Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moha Ou Baba, une étoile de l'art Amazigh
Publié dans Albayane le 15 - 03 - 2017

Moha Ou Baba, fut un grand artiste et violoniste amazighe. Il est originaire de la petite contrée de « Tazrouft », où il naquit vers le milieu des années quarante. Son fief est situé sur le territoire de la caïdat de «Tillichte», cercle de «Riche», province, actuelle, de Midelt. Ses anciens amis, artistes issus des autres tribus amazighes avaient l'habitude de l'appeler «Moha Ou Baba Azrouf» en référence à son surnom patronyme.
Il a grandi chez son oncle maternel qui l'a adopté, encore enfant, à la mort de ses parents. Son oncle, Moha n'Itto, était lui aussi violoniste comme la majorité des «Izroufen». Il est à rappeler que «Tazrouft » était jadis un réservoir d'artistes classé comme suit : en premier lieu, les violonistes, puis les tambourinaires et les aèdes.
L'enfant Moha Ou Baba a appris à manipuler d'abord le violon de son oncle ; puis après, il eut à sa disposition la quasi-totalité des violons que les gens du douar possédaient. Le violon, a fait partie de la famille et tous les enfants l'ont côtoyé dès leur plus bas âge.
Dans cet environnement artistique, l'enfant Moha ne pouvait que devenir lui aussi un artiste violoniste et comme dit un adage de la «darija», «ⵙⵏⴰⵄⵜ ⴱⵓⴽ ⵍⴰ (ⵢ) ⵖⵍⴱⵓⴽ» qui peut se traduire par: «perfectionne- toi tout en apprenant le métier de ton père».
Arrivé au summum de son art musical, il décida, comme ses prédécesseurs et ses semblables de partir hors de son fief avec quelques amis, avec lesquels il a formé une troupe artistique ambulante. Il partait à la recherche de l'aventure comme on part en quête d'un travail quelconque. Lui et son groupe, ont eu l'occasion de se produire dans plusieurs villes, villages et douars en contrepartie de menue monnaie. C'est ainsi qu'avec sa troupe, il sillonna, pendant un grand nombre d'années, la quasi-totalité des régions du Maroc.
Ses aventures se sont multipliées au fil des années et c'est ainsi qu'il s'est produit dans «la halqa» et sur les scènes de «suirti», mot espagnol qui se prononçait «suerte» et qui signifie la «chance», il est incorporé, ici, tel un théâtre ambulant où certains artistes se produisaient dans le temps et dont les gens de ma génération se souviennent encore.
Le violoniste Moha Ou Baba, toujours vivant, a vécu auparavant, pendant de longues années à Khemisset. Notons au passage qu'il s'est associé à un moment donné de son parcours avec des artistes tels : le célèbre comédien feu Moha Ou Rahou et son inséparable compagnon, feu Ali n' Hmimche; tous deux issus de la tribu des «ⴰⵢⵜ ⵏⴹⵉⵔ». Ali Ouchibane, en tant que tambourinaire avec lequel il a formé un duo, pour sillonner l'Europe et visiter, tour à tour, l'Espagne, la France, la Belgique, l'Allemagne et la Hollande où ils se sont produits durant de multiples soirées et animer des fêtes organisées par les immigrés marocains.
L'amertume, de Moha Ou Baba envers l'art, comme tant d'autres artistes qui considèrent s'être sacrifiés pour ce «métier» et qu'en retour, surtout maintenant qu'ils sont devenus âgés, ne leur a rien procuré. Ceci, sans parler de son état de santé qui se détériore au fil du temps au point que sa mémoire lui fait défaut et ne peut plus restituer les souvenirs du passé ; souvenirs perdus à jamais...
Parmi ses grands succès sauvegardés dans les archives de la radio amazighe de la RTM, nous ne citerons que ces quelques exemples, extraits des plus significatifs à notre sens :
– ⵉⴽⴽⴰ ⵊⴱⵍ ⵉⵏⵢⵔⴰⵅ, ⴱⴱⵉⵏ ⵉⴱⵔⴷⴰⵏ, ⵇⵍⵍⴰⵏ ⵉⵎⴰⵣⴰⵏ
– ⴰ ⵢⴰ ⵎⴰⵣⴰⵏ ⴰⵡⴰ ⵏⵄⵜⴰⵙ ⴰⴱⵔⵉⴷ ⵉⵢⵎⴰ ⵏⵓ ⵄⴰⴼⴰⵛ ⴱⴰⵔ ⴰⴷ ⵉⵔⵃⵍ ⵖⵓⵔⵉ
Avant de conclure, il est a noter que le premier succès précité a été repris et chanté par plusieurs jeunes artistes, violonistes et outayris (les artistes qui jouent du luth, loutar), qui ont conservé le refrain et la composition originale, tout en modifiant intégralement les paroles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.