Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Températures min et max prévues - Samedi 20 Juillet 2019    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouâssim Hmou Oulyazid et El Akri Mustapha, deux étoiles de la chanson amazighe
Publié dans Albayane le 05 - 04 - 2017

Ouâssim Hmou Oulyazid et El Akri Mustapha sont deux grands artistes de la chanson Amazighe du Moyen-Atlas. Même si les deux artistes ne se sont jamais connus, ils partageaient plusieurs valeurs et caractéristiques.
En effet, Ouâssim Hmou Oulyazid a grandi à Ain Leuh, l'ex capital de l'art Amazigh de notre région, Fazaz et El Akri Mustapha est né en 1965, chez les Ait N'Dir dans l'ex commune Rurale du Dir (avant le découpage administratif de 1992), l'actuelle commune rural «Ikddar» dans la province d'El-Hajeb, plus exactement dans la caserne du premier Mokhzan Mobil (où son père travaillait comme agent dans les rangs des Forces Auxiliaires).
Ouâssim Hamou Ben Lyazid, selon l'identité administrative ou tout simplement Hamou Oulyazid selon l'appellation Amazighe, « Ben » en Arabe étant l'équivalent en Tamazighte de « Ou »…Beaucoup de gens lui attribuent un double nom de famille et cela pour montrer qu'ils ont effectué des recherches autour de ce personnage, mais en vain. Nous dirons des recherches non fondées et non basées qui ne contribueront qu'à induire notre identité culturelle-Amazighe dans de graves erreurs….Rappel à l'ordre, feu Hamou de son nom de famille réel « Ouâssim » en relation avec le nom de la tribu et le lieu de naissance de son père « Lyazid » dans le Sud-Est du Maroc «Tabouâssimte». «Boufala» est le nom de famille de la mère d'Ouâssim Hamou Oulyazid. Hamou Oulyazid est décédé le 23 Avril 1973 à Ain leuh, c'est à dire quand El Akri avait 08 ans (encore enfant)…
Les points d'intersection entre Ouaâssim et Akri sont nombreux et semblables malgré qu'ils ne se sont jamais vus ni rencontrés ni connus. En effet, Hamou a travaillé dans la tribu des «Ait Mguild» à Ain leuh, dans le fief des origines de sa mère qui était issue de la famille «Boufala». El Akri était aussi de la tribu des «Ait Mguild» d'où étaient originaires son père «Driss» et de sa mère « Fadma ». Précision, même les deux familles de ces artistes ne se connaissaient pas et les deux tribus n'étaient même pas limitrophes.
Par ailleurs, les deux artistes ont travaillé dans le secteur de la santé. Le premier (Hamou Oulyazid) était infirmier au dispensaire rural d'Ain leuh, tandis que le deuxième (El Akri Mustapha) a travaillé dans la pharmacie « Atlas » appartenant au Dr El founini, sis à Avenue Allal Ben Abdellah à El-Hajeb.
Ainsi, le père spirituel de la chanson Amazighe de Fazaz est devenu célèbre grâce aux nombreuses chansons qu'il a enregistrées à la SNRT, ex RTM, département de Tamazight à Rabat, juste après l'indépendance du Maroc. Alors que feu El-Akri, malgré qu'il était connu dans un cercle restreint qui n'était autre que le village d'El-Hajeb, ses échos se sont répandus un peu partout au Maroc et même au delà de ses frontières quand il a commencé à enregistrer ses premières cassettes (K7 audio) dans des studios privés tels que «Sawt Ain Leuh» à Ain leuh où Feu Hamou Oulyazid est enterré.
En outre, les deux artistes avaient les mêmes passions. Ils ont tous les deux jouer sur les mêmes instruments musicaux, des instruments à cordes, notamment le violon – l'Oud et Loutar.
Il va sans dire que les deux ont laissé un grand répertoire et beaucoup de chansons qui ont traité de nombreux et différents thèmes.
Tous les deux sont maintenant passés de l'autre côté, un certain 23. Le premier est décédé le 23 Avril 1973 à Ain Leuh et le second le 23 Juillet 2001 à El-Hajeb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.