ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le «take-off» !
Publié dans Albayane le 08 - 04 - 2013

Cette chronique s'inscrit dans la continuité de la précédente qui a porté sur la Chine suite à une mission effectuée dans ce pays. Il m'a été donné de constater, non sans surprise, au cours d'une conférence animée par un expert de l'Académie des Sciences Sociales, WIng Hongju, portant sur «review of economic reform in China : success and challenge», la référence aux travaux de l'économiste américain, W.W Rostow, auteur de l'ouvrage célèbre «les étapes de la croissance économique» publié en 1960, pour expliquer le démarrage de l'économie chinoise et situer son positionnement par rapport à l'économie américaine. Approche pour le moins surprenante lorsqu'on sait les motivations idéologiques et politiques de l'œuvre de Rostow et le contexte mondial dans lequel cet ouvrage fut rédigé.
En effet, Rostow distingue cinq phases successives de la croissance : la société traditionnelle, les conditions préalables au démarrage, le décollage (ou le «take-off»), la marche vers la maturité et l'ère de la consommation de masse. Les différents pays du globe se trouvent, de par leur évolution, à l'une de ces phases sachant que les USA sont rentrés dans la dernière, celle de la consommation de masse, de l'abondance, du «welfare» généralisé ! Cette analyse se prête à discussion et présente plusieurs écueils. D'abord, elle réfute les contradictions du système capitaliste mondial et les phénomènes de domination (impérialisme) qui ont été à la base du décollage d'un certain nombre de pays actuellement développés. Ensuite, elle présente une vision linéaire et répétitive de l'histoire et donne une vision rassurante sur l'avenir des pays du tiers-monde en mal de développement dans la mesure où la question de développement est une question de temps. Enfin, elle se présente comme «alternative» à la théorie marxiste d'évolution des sociétés, elle-même fondée sur des étapes historiques allant du mode de production communautaire au mode production socialiste puis communiste en passant par le mode de production esclavagiste, le mode de production féodal, le mode de production capitaliste, à cette différence de taille que l'étape ultime chez Marx est le communisme et non «la société de consommation de masse».
Cet ouvrage de Rostow a fait l'objet de plusieurs critiques. Je tiens à rappeler ce qu'en pensait le Professeur Aziz Belal dans le cours qu'il dispensait de son vivant sur «les problèmes structurels de développement» avec l'humour qui était le sien et le jeu de mots qu'il maitrisait parfaitement : «les pays sous-développés, au lieu de décoller, ils ont déconné» !!
En privilégiant l'analyse de Rostow à la démarche de Marx, on court le risque de faire l'apologie du libéralisme et du capitalisme débridé tout en prenant à son compte le mythe d'une société de consommation de masse qui n'a vu le jour nulle part. Le capitalisme, fusse-t-il évolué et démocratique, ne saurait être le but ultime de l'humanité pour rentrer dans «la fin de l'histoire» comme le prédisait Fukuyama qui, soit dit en passant, fut contraint de revoir ses thèses après la crise financière qui a secoué sévèrement le système capitaliste mondial.
Par conséquent, la théorie de «rattrapage» qui enseigne, comme son nom l'indique, qu'il est possible de rattraper les autres en suivant leur chemin est une véritable chimère. Elle fait fi de l'intelligence collective des peuples et de leurs capacités à inventer des voies de développement originales. L'histoire ne se reproduit pas à l'identique. Chaque étape historique a ses spécificités. Ce sont les peuples qui façonnent le cours de l'histoire et en déterminent la trajectoire.
*Membre du Bureau Politique du PPS et Professeur à la FSJES Rabat Agdal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.