Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Réunion de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc « s'engage sur le plan continental »    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Ouarzazate : un accident de la route fait 2 morts et 4 blessés    Les fonctionnaires appelés à la grève générale mercredi 26 février    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'autre guerre    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouâssim Hmou Oulyazid et El Akri Mustapha, deux étoiles de la chanson amazighe
Publié dans Albayane le 05 - 04 - 2017

Ouâssim Hmou Oulyazid et El Akri Mustapha sont deux grands artistes de la chanson Amazighe du Moyen-Atlas. Même si les deux artistes ne se sont jamais connus, ils partageaient plusieurs valeurs et caractéristiques.
En effet, Ouâssim Hmou Oulyazid a grandi à Ain Leuh, l'ex capital de l'art Amazigh de notre région, Fazaz et El Akri Mustapha est né en 1965, chez les Ait N'Dir dans l'ex commune Rurale du Dir (avant le découpage administratif de 1992), l'actuelle commune rural «Ikddar» dans la province d'El-Hajeb, plus exactement dans la caserne du premier Mokhzan Mobil (où son père travaillait comme agent dans les rangs des Forces Auxiliaires).
Ouâssim Hamou Ben Lyazid, selon l'identité administrative ou tout simplement Hamou Oulyazid selon l'appellation Amazighe, « Ben » en Arabe étant l'équivalent en Tamazighte de « Ou »…Beaucoup de gens lui attribuent un double nom de famille et cela pour montrer qu'ils ont effectué des recherches autour de ce personnage, mais en vain. Nous dirons des recherches non fondées et non basées qui ne contribueront qu'à induire notre identité culturelle-Amazighe dans de graves erreurs….Rappel à l'ordre, feu Hamou de son nom de famille réel « Ouâssim » en relation avec le nom de la tribu et le lieu de naissance de son père « Lyazid » dans le Sud-Est du Maroc «Tabouâssimte». «Boufala» est le nom de famille de la mère d'Ouâssim Hamou Oulyazid. Hamou Oulyazid est décédé le 23 Avril 1973 à Ain leuh, c'est à dire quand El Akri avait 08 ans (encore enfant)…
Les points d'intersection entre Ouaâssim et Akri sont nombreux et semblables malgré qu'ils ne se sont jamais vus ni rencontrés ni connus. En effet, Hamou a travaillé dans la tribu des «Ait Mguild» à Ain leuh, dans le fief des origines de sa mère qui était issue de la famille «Boufala». El Akri était aussi de la tribu des «Ait Mguild» d'où étaient originaires son père «Driss» et de sa mère « Fadma ». Précision, même les deux familles de ces artistes ne se connaissaient pas et les deux tribus n'étaient même pas limitrophes.
Par ailleurs, les deux artistes ont travaillé dans le secteur de la santé. Le premier (Hamou Oulyazid) était infirmier au dispensaire rural d'Ain leuh, tandis que le deuxième (El Akri Mustapha) a travaillé dans la pharmacie « Atlas » appartenant au Dr El founini, sis à Avenue Allal Ben Abdellah à El-Hajeb.
Ainsi, le père spirituel de la chanson Amazighe de Fazaz est devenu célèbre grâce aux nombreuses chansons qu'il a enregistrées à la SNRT, ex RTM, département de Tamazight à Rabat, juste après l'indépendance du Maroc. Alors que feu El-Akri, malgré qu'il était connu dans un cercle restreint qui n'était autre que le village d'El-Hajeb, ses échos se sont répandus un peu partout au Maroc et même au delà de ses frontières quand il a commencé à enregistrer ses premières cassettes (K7 audio) dans des studios privés tels que «Sawt Ain Leuh» à Ain leuh où Feu Hamou Oulyazid est enterré.
En outre, les deux artistes avaient les mêmes passions. Ils ont tous les deux jouer sur les mêmes instruments musicaux, des instruments à cordes, notamment le violon – l'Oud et Loutar.
Il va sans dire que les deux ont laissé un grand répertoire et beaucoup de chansons qui ont traité de nombreux et différents thèmes.
Tous les deux sont maintenant passés de l'autre côté, un certain 23. Le premier est décédé le 23 Avril 1973 à Ain Leuh et le second le 23 Juillet 2001 à El-Hajeb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.