Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

Ces deux dernières semaines, la seule affaire qui a monopolisé, comme nulle autre, l'attention des médias et des chancelleries du monde entier est celle afférente à la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi; une macabre histoire qui a rapidement fait le tour du monde et un véritable film d'horreur où il est question d'un corps encore en vie qui aurait été découpé à la tronçonneuse par une équipe de «barbouzes» spécialement dépêchés à cet effet.
Et si tout le monde pointe du doigt l'Arabie Saoudite dans la mesure où les faits concernent un de ses illustres contradicteurs et qu'ils se sont déroulés dans l'enceinte même de son consulat à Istanbul, c'est bien entendu son nouvel homme fort, le Prince héritier Mohammed Ben Salmane, qui est nommément accusé.
Mais, si, dans un premier temps, Donald Trump s'était montré très prudent sur cette affaire en souhaitant qu'elle se règle d'elle-même, il s'était, par la suite, déchainé contre son allié saoudien en déclarant, à la chaîne CBS, que son administration se tient prête à lui infliger un «châtiment sévère» s'il est confirmé que Jamal Khashoggi a été assassiné sur ses ordres. Aussi, a-t-il rapidement dépêché à Ankara et à Riyad, son Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères Mike Pompeo à l'effet de recueillir le maximum d'informations sur cette malheureuse affaire.
C'est ainsi que le chef de la diplomatie américaine qui s'est entretenu ce mardi à Riyad avec le Roi Salmane et le prince héritier Mohammed Ben Salmane puis mercredi à Ankara avec le président turc Recep Tayyip Erdogan a fait part, à l'issue de sa mission, de son intention de laisser encore «quelques jours aux deux pays pour boucler leurs enquêtes».
Or, dès jeudi, la presse turque s'est empressée de publier des images tirées des caméras de vidéosurveillance retraçant les mouvements, à Istanbul, d'un certain Maher Abdulaziz Mutreb, officier des services de sécurité saoudiens très proche du prince héritier et présenté ce dernier comme étant le chef de l'équipe envoyée en Turquie pour «interroger» le journaliste disparu. Difficile, en ce cas, pour le Prince héritier Mohammed Ben Salmane, de prétendre que ce qui s'est passé à Istanbul le 2 Octobre dernier l'a été à son insu et de ne point s'attirer les foudres de Washington et de ses alliés.
Après que le démenti catégorique opposé par les dirigeants saoudiens lors du déclenchement de cette affaire ait été rapidement récusé par les faits, MBS n'avait plus d'autre choix que celui de jeter dans la mare un pavé qu'il gardait bien au chaud ; à savoir ces documents attestant que c'est bien Jerad Kushner, le gendre du président américain, qui lui a fourni les listes dressées par la CIA comprenant l'identité de tous ceux qui, comme Jamal Khashoggi, «représentent une menace pour la survie du trône des Al-Saoud».
Mais en prenant rapidement conscience du fait qu'un tel «dérapage» contrevient à la bonne entente mutuelle qu'ils se doivent de préserver, Riyad a accepté de sauvegarder son alliance avec Washington en déposant la bagatelle de 100 millions de dollars sur les comptes du Département d'Etat américain au titre de l'aide que l'Arabie Saoudite s'était initialement engagée à apporter à l'armée américaine en Syrie. Après cela, Riyad a été contrainte d'évoquer, du bout des lèvres, une «mort accidentelle» consécutive à un «interrogatoire musclé» qui aurait «mal tourné». Dès lors, la disparition du collaborateur du «Washington Post» n'est plus qu'un tragique «accident» imputable à un commando ayant agi seul et non pas «un assassinat politique commandité en haut-lieu».
Au vu de tout cela, il semble donc qu'en l'absence d'une très forte pression aussi bien interne qu'internationale, Donald Trump va se résoudre à «calmer le jeu» tant et si bien qu'en définitive toute cette affaire – aussi macabre qu'elle ait pu être – pourrait ne pas avoir plus d'effet qu'un pétard mouillé et passer aux «oubliettes».
Mais si, en revanche, la pression internationale s'accentue, la disparition de Khashoggi va sonner le glas de l'héritier du trône d'Al Saoud et, peut-être même, de tout son clan; ce qui risquerait fort d'éclabousser un Donald Trump qui serait bien avisé de s'en passer alors que le 6 Novembre prochain se tiendront les élections dites de « mi-mandat » durant lesquelles les américains seront appelés à renouveler un tiers du Sénat et l'ensemble de la Chambre des représentants et à élire une trentaine de gouverneurs. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.