Maroc : Chutes de neige et rafales de vent lundi et mardi    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Trois individus arrêtés à Casablanca pour détention d'une arme à feu et trafic de drogue    Industrie auto: Bientôt de nouveaux écosystèmes    El Otmani : la confiance dans les corps intermédiaires est cruciale    Un policier contraint de dégainer son arme pour arrêter deux individus à Fès    Alerte météo : Vagues dangereuses de 4 à 6 mètres sur les côtes atlantiques à partir du lundi    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Oriental: Le CRI en mode proximité    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Les prémices d'un nouvel espoir    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Humanisation des hôpitaux : Le bon accueil , un préalable pour la promotion de la santé
Publié dans Albayane le 15 - 06 - 2012

Un malade qui vient à l'hôpital et qui est bien accueilli est un malade satisfait. La nouvelle politique que mène actuellement le ministre de la santé, le Pr Houcine Louardi, place justement le bon accueil des malades parmi ses priorités. Tous les établissements hospitaliers sont concernés par le bon accueil des malades et se doivent donc de tout mettre en œuvre pour redonner un visage plus humain à l'hôpital.
En procédant de la sorte, l'hôpital assure pleinement les missions qui sont les siennes, mais devra placer le malade au centre des préoccupations de l'ensemble des professionnels de santé (médecins –infirmiers -administratifs).
Aujourd'hui, il y a lieu de noter avec satisfactions les changements qui s'opèrent ici et là. Tous les hôpitaux s'activent, des actions qui visent à humaniser nos structures hospitalières sont quotidiennement entreprises (désherbage, plantation d'arbres, entretien des jardins et des parterres fleuris, réfection et peinture des trottoirs...) Dans le même ordre d'idées la signalisation des différents services est aujourd'hui plus accessible et plus visible, des tableaux sont venus égayer les entrées principales des différents hôpitaux, plusieurs ascenseurs qui étaient en pannes ont été réparés et remis en marche.
Toutes ces actions et tant d'autres qui donnent à l'hôpital un nouveau visage , plus humain et plus ouvert sur le monde extérieur ne peuvent avoir un sens et dimension estimée a sa juste valeur par l'ensemble des usagers de l'hôpital que si, en parallèle, nos structures mettent en place une démarche qualité dont l'une des composante essentielle est représentée par un meilleur accueil des malades et de leurs familles au sein de nos hôpitaux .
Pourquoi un bon accueil des malades ?
Quand un malade arrive à l'hôpital, c'est pour lui et pour les membres de sa famille qui l'accompagnent une épreuve physique et psychologique qui doit être prise en considération. Tout dépendra de ce premier contact .Un malade convenablement accueilli se sentira en sécurité et aura la confiance et la volonté de guérir plus vite. Les traitements et les consultations faites dans de bonnes conditions et avec un esprit du civisme et d'altruisme, font remonter le moral du malade et l'aideront à se rétablir au plus vite. Au contraire, si l'accueil laisse à désirer ou s'il est mauvais, tous les efforts qui seront fournis par l'équipe dans les soins seront négatifs, car le malade se sentira déjà opprimé; ce qui, par perte de confiance, compliquera son rétablissement et ralentira sa guérison.
Il est alors important de faire valoir ces qualités du bon accueil et du savoir être au sein de nos centres hospitaliers, pour prévenir l'aggravation de toutes maladies et contribuer au développement d'une culture sociale et de solidarité. Ce qui doit en toute bonne logique commencer par la porte d'entrée de chaque hôpital qui, malheureusement, reste un point noir en ce qui concerne l'accueil des malades et de leur famille.
Sont aussi concernés en premier chef par le bon accueil des malades, les services qui connaissent un grand flux de malades (urgences, centre de diagnostic, radiologie...) , mais aussi tous les autres services d'hospitalisation qui ont la responsabilité de la sauvegarde de la santé des citoyens, principaux acteurs de toutes économies.
Tous responsables
Tous les professionnels de santé ont un rôle à jouer dans l'accueil de nos malades et de leurs familles , ils sont tous responsables (médecins et infirmiers...) car ce sont eux qui sont constamment en contact avec les malades patients , des malades qui placent en eux toute leur confiance, c'est pourquoi chaque médecin , chaque infirmière se doit d'écouter, être traité avec beaucoup d'attention et de vigilance, sans lui faire sentir que le service est fait à contre cœur, le malade est un être fragile physiquement et psychologiquement, mais c'est quelqu'un qui est très sensible, il sent tout, entend tout et peut réagir négativement ou au contraire positivement à un geste, une parole ou autre.
Les professionnels de santé doivent tout mettre en œuvre pour assurer les bonnes conditions de prise en charge efficace, efficiente qui pourront contribuer à la guérison des malades dans un environnement où règne la quiétude, la confiance, la valorisation et l'estime pour chaque patient .
La technique n'est rien sans l'humanisme
Il est possible que ce sentiment soit vécu par chaque patient tout au long de son hospitalisation grâce à une prise de conscience collective des professionnels de santé qui exercent au sein des hôpitaux.
Le bon accueil qui doit être réservé aux malades est essentiel , mais cela reste insuffisant , il faut aussi accompagner le malade tout au long de son hospitalisation, l'infirmier (ère) doit pouvoir aider les patients à retrouver l'environnement de la vie quotidienne, et notamment les comportements essentiels (se laver, se coiffer ou tout simplement parler et sourire) qui donnent à l'existence une dimension essentielle et qui permet à l'hôpital d'être un lieu de vie où existe une chaleur humaine, de la compassion et de l'amour pour son prochain.
Les personnels de santé peuvent s'investir pleinement dans cette mission qui ouvre de nouvelles perspectives tendant à asseoir sur des bases solides l'accueil des malades et de leurs familles au niveau de nos hôpitaux.
Enfin, je tiens personnellement à rappeler à mes collègues, à mes amis à nos médecins, à nos infirmières et infirmiers et à nos cadres administratifs, ce que le ministre de la santé, le Pr Houcine Louardi ne cesse de répéter, à savoir que la technique n'est rien sans l'humanisme. Notre système de soins est confronté à une demande exigeante d'un droit à la santé qui garantit le respect et la dignité des malades et l'humanisation des conditions de leur prise en charge. C'est à méditer.
D'ici là portez- vous bien


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.