Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»
Publié dans Albayane le 20 - 01 - 2019

Brahim El Mazned, Directeur Fondateur de Visa For Music
Réalisé par Mohamed Nait Youssef
Selon Brahim El Mazned, Directeur Fondateur de Visa For Music et directeur du MoMEx, bureau d'export de la musique marocaine, «moins de 10% de personnes paient les droits d'auteur au Maroc et l'on compte à peine 800.000 patentés à travers le Maroc».
Al Bayane : Quel commentaire faites-vous des résultats publiés dans le dernier rapport de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC) et qui classe le Maroc au 3e rang en Afrique et 49e à l'échelle mondiale?
Brahim El Mazned : Je pense que ce classement est tributaire principalement de la copie privée. Je ne crois pas que beaucoup d'institutions paient aujourd'hui les droits au Bureau marocain du droit d'auteur (BMDA). Je parle bien entendu des cafés, des boites de nuit, des hôtels, des restaurants… Il va sans dire que les gens paient d'une manière aléatoire. Aujourd'hui, nous sommes à moins de 10% de personnes qui paient les droits d'auteur. On compte 800.000 patentés à travers le Maroc, même pas 2%. En revanche, c'est excellent qu'aujourd'hui, il y ait cette manne d'argent qui vient principalement de la copie privée. Ce qui est tout à fait normal ! J'espère de tout cœur qu'elle sera au bénéfice des ayants droits et du développement de l'industrie musicale dans notre pays, sachant qu'aujourd'hui, peu d'artistes sont enregistrés au Bureau, ce qui rend la chose compliquée. Au Bureau, il faut être attentif à cette nouvelle génération d'artistes. Il y a un énorme travail à faire pour ramener la confiance des deux côtés, afin d'être plus serein et booster ainsi l'industrie.
Que pensez-vous de la relation entre le BMDA et la SACEM?
Je pense qu'au Maroc, nous allons récupérer bien plus que l'Algérie, voire même d'autres pays. Le Maroc, en effet, peut aller au-delà, mais il faut trouver la formule pour récupérer également tout ce qui est consommé à travers le monde. Auparavant, il y avait une relation entre la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM) et le BMDA. Aujourd'hui, je crois qu'elle est «suspendue». Il faudrait, à mon avis, que cette situation s'éclaircisse assez rapidement pour que les artistes puissent sortir de cette impasse, parce qu'ils sont aujourd'hui pris en otage. Ils sont dans cette situation d'attentisme qui n'est pas en faveur des artistes et encore moins des ayants droits.
Les retombées de la filière musicale sont bénéfiques à la fois pour les professionnels du secteur, mais aussi et surtout pour l'économie nationale. Or, le secteur baigne dans l'informel. Pensez-vous que cela soit dû essentiellement aux droits de la propriété intellectuelle et artistique?
La filière est une chaine et s'il y a des maillons qui sont faibles, forcément cela se ressent directement sur la création et le développement du secteur. Ce n'est pas normal que la filière soit mieux structurée dans plusieurs pays subsahariens qui étaient dans un informel beaucoup plus confirmé que chez nous, mais qui ont pu s'en sortir. Nous ne pouvons rester en 2019 dans cette situation !
Dans toute cette affaire, le perdant c'est le Maroc, la création et le patrimoine marocain. Il faut que toute cette richesse qui fait l'identité du pays sorte de cet informel parce qu'une communauté moins épanouie est une communauté moins productive.
La musique n'est pas une filière simple. Elle a un lien immédiat avec notre identité plurielle. En d'autres termes, moins de création veut dire moins d'artistes présents aussi à travers le monde. Ce sont des artistes qui portent une responsabilité énorme et non pas des amuseurs. Un artiste fait travailler avec lui une chaîne incroyable de métiers (fabricants d'instruments, ingénieurs, tourneurs, managers, festivals…).
C'est inquiétant… il y a des festivals, des radios qui ne paient pas les droits… et beaucoup d'artistes, surtout les jeunes se demandent où vont les fonds et les collectes. Quel regard portez-vous sur le système de rémunération?
La nouvelle génération d'artistes, qui passent dans les radios, en grande partie, n'est pas inscrite au bureau. Donc, quand une radio paie, l'argent ne va pas aux ayants droits. C'est pour cette raison que je dis qu'il faut vraiment revoir totalement le système ; il faut recréer la confiance. C'est une chaine avec plusieurs composantes. Et une radio devrait être partenaire du BMDA. Ce dialogue est important ! On ne peut pas travailler d'une manière aléatoire. Soit tout le monde paie, soit personne ne paie. Il faut que le BMDA joue son rôle comme il se doit.
Vous êtes directeur du MoMEx, bureau d'export de la musique marocaine. En matière des droits, quelles sont les entraves au rayonnement et à la diffusion de la musique et des artistes marocains à l'étranger?
Malheureusement, ce bureau est suspendu depuis deux ans faute de moyens, et ce, malgré les contrats signés avec le partenaire principal qui est le Ministère de la Culture. Pendant les deux ans où le bureau export a fonctionné, le MoMEx était présent sur la plupart des plates-formes internationales qui ont permis à plusieurs de nos artistes de se produire sur différents continents. Aujourd'hui, nous sommes moins présents ; nous intervenons surtout dans certaines manifestations liées à la diaspora et aux artistes qui sont présents à l'étranger grâce aux ministères des MRE ou de la Culture. Nous sommes moins présents qu'auparavant, quand le MoMEx permettait d'aller dans des festivals et des marchés internationaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.