyine de Fès est de nouveau ouverte aux prieurs. Aperçu sur l'histoire d'un monument témoin de la grandeur marocaine d'antan.
La splendeur retrouvée
Une nuit doublement singulière que celle du 9 au 10 octobre 2007 à la mosquée El Qarawiyine de Fès. Le Roi, accompagné des Princes Moulay Rachid et Moulay Ismaïl, a en effet choisi la nuit du destin, Laylat Al Qadr, pour présider une veillée religieuse à la célèbre mosquée, donnant par la même occasion le signe de sa réouverture aux fidèles.
Deux ans de méticuleux travaux de restauration, supervisés par le ministère des Habous et des Affaires islamiques, et 27 millions de dirhams ont été nécessaires pour redonner à ce joyau architectural, symbole de l'histoire religieuse et spirituelle de la ville de Fès, toute sa splendeur d'antan.
El Qarawiyine se dresse avec fierté au cœur dans l'ancienne médina. Ses toits en tuiles vertes et son minaret sont perceptibles depuis la colline des Mérinides. Pour y accéder, il faut emprunter un dédale de ruelles étroites et ombragées. Le chemin de Attarine, sur lequel se trouve le mausolée Moulay Idriss, est le plus parfumé et le plus agréable. En empruntant le chemin de Achamaïne, l'on découvre aussi la tour de cette mosquée-université où se trouve l'Observatoire céleste, construit par le sultan Abou Inan le mérinide vers la moitié du XVIème siècle. Cette tour dispose aussi d'une horloge, offerte par le sultan Moulay Rachid, que l'on peut encore admirer. Sur ce site est prévu un musée de l'astrolabe.
L'entrée principale de El Qarawiyine donne à voir deux magnifiques fontaines rattachées aux nefs latérales par de petits pavillons en pierre sculptée, de tous points semblables au faux pavillon de la Cour des Lions, à l'Alhambra. Au fond, se prolonge, obscure et mystérieuse, la longue enfilade des arcades de la mosquée, dont les dimensions sont telles que 22.000 personnes peuvent assister à la prière, sous les voûtes de 270 colonnes. Sur le plafond en plâtre sculpté, des lustres à chandelles sont accrochés, dont deux sont initialement des cloches d'église provenant probablement d'Andalousie.
C'est grâce à El Qarawiyine que la ville de Fès s'est affirmée comme premier foyer de rayonnement de la culture arabo-islamique et capitale spirituelle de l'occident musulman après l'éclipse des villes de Kairouan et de Cordoue. Elle fut bâtie en 859, sous le règne du sultan Yahia Ben Idriss, par Fatema El Fihria à la mort de son père, un riche négociant kairouanais réfugié à Fès. À la même époque, sa sœur, Meriyem El Fihria, faisait construire la non moins prestigieuse mosquée Al Andalous. Au départ simple oratoire aux modestes dimensions (1.248m2), la Qarawiyine fut agrandie au fil des siècles par les différentes dynasties qui régnèrent au Maroc, pour atteindre sa grandeur actuelle et devenir un carrefour incontournable des oulémas et autres savants du monde arabo-musulman.
En avril 1998, sur instructions du Roi Hassan II, sa restauration a été entreprise après la détérioration de cette bâtisse et de ses richesses documentaires. En septembre 2004, elle ouvre ses portes aux chercheurs marocains et étrangers qui peuvent consulter sur place les manuscrits et publications conservés et également rénovés, dont quelques-uns proviennent de la bibliothèque personnelle du Sultan Abou Inan Al Marini. Ainsi, on y retrouve les mémoires d'illustres personnages comme Ibn Khaldoun, Ibn Tofaïl, Ibn Rochd, Ibn Toumert, Al Kairaouani, Cibawayh et Ibn Ajarrum.
Le fonds documentaire a été reconstitué, catalogué et photo-filmé par une équipe d'experts. Contenant environ 22.000 titres de publications, 600 titres de revues périodiques et quelque 2.034 numéros datant du 10-ème siècle, il compte également quelque 3.800 manuscrits.Ces derniers sont de véritables oeuvres d'art écrites sur peaux de gazelle, de veau ou de chèvre en calligraphie coufie, orientale et andalouse témoignant de diverses origines. La bibliothèque Qarawiyine est aussi dotée d'un laboratoire de restauration des manuscrits, une salle lecteur de micro-films avec ordinateurs ainsi que de caméras de surveillance. Les derniers travaux de réfection (voir encadré) sont venus porter la touche finale au relooking d'El Qarawiyine.
Les gros travaux ont concerné notamment les coupoles, les poutres, les dômes et les portes, mais aussi le Sahn (grande cour dallée de marbre et de zellige et dotée d'un lustre monumental, datant de l'époque Almoravide).
Au cours de la restauration, des vestiges archéologiques inédits et des motifs décoratifs inconnus à ce jour ont été découverts. Les fouilles entreprises sur une superficie de 172 m2 environ, ont ainsi permis de dégager, notamment, des murs de maisons d'habitation avec des spécimens de décor peint sur plâtre qui remontent, selon les archéologues, aux premières années de construction de l'édifice religieux (245 H/859 après J.C).
Un renouveau bien mérité pour ce témoin précieux de la grandeur de la civilisation arabo-musulman et inestimable patrimoine séculaire marocain.