Secrétariat général du gouvernement: Dernières retouches pour la transformation    Les droits d'auteurs au Conseil du gouvernement    El Othmani interpellé sur l'appui aux TPME    Fonds d'équipement communal: Le PNB en hausse    Foncier agricole: Le coup de pouce de Maroc Vert    Capital humain: 96% des actifs casablancais sont stressés    Forum de Paris sur la paix: Pour l'ONU, le monde se fissure    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    LA FME intègre ses nouveaux boursiers    Bourse de mérite: Les étudiants des prépas indignés    Réforme du Code pénal: Les propositions du CNDH relancent le débat    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Chambre des représentants : le PLF 2020 adopté à la majorité    Le Maroc participe à la Coalition mondiale anti-Daech à Washington    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Accord de cessez-le-feu après deux jours d'agression israélienne    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La Mauritanie, un premier cap à franchir pour le Onze national    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»
Publié dans Albayane le 20 - 01 - 2019

Brahim El Mazned, Directeur Fondateur de Visa For Music
Réalisé par Mohamed Nait Youssef
Selon Brahim El Mazned, Directeur Fondateur de Visa For Music et directeur du MoMEx, bureau d'export de la musique marocaine, «moins de 10% de personnes paient les droits d'auteur au Maroc et l'on compte à peine 800.000 patentés à travers le Maroc».
Al Bayane : Quel commentaire faites-vous des résultats publiés dans le dernier rapport de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC) et qui classe le Maroc au 3e rang en Afrique et 49e à l'échelle mondiale?
Brahim El Mazned : Je pense que ce classement est tributaire principalement de la copie privée. Je ne crois pas que beaucoup d'institutions paient aujourd'hui les droits au Bureau marocain du droit d'auteur (BMDA). Je parle bien entendu des cafés, des boites de nuit, des hôtels, des restaurants… Il va sans dire que les gens paient d'une manière aléatoire. Aujourd'hui, nous sommes à moins de 10% de personnes qui paient les droits d'auteur. On compte 800.000 patentés à travers le Maroc, même pas 2%. En revanche, c'est excellent qu'aujourd'hui, il y ait cette manne d'argent qui vient principalement de la copie privée. Ce qui est tout à fait normal ! J'espère de tout cœur qu'elle sera au bénéfice des ayants droits et du développement de l'industrie musicale dans notre pays, sachant qu'aujourd'hui, peu d'artistes sont enregistrés au Bureau, ce qui rend la chose compliquée. Au Bureau, il faut être attentif à cette nouvelle génération d'artistes. Il y a un énorme travail à faire pour ramener la confiance des deux côtés, afin d'être plus serein et booster ainsi l'industrie.
Que pensez-vous de la relation entre le BMDA et la SACEM?
Je pense qu'au Maroc, nous allons récupérer bien plus que l'Algérie, voire même d'autres pays. Le Maroc, en effet, peut aller au-delà, mais il faut trouver la formule pour récupérer également tout ce qui est consommé à travers le monde. Auparavant, il y avait une relation entre la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM) et le BMDA. Aujourd'hui, je crois qu'elle est «suspendue». Il faudrait, à mon avis, que cette situation s'éclaircisse assez rapidement pour que les artistes puissent sortir de cette impasse, parce qu'ils sont aujourd'hui pris en otage. Ils sont dans cette situation d'attentisme qui n'est pas en faveur des artistes et encore moins des ayants droits.
Les retombées de la filière musicale sont bénéfiques à la fois pour les professionnels du secteur, mais aussi et surtout pour l'économie nationale. Or, le secteur baigne dans l'informel. Pensez-vous que cela soit dû essentiellement aux droits de la propriété intellectuelle et artistique?
La filière est une chaine et s'il y a des maillons qui sont faibles, forcément cela se ressent directement sur la création et le développement du secteur. Ce n'est pas normal que la filière soit mieux structurée dans plusieurs pays subsahariens qui étaient dans un informel beaucoup plus confirmé que chez nous, mais qui ont pu s'en sortir. Nous ne pouvons rester en 2019 dans cette situation !
Dans toute cette affaire, le perdant c'est le Maroc, la création et le patrimoine marocain. Il faut que toute cette richesse qui fait l'identité du pays sorte de cet informel parce qu'une communauté moins épanouie est une communauté moins productive.
La musique n'est pas une filière simple. Elle a un lien immédiat avec notre identité plurielle. En d'autres termes, moins de création veut dire moins d'artistes présents aussi à travers le monde. Ce sont des artistes qui portent une responsabilité énorme et non pas des amuseurs. Un artiste fait travailler avec lui une chaîne incroyable de métiers (fabricants d'instruments, ingénieurs, tourneurs, managers, festivals…).
C'est inquiétant… il y a des festivals, des radios qui ne paient pas les droits… et beaucoup d'artistes, surtout les jeunes se demandent où vont les fonds et les collectes. Quel regard portez-vous sur le système de rémunération?
La nouvelle génération d'artistes, qui passent dans les radios, en grande partie, n'est pas inscrite au bureau. Donc, quand une radio paie, l'argent ne va pas aux ayants droits. C'est pour cette raison que je dis qu'il faut vraiment revoir totalement le système ; il faut recréer la confiance. C'est une chaine avec plusieurs composantes. Et une radio devrait être partenaire du BMDA. Ce dialogue est important ! On ne peut pas travailler d'une manière aléatoire. Soit tout le monde paie, soit personne ne paie. Il faut que le BMDA joue son rôle comme il se doit.
Vous êtes directeur du MoMEx, bureau d'export de la musique marocaine. En matière des droits, quelles sont les entraves au rayonnement et à la diffusion de la musique et des artistes marocains à l'étranger?
Malheureusement, ce bureau est suspendu depuis deux ans faute de moyens, et ce, malgré les contrats signés avec le partenaire principal qui est le Ministère de la Culture. Pendant les deux ans où le bureau export a fonctionné, le MoMEx était présent sur la plupart des plates-formes internationales qui ont permis à plusieurs de nos artistes de se produire sur différents continents. Aujourd'hui, nous sommes moins présents ; nous intervenons surtout dans certaines manifestations liées à la diaspora et aux artistes qui sont présents à l'étranger grâce aux ministères des MRE ou de la Culture. Nous sommes moins présents qu'auparavant, quand le MoMEx permettait d'aller dans des festivals et des marchés internationaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.