Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moha Ou Baba, une étoile de l'art Amazigh
Publié dans Albayane le 15 - 03 - 2017

Moha Ou Baba, fut un grand artiste et violoniste amazighe. Il est originaire de la petite contrée de « Tazrouft », où il naquit vers le milieu des années quarante. Son fief est situé sur le territoire de la caïdat de «Tillichte», cercle de «Riche», province, actuelle, de Midelt. Ses anciens amis, artistes issus des autres tribus amazighes avaient l'habitude de l'appeler «Moha Ou Baba Azrouf» en référence à son surnom patronyme.
Il a grandi chez son oncle maternel qui l'a adopté, encore enfant, à la mort de ses parents. Son oncle, Moha n'Itto, était lui aussi violoniste comme la majorité des «Izroufen». Il est à rappeler que «Tazrouft » était jadis un réservoir d'artistes classé comme suit : en premier lieu, les violonistes, puis les tambourinaires et les aèdes.
L'enfant Moha Ou Baba a appris à manipuler d'abord le violon de son oncle ; puis après, il eut à sa disposition la quasi-totalité des violons que les gens du douar possédaient. Le violon, a fait partie de la famille et tous les enfants l'ont côtoyé dès leur plus bas âge.
Dans cet environnement artistique, l'enfant Moha ne pouvait que devenir lui aussi un artiste violoniste et comme dit un adage de la «darija», «ⵙⵏⴰⵄⵜ ⴱⵓⴽ ⵍⴰ (ⵢ) ⵖⵍⴱⵓⴽ» qui peut se traduire par: «perfectionne- toi tout en apprenant le métier de ton père».
Arrivé au summum de son art musical, il décida, comme ses prédécesseurs et ses semblables de partir hors de son fief avec quelques amis, avec lesquels il a formé une troupe artistique ambulante. Il partait à la recherche de l'aventure comme on part en quête d'un travail quelconque. Lui et son groupe, ont eu l'occasion de se produire dans plusieurs villes, villages et douars en contrepartie de menue monnaie. C'est ainsi qu'avec sa troupe, il sillonna, pendant un grand nombre d'années, la quasi-totalité des régions du Maroc.
Ses aventures se sont multipliées au fil des années et c'est ainsi qu'il s'est produit dans «la halqa» et sur les scènes de «suirti», mot espagnol qui se prononçait «suerte» et qui signifie la «chance», il est incorporé, ici, tel un théâtre ambulant où certains artistes se produisaient dans le temps et dont les gens de ma génération se souviennent encore.
Le violoniste Moha Ou Baba, toujours vivant, a vécu auparavant, pendant de longues années à Khemisset. Notons au passage qu'il s'est associé à un moment donné de son parcours avec des artistes tels : le célèbre comédien feu Moha Ou Rahou et son inséparable compagnon, feu Ali n' Hmimche; tous deux issus de la tribu des «ⴰⵢⵜ ⵏⴹⵉⵔ». Ali Ouchibane, en tant que tambourinaire avec lequel il a formé un duo, pour sillonner l'Europe et visiter, tour à tour, l'Espagne, la France, la Belgique, l'Allemagne et la Hollande où ils se sont produits durant de multiples soirées et animer des fêtes organisées par les immigrés marocains.
L'amertume, de Moha Ou Baba envers l'art, comme tant d'autres artistes qui considèrent s'être sacrifiés pour ce «métier» et qu'en retour, surtout maintenant qu'ils sont devenus âgés, ne leur a rien procuré. Ceci, sans parler de son état de santé qui se détériore au fil du temps au point que sa mémoire lui fait défaut et ne peut plus restituer les souvenirs du passé ; souvenirs perdus à jamais...
Parmi ses grands succès sauvegardés dans les archives de la radio amazighe de la RTM, nous ne citerons que ces quelques exemples, extraits des plus significatifs à notre sens :
– ⵉⴽⴽⴰ ⵊⴱⵍ ⵉⵏⵢⵔⴰⵅ, ⴱⴱⵉⵏ ⵉⴱⵔⴷⴰⵏ, ⵇⵍⵍⴰⵏ ⵉⵎⴰⵣⴰⵏ
– ⴰ ⵢⴰ ⵎⴰⵣⴰⵏ ⴰⵡⴰ ⵏⵄⵜⴰⵙ ⴰⴱⵔⵉⴷ ⵉⵢⵎⴰ ⵏⵓ ⵄⴰⴼⴰⵛ ⴱⴰⵔ ⴰⴷ ⵉⵔⵃⵍ ⵖⵓⵔⵉ
Avant de conclure, il est a noter que le premier succès précité a été repris et chanté par plusieurs jeunes artistes, violonistes et outayris (les artistes qui jouent du luth, loutar), qui ont conservé le refrain et la composition originale, tout en modifiant intégralement les paroles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.