Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

Ces deux dernières semaines, la seule affaire qui a monopolisé, comme nulle autre, l'attention des médias et des chancelleries du monde entier est celle afférente à la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi; une macabre histoire qui a rapidement fait le tour du monde et un véritable film d'horreur où il est question d'un corps encore en vie qui aurait été découpé à la tronçonneuse par une équipe de «barbouzes» spécialement dépêchés à cet effet.
Et si tout le monde pointe du doigt l'Arabie Saoudite dans la mesure où les faits concernent un de ses illustres contradicteurs et qu'ils se sont déroulés dans l'enceinte même de son consulat à Istanbul, c'est bien entendu son nouvel homme fort, le Prince héritier Mohammed Ben Salmane, qui est nommément accusé.
Mais, si, dans un premier temps, Donald Trump s'était montré très prudent sur cette affaire en souhaitant qu'elle se règle d'elle-même, il s'était, par la suite, déchainé contre son allié saoudien en déclarant, à la chaîne CBS, que son administration se tient prête à lui infliger un «châtiment sévère» s'il est confirmé que Jamal Khashoggi a été assassiné sur ses ordres. Aussi, a-t-il rapidement dépêché à Ankara et à Riyad, son Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères Mike Pompeo à l'effet de recueillir le maximum d'informations sur cette malheureuse affaire.
C'est ainsi que le chef de la diplomatie américaine qui s'est entretenu ce mardi à Riyad avec le Roi Salmane et le prince héritier Mohammed Ben Salmane puis mercredi à Ankara avec le président turc Recep Tayyip Erdogan a fait part, à l'issue de sa mission, de son intention de laisser encore «quelques jours aux deux pays pour boucler leurs enquêtes».
Or, dès jeudi, la presse turque s'est empressée de publier des images tirées des caméras de vidéosurveillance retraçant les mouvements, à Istanbul, d'un certain Maher Abdulaziz Mutreb, officier des services de sécurité saoudiens très proche du prince héritier et présenté ce dernier comme étant le chef de l'équipe envoyée en Turquie pour «interroger» le journaliste disparu. Difficile, en ce cas, pour le Prince héritier Mohammed Ben Salmane, de prétendre que ce qui s'est passé à Istanbul le 2 Octobre dernier l'a été à son insu et de ne point s'attirer les foudres de Washington et de ses alliés.
Après que le démenti catégorique opposé par les dirigeants saoudiens lors du déclenchement de cette affaire ait été rapidement récusé par les faits, MBS n'avait plus d'autre choix que celui de jeter dans la mare un pavé qu'il gardait bien au chaud ; à savoir ces documents attestant que c'est bien Jerad Kushner, le gendre du président américain, qui lui a fourni les listes dressées par la CIA comprenant l'identité de tous ceux qui, comme Jamal Khashoggi, «représentent une menace pour la survie du trône des Al-Saoud».
Mais en prenant rapidement conscience du fait qu'un tel «dérapage» contrevient à la bonne entente mutuelle qu'ils se doivent de préserver, Riyad a accepté de sauvegarder son alliance avec Washington en déposant la bagatelle de 100 millions de dollars sur les comptes du Département d'Etat américain au titre de l'aide que l'Arabie Saoudite s'était initialement engagée à apporter à l'armée américaine en Syrie. Après cela, Riyad a été contrainte d'évoquer, du bout des lèvres, une «mort accidentelle» consécutive à un «interrogatoire musclé» qui aurait «mal tourné». Dès lors, la disparition du collaborateur du «Washington Post» n'est plus qu'un tragique «accident» imputable à un commando ayant agi seul et non pas «un assassinat politique commandité en haut-lieu».
Au vu de tout cela, il semble donc qu'en l'absence d'une très forte pression aussi bien interne qu'internationale, Donald Trump va se résoudre à «calmer le jeu» tant et si bien qu'en définitive toute cette affaire – aussi macabre qu'elle ait pu être – pourrait ne pas avoir plus d'effet qu'un pétard mouillé et passer aux «oubliettes».
Mais si, en revanche, la pression internationale s'accentue, la disparition de Khashoggi va sonner le glas de l'héritier du trône d'Al Saoud et, peut-être même, de tout son clan; ce qui risquerait fort d'éclabousser un Donald Trump qui serait bien avisé de s'en passer alors que le 6 Novembre prochain se tiendront les élections dites de « mi-mandat » durant lesquelles les américains seront appelés à renouveler un tiers du Sénat et l'ensemble de la Chambre des représentants et à élire une trentaine de gouverneurs. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.