L'oral d'El Othmani devant la 1re Chambre    Examen des projets de loi relatifs aux Soulaliyates    El Jadida: Projet de cimenterie à 2,6 milliards de DH    Erdogan craint la perte d'Istanbul    Succession de Juncker: Le casse-tête européen    L'UE intransigeante face au Brexit    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT    Festival gnaoua et musiques du Monde: Un moment de grâce dans la ville des Alizés    Essaouira: Quand les gnaoua reçoivent le monde    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Divers Economie    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Casablanca : entrée en vigueur des nouveaux contrats    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Neymar. Blaugrana de nouveau ?    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    30 kg de résine de cannabis saisies à Bab Sebta    La canicule s'installe sur l'Europe, records de chaleur attendus    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Mohamed Ali Bensouda : «Nous souhaitons aborder la question des retraites et de notre rapport aux jeunes et aux aînés»    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Bénin-Ghana. Match-test sans meneur pour les Ecureuils    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    Edito : Bronzette    Insolite : Mis en examen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ayad, le vétéran violoniste de la chanson amazighe
Publié dans Albayane le 29 - 11 - 2017

Cheikh Ayad fût un grand violoniste des années quarante, bien avant Hamou Oulyazid, Aâssou Oudabz, Ouâali, Moha Oubaba, cheikh Oussidi Benaceur.
Ce musicien, chanteur et compositeur, est né vers 1918, fin de la première guerre mondiale, dans la tribu des Ait Ndir (Bni Mtir).
Cheikh Ayad fut séduit par l'art dès son jeune âge. Il avait appris à jouer de la flûte qu'il fabriquait lui-même. Dès l'adolescence, munie de son Aloune ou Talounte (appellation selon régions Amazigh), il avait commencé déjà à prendre part aux multiples danses d'Ahidouss qui se tenaient à l'occasion des cérémonies ou de célébrations dans son douar. Par la suite, il alla se produire dans d'autres lieux. Ses amis de l'époque le sollicitaient pour leur jouer des chansons après chaque pause d'ahidouss qui se faisaient par contrainte à cause du refroidissement des «Aloun».
La flûte qu'il aimait énormément ne lui permettait pas de chanter de vive voix comme ses semblables dans la mesure où en tant qu'artiste clé de l'occasion, il était dans l'obligation, pour ne pas casser la cadence du rythme, de souffler constamment dans cet outil musical jusqu'à la fin de la séquence qui lui était réservée.
N'étant pas satisfait de cette situation qui ne lui permettait pas de chanter et de souffler dans sa flûte en même temps, c'est-à-dire qu'il ne pouvait pas être au four et au moulin au même instant, lui qui commençait à avoir une renommée locale; il décida donc de se fabriquer un violon artisanal avec des matériaux de recyclage qui se trouvaient sous la main.
C'est alors que commencèrent les entraînements sur cet instrument à trois cordes nouvellement côtoyé et avec lequel il est devenu inséparable jusqu'à son décès vers 1975. Cet instrument l'avait rendu plus célèbre sur le plan régional comme il l'avait rendu plus libre au niveau du chant. Il lui permettait de puiser dans un large répertoire de poésie qu'il s'était constitué au fil du temps. Se considérant artiste professionnel, c'est-à-dire un vrai cheikh (connaisseur et maître), il constitua un duo artistique ambulant avec son ami, le tambourinaire et comédien, feu Ali N'hmimech, pendant de longues années. Ce duo inséparable avait sillonné tout le Moyen- Atlas allant de souk en souk pour tenir la «Halka» qui leur permettait de gagner leur pain quotidien…
Et comme rien n'est éternel, cheikh Ayad et son ami ont décidé un beau jour de mettre un terme à leur union artistique et de partir chacun de son côté. C'est alors que Cheikh Ayad s'est détaché de son port d'attache «Ait Lahcen Ouchaib» pour s'installer et évoluer d'abord à El-Hajeb, la capitale des Ait Ndir, puis à Imouzzer Kandar, capitale des Ait Seghrouchen où il a résidé dans le quartier connu sous le nom de «Kelâa», avant de déménager définitivement à Ain-Leuh où il demeura jusqu'à sa mort.
Seuls subsistent quelques vieillards aujourd'hui qui se souviennent de Cheikh Ayad, à qui ils ne se lassaient pas de répéter à l'époque, pour plaisanter avec lui, durant une prestation amzlmizane a Ayad et comme ce vétéran de la chanson amazighe a vécu sous le régime du protectorat, il a appris quelques mots en Français comme : Gauche/ Droite, qu'il répétait fréquemment à ses accompagnatrices qu'il guidait, lorsqu'elles dansaient, ainsi que le ferait un sergent recruteur avec des nouvelles recrues.
Cheikh Ayad est enterré à Ain-Leuh où il avait connu d'autres artistes comme son contemporain, cheikh Hmad Azrouf, lui aussi violoniste issu du douar des Izroufen situé dans les alentours du cercle de : Riche, province actuelle de Midelt, comme il a connu aussi à la fin de ses jours quelques jeunes talents de jadis, toujours en vie, comme les tambourinaires, eux même, assimilés actuellement à des vétérans dont quelques-uns sont célèbres, tels: le général Hassan Bouykifi- cheikh Alla d'El-Hajeb et la célèbre : Fadma Oult Hdidou qui a intégré, durant sa jeunesse, occasionnellement sa troupe d'artistes.
Enfin, et je ne voudrais pas clore cet aperçu historique sur cheikh Ayad sans évoquer une figure emblématique de « La source du bois», écrit en Français : Ain-Leuh, le disciple et l'héritier artistique du père spirituel de la chanson amazighe, feu Hamou Oulyazid, le Grand Artiste: Yousfi Benmoha, reconnu officiellement comme (Rouicha Mohamed) par l'état-civil depuis le 28 Juin 1962 jusqu'à 1982.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.