Sahara Marocain : le mandat de la MINURSO renouvelé pour une année de plus    Le Conseil de sécurité salue le rôle des Commissions régionales du CNDH à Laâyoune et Dakhla    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    La DGSN lance une nouvelle génération de titres de séjour pour les étrangers    Grande Bretagne. Le Labour éjecte Jeremy Corbyn    L'ouverture du consulat général des E.A.U. à Laâyoune aura lieu mercredi prochain    Nouvelles mesures restrictives : ce qui change à Al Hoceima    Covid-19: 3.256 nouveaux cas confirmés et 3.014 guérisons en 24H    Le Royaume-Uni impose des restrictions à l'exportation de vaccins contre la grippe    « Al Filahi Cash »: Le Crédit Agricole lance sa filiale de paiement    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    La journaliste Kaima Belouchi endeuillée    Séisme : Des morts et blessés à l'ouest de la Turquie    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    De nouveaux accords de coopération conclus entre le Maroc et Rwanda    Evolution du coronavirus au Maroc : 3256 nouveaux cas, 215.294 au total, vendredi 30 octobre à 18 heures    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Reconfinement: la France s'attend à une récession de 11% en 2020 (ministre)    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La tour Hassan représente un des vecteurs clés de la modernité»
Publié dans Albayane le 13 - 03 - 2016

Rabat dispose d'un patrimoine aux multiples facettes. La ville fascine sur le plan architectural grâce à ses bâtiments emblématiques ancestraux qui ont été depuis toujours une source d'inspiration pour les architectes d'hier et d'aujourd'hui. La préservation et la promotion de ce patrimoine à la fois matériel et immatériel incombent à tous les acteurs concernés. Pour Fikri Benabdallah, président de l'association «Rabat-Salé Mémoire», Rabat ne peut être distingué aujourd'hui de Salé pour des raisons évidentes qui sont humaines, historiques et qui sont dictées par les valeurs économiques. Les propos.
Al Bayane : Comment se porte le patrimoine matériel et immatériel de la ville de Rabat ?
Fikri Benabdallah : De prime abord, il faut savoir qu'aujourd'hui, Rabat ne peut être distingué de Salé pour des raisons évidentes qui sont humaines, historiques et qui sont dictées par les valeurs économiques. En effet, l'entité Rabat Salé est liée par une vallée, par des rapports sociaux ancestraux. Les deux villes ont un patrimoine de très forte expression. Aujourd'hui, comme de nombreuses villes impériales, Rabat et Salé disposent de bâtiments emblématiques dont Kasbah Challah, Hassan, Bourj Roukni, Kasbah des Oudayas, Bab Rouah, Bab Lamrissa... Si on devait se questionner sur l'état actuel de ce patrimoine, on se rendra compte de la régression de l'état de ce patrimoine, ou de son maintien voire de son développement via plusieurs activités...On observe une prise de conscience très forte, entre autres du fait que certaines zones importantes de la ville de Rabat ont été reconnues comme patrimoine mondial de l'UNESCO. C'est une grande avancée pour le pays puisque c'est une distinction d'un grand intérêt et d'une grande légitimité sur le plan historique, mais qui, par ailleurs se trouve en face de Salé, une ville qui a connu des échanges et des faits historiques avérés et dont le patrimoine devrait être réhabilité et reconnu. A Salé, un patrimoine ancestral est présent essentiellement dans la médina ancienne, mais celui-ci n'est pas reconnu ne serait-ce qu'en tant que patrimoine national. On se retrouve avec une aberration assez choquante, à savoir d'un côté, la ville de Rabat portée au statut de patrimoine mondial de l'UNESCO et de l'autre côté, Salé, une ville probablement de moindre importance sur le plan volumique et physique, mais qui possède un patrimoine ancestral de très grande valeur. Le sens de notre combat profond et prioritaire au sein de l'association réside dans le fait de porter Salé au moins au titre de patrimoine national. Dans ce cadre, nous travaillons avec Monsieur Sbihi, ministre de la Culture, ainsi qu'avec les associations qui représentent la cité slaouie... Nous avons espoir que cela aboutira dans les prochains mois.
Sur le plan architectural, quels sont les courants architecturaux existant à Rabat?
Nous avons une chance à Rabat-Salé. En effet, l'ensemble du patrimoine historique de plusieurs villes marocaines est regroupé dans la médina. Rabat, par contre, dispose de bâtiments emblématiques : tours, mosquées, kasbahs, sites archéologiques d'une très grande valeur. La ville est marquée par l'architecture du 20e siècle qu'on retrouve sur les faubourgs de Rabat qui attestent d'une très grande vigueur et créativité, et qui sont une espèce de musée à ciel ouvert témoignant de la progression des courants architecturaux contemporains du siècle dernier.
Sur le plan architectural, la touche architecturale magnifique, qu'on observe sur l'avenue Allal Ben Abdellah, ainsi que dans un certain nombre de quartiers du centre de la ville ou de la commune de Hassan, fait de ces lieux des livres ouverts sur le plan de la progression stylistique, typologique... La trame verte de Rabat et de Salé constitue également aujourd'hui une richesse extraordinaire avec ses jardins aménagés tels que Nazhat Hassan, les jardins ancestraux des oudayas... A noter que Rabat a été construit sur une logique physique et géographique prenant en compte sa façade maritime, fluviale, ses forêts...
En matière de patrimoine immatériel, Rabat et Salé ont abrité toute l'influence andalouse, ont développé ce patrimoine, l'ont modernisé à travers les métiers, l'art, l'écriture, les arts plastiques, le théâtre, les expressions télévisuelles et radiophoniques. Dans ce sens, Rabat a abrité, bien avant les années 50, les premières radios et télévisions, les premières troupes de théâtre et les premiers groupes musicaux de la nation. La préservation et le développement de ce patrimoine immatériel représentent un devoir lourd pour notre association «Rabat Salé-mémoire» aux côtés du corps élu, des institutions étatiques, des secteurs de la Culture, de l'urbanisme, de l'architecture, du tourisme... Nous n'oublions bien évidemment pas l'ouverture sur le grand public à travers la sensibilisation, l'intégration de cette connaissance dans les programmes didactiques.
Comment faire, à votre avis, de ce patrimoine un vecteur de croissance pour le développement de la ville?
Je pense que l'autorité politique première de la nation a insufflé une dynamique tout à fait nouvelle en faveur de Rabat et sa vallée et par extension, Salé. On assiste à des travaux d'infrastructures impressionnants à l'intérieur de la ville, sur les grandes voies, en matière de prise en charge d'un certain nombre d'édifices emblématiques ancestraux comme la tour Hassan. Le chemin à parcourir est encore long. En revanche, ce qui est fait aujourd'hui doit être salué et encouragé. Il doit probablement aussi permettre aux instances politiques et aux acteurs concernés d'adhérer à cette dynamique et la promouvoir sur l'ensemble des cités du pays dans le but de mettre en valeur les richesses naturelles, patrimoniales et architecturales des autres villes. La dynamique et la prise de conscience de la valeur du patrimoine aux multiples expressions et expériences peuvent constituer des locomotives pour d'autres villes, à l'image de Rabat.
En tant qu'architecte, quels sont les bâtiments emblématiques qui vous inspirent?
En tant qu'architecte, il est naturel que le Chellah ou les Oudayas ou encore la tour Hassan constituent des sujets d'éternelle admiration. A travers mes voyages professionnels ou non professionnels, je n'ai jamais ressenti autant d'émotions, autant d'admiration et d'interrogation pour les dimensions, les dispositions architecturales et décoratives d'un bâtiment, au même titre que la tour Hassan. Elle représente pour moi un des vecteurs clés de la modernité du fait de son positionnement, de son expression plastique, de sa relation avec la mer, le paysage urbain, de sa hauteur par rapport à la vallée. Bref, elle constituera toujours un élément de référence absolu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.