L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Pegasus : selon Jean-Marc Morandini, «le Maroc a le droit de se défendre devant la justice, qui tranchera le fond de l'affaire»    Benkiran attaque El Othmani et confirme ne pas être candidat au Secrétariat général du PJD    Laftit exige la numérisation des services dans les collectivités territoriales    PLF 2022 : Noureddine Moudian appelle à intégrer davantage les PME dans les marchés publics    Agriculture : La Banque africaine de développement accorde 114 M€ au Maroc    Agressions du personnel médical : Khalid Ait Taleb ordonne des poursuites judiciaires    Rabat : Enquête judiciaire contre un officier de paix    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    El Ktiri : La mémoire historique marocaine incite à ressentir des sentiments de fierté et d'appartenance    Dialogue social : Le Conseil économique et social plaide pour un changement des mentalités    La trique au lieu de la réforme    L'Opinion : Le pass sanitaire, une protection pour la vie quotidienne    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Comment le thé (« atay ») est devenu indispensable aux Marocains    Evolution du coronavirus au Maroc. 398 nouveaux cas, 945.201 au total, mercredi 27 octobre 2021 à 16 heures    «Journée internationale de la fille» : Procter & Gamble partage son expérience    Accidents de la circulation: 19 morts et 2.269 blessés la semaine dernière    Belgique : 24 migrants secourus    La France fournit du matériel militaire au Niger pour la lutte anti-djihadiste    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    Le PPS appelle le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le Maroc participe au Festival du Film Arabe de Stockholm    CDG Invest Growth lève un nouveau fonds de private equity de 945 MDH    Dr Bouazza Kherrati: "Rendre le pass obligatoire est un non-sens"    Dakhla. Les opérateurs français en prospection pour saisir les opportunités d'affaires    L'Union africaine suspend les activités du Soudan et condamne le putsch    Eliminatoires CAN féminine (Soudan-Algérie): L'équipe nationale algérienne bloquée à l'hôtel à cause du coup d'Etat !    Cameroun Janvier 2022 : L'organisation de la CAN sous la menace du TAS    La retransmission du Clasico une nouveauté audiovisuelle    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Alsa Al Baida réalise la plus grande fresque de Casablanca    Nasser Bourita prend part à Kigali à la 2ème réunion ministérielle UA-UE    Sahara marocain : La Bolivie et Liechtenstein pour une solution politique «juste» et «acceptable»    Royal Air Maroc : Reprise des vols directs avec Miami et Doha en décembre    Le Chine et les Etats-Unis s'écharpent autour de la présence de Taïwan à l'ONU    Maroc Telecom : Un chiffre d'affaires de près de 27 milliards DH au 3ème trimestre    Débat : De la fausseté des idéologies à la post-vérité    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un univers riche de métaphores, de symboles et d'images
Entretien avec l'écrivaine et traductrice italienne Berta Corvi
Publié dans Albayane le 03 - 09 - 2013

Entretien avec l'écrivaine et traductrice italienne Berta Corvi
Faire un entretien avec Berta Corvi en tant que poétesse, tractrice et femme de Lettres et des Arts est un voyage agréable .Un voyage vers d'autres lieux imaginaires, d'autres langues universelles, d'autres rêves et d'autres rêveries très séduisants. Des rêves et des rêveries construits par et à travers des mots, des beaux mots.Faire un entretien avec cette femme de Lettres et des Arts est une invitation ouverte pour les amoureux de la poésie et de la narration et des langues pour entrer dans un univers riche de métaphores, de symboles et d'images.
Alors entrons tous à cet univers.
Qui est d'abord Berta Corvi?
En 1965, Berta Corvi naît à Atri, un petit village dans le centre de l'Italie, bien que ses parents habitassent en Belgique, après y avoir émigré en 1963. En 1980, consécutivement au décès de son père, elle caresse le projet d'un retour dans sa nation d'origine. C'est en 1983, après l'obtention de son diplôme, qu'elle quitte Liège avec sa mère et sa sœur pour aller poursuivre ses études en Italie. Elle s'inscrit à l'université Gabriele d'Annunzio, précisément à la faculté de «Langues et littératures étrangères» de Pescara. C'est à cette époque-là qu'elle s'engoue des cours du spécialiste de poésie et de l'imaginaire, Jean Burgos, à la fois professeur émérite des Universités (Poétique) et Président honoraire de l'Université de Savoie (Chambéry). Il lui fait découvrir des auteurs jusque-là inconnus, Henri Michaux, Yves Bonnefoy et Saint-John Perse.
Vous, une poétesse qui aime construire son propre monde métaphorique. Parlez-nous de votre amour pour la poésie et de vos poèmes.
Les leçons remarquables de certains professeurs du lycée belge et de l'université italienne ont exercé une influence sur moi et ont déteint sur mes préférences poétiques et littéraires. À l'école primaire, je dévorais déjà beaucoup de livres, surtout des bandes dessinées et des romans compatibles avec mon âge. En grandissant, mes goûts se sont déplacés vers des ouvrages plus absorbants. Je me souviens que lorsque ma mère allait faire des courses dans les grands magasins, je l'accompagnais pour pouvoir passer une heure ou deux dans le rayon des livres. Je m'abandonnais dans un univers clos, je faisais le vide autour de moi pour m'abîmer temporairement mais vivement dans les rêveries produites par la lecture. Je devrais vénérer ma mère de son satisfecit et de son attitude approbatrice. Au départ, je me dis que la poésie me rebutait, qu'il fallait prodiguer beaucoup d'énergie mentale au niveau de la concentration et du raisonnement pour atteindre un résultat digne. Mais plusieurs épisodes vinrent marquer ma vie et m'exhortèrent à écrire. Ils me firent comprendre que la vie et l'écriture étaient deux choses sérieuses, et très souvent c'était la même chose, surtout si elles étaient ponctuées de moments forts. Je réfléchis alors au langage des écrivains et cherchai à perfectionner le mien. À vingt ans, le passage à la poésie se révéla spontané en moi. Mon cerveau commença à créer singulièrement des vers, sans cesse, sans que je les cherchasse ou que j'essayasse de les rendre propices. Depuis lors, ma poésie semble s'élever toujours plus. Quand on lit mes vers, on ne peut se passer de penser à une route de montagne qui monte sans arrêt, avec la tension et l'attention d'atteindre le refuge d'où jouir d'une vue prenante et enchanteresse, ou bien à une ascension vers le sommet si proche du ciel, derrière lequel se cachent des rêves, ceux d'une vie meilleure. Puis la descente devient plus simple, presque un soulagement. Mon écriture est universelle et digne d'être définie comme telle, elle donne matière à réflexion. J'aime m'abstraire provisoirement du monde pour me blottir dans le havre de la poésie, y bâtir un univers métaphorique en choisissant mots et ponctuation, en créant mélodie et harmonie. Lorsque je me promène dans les bois ou que j'observe la mer, assise sur le sable, je subodore alors un phénomène cabalistique, mes poèmes se matérialisent, les mots s'assemblent peu à peu dans ma fantaisie, toujours mentalement. Je sais comment favoriser dans mon âme l'éclosion de sentiments vigoureux, francs et absolus, toujours en mesure de déchaîner la naissance de vers ou de phrases. L'exercice physique, les promenades, le contact avec la nature concourent extraordinairement à «l'illumination». Quand je marche, je pense, je ris, je pleure, je maugrée, je prie entre le rythme des mots et les balades diurnes à travers les bois, les sentiers et la vie. L'adrénaline du mouvement est une espèce de séisme neural et elle provoque souvent une sorte d'extase spirituelle qui m'amène à créer. L'art, la poésie sont des étapes intermédiaires le long du voyage à accomplir. Je suis ravie que mes poèmes aient été sélectionnés et inclus dans le recueil d'auteurs variés «Viaggi Di Versi - Nuovi Poeti Contemporanei, numero 43» publié par la maison d'édition romaine «Pagine» que Elio Pecora préside. Dans ce recueil on lit le rythme entraînant et harmonieux de mon enfance heureuse: «Una rosea età era quella della mia infanzia, nelle mattine fulgenti piene di promesse», mais aussi des délices, de l'amour et de la volupté qui ont marqué ma vie d'adolescente: «Rinfrancata e pervasa di gioia, posso a piacimento immergermi nei miei sogni e nelle mie fantasticherie adolescenziali» et de femme: «Dopo l'incontro voluttuoso dei nostri corpi, che in un istante ci rendono eterni». Des expressions et des phrases comme «amore indissolubile», «uno sguardo colmo di amorevolezza», «i mormorii proibiti dei miei sogni», «il mio corpo non ha resistito», «fuggiamo dalle tempeste, dalle abitudini, per scoprire le latitudini dell'ebbrezza e della passione ...», «I nostri cuori simili a dei vulcani fremeranno focosamente, perdutamente» montrent l'empreinte de ma vie ardente, volcanique, de feu. Je libère et hypnotise le vers dans une fragmentation d'émotions réunies. Une langue personnelle et privée qui brûle «dans une ardeur qui sourit». Par l'écriture, la raison tente de dominer la passion, à la recherche d'une certitude. On sent la nostalgie du passé, de ce qui fut, hurlée et suffoquée: «Una rosea età era quella della mia infanzia, dove il cuore ingenuo ignorava lo smarrimento. Nessuna mestizia imperava nei miei occhi. Solo dopo sopraggiunse qualche sofferenza». Je suis toujours à la recherche d'une tendresse qui m'apaise. Ma poésie regorge de solitude «Nella brezza di questo scialbo mattino, me ne vado raminga, con aria assorta e passi ovattati», de retrouvailles «Il tempo aveva placato la nostra fiamma. Il tempo ci aveva fossilizzati in un silenzio sepolcrale. Ma ci siamo ritrovati», de silence «Mi trascino a stento in un silenzio lancinante e insoffribile», de cris «No, niente più pianti! Rido a denti stretti. Infine, segno un punto, per ricominciare tutto.» Mais dans le fond, elle est aussi allègre «Eppure tanto fascinosa è l'avventura della vita». Je suis une femme mue éternellement par l'amour et par la douleur. Chaque relation sentimentale est à l'origine de souffrances. Pourtant il suffit d'une seule joie pour abattre les élancements. Des verbes comme «si offusca, mi perdo... agogno che torni la luce... Per contemplare con te l'orgia dei colori... Sbarcheremo il lunario» accompagnent mon œuvre, faite de pensées profondément poétiques, d'une aventure vers un terrain fertile. Quelquefois la grâce m'appartient, quelquefois c'est plutôt la provocation, la furie, l'expression péremptoire quand je suis déçue. Mes mots sont comme un miroir, au-delà desquels il y a autre chose. Quel délice d'imprégner mes récits d'une ironie et d'un ton mordants! Voici une réplique finale d'un poème que j'ai écrit initialement en français et traduit, dans un second temps, en italien. Elle se base sur un substrat caustique: «Assez de larmoiements! Je ris du bout des dents. Enfin je marque le coup, pour recommencer tout». En conclusion, je mets succinctement en exergue une formule qui m'appartient: «Ah, que j'aime patauger dans la légèreté de la poésie!»
Vous êtes aussi une traductrice connue dans le domaine. Quels sont les livres que vous avez traduits?
À 19 ans, j'ai entrepris de travailler pour la région des Abruzzes comme traductrice. À la fin de mes études universitaires, je suis allée vivre dans le nord. J'ai été constamment à la recherche d'une appartenance. Je pense ne l'avoir jamais acquise. À Milan, j'ai été immédiatement embauchée comme enseignante d'anglais et de français pour des entreprises (secteurs télévisé, cinématographique, alimentaire, médical, cosmétique, électronique, de la mode et des transports) de la ville et de la périphérie. Je me suis fait remarquer grâce à mon sérieux, à mon caractère professionnel, à ma préparation et à mon optimisme. Les hommes et femmes d'affaires, les entrepreneurs, les médecins, les ingénieurs, et même les lycéens suivent mes cours avec diligence et intérêt. C'est pour moi, un motif d'orgueil. Ceux-ci me demandent quelquefois d'illustrer les fondements stylistiques de ma production en vers et de déclamer quelques-unes de mes poésies lyriques. J'obtiens ainsi de nombreuses satisfactions dans le domaine professionnel. Je suis aussi spécialiste dans la traduction technique, scientifique, légale et commerciale. En 1990, j'ai été appelée par la maison Winkler pour traduire un CDrom d'Astérix et Obélix et pour en expliquer les règles grammaticales. Il devait servir à des apprenants italiens. À partir de là, je n'ai cessé de traduire pour des agences spécialisées et pour des particuliers. Récemment j'ai transposé «Opaline» de l'italien au français («Opalines»), révélation amoureuse d'un homme à sa bien-aimée, «Les sept vagues de l'amour», du français à l'italien («Le sette onde dell'amore»), de l'auteur marocain Noureddine Mhakkak, qui sera bientôt publié en Italie, et le roman «Il fuoco dentro», de l'italien au français («Le feu intérieur»), de l'auteur italien Giovanni Andreoli pour lequel il existe un projet cinématographique en cours. J'écris aussi des comptes rendus et des notes de lecture pour l'écrivaine-chercheuse Stéphanie Michineau (pseudonyme Fanny Cosi). Les derniers concernent «Pensées en désuétude» et ont été publiés en France, en Italie et au Maroc.
Vous écrivez aussi pour le cinéma. Quels sont vos projets là-dessus?
En ce moment, je suis engagée dans l'écriture d'un roman basé sur une histoire vraie et destiné à une future adaptation cinématographique. Je préfère ne pas me faire lire dans les tréfonds de ma conscience. La confidentialité est de règle.
Dernier mot?
Je me promets de rendre mon projet réalisable: me faire connaître au Maroc tant par mes travaux en français que par mes travaux en italien et, pourquoi pas, comme enseignante de langues (en ligne). Monsieur Noureddine Mhakkak m'ayant accordé toute sa confiance, mon dernier mot va à lui. De gaieté de cœur, je tiens à le remercier de son obligeance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.