Sothema réalise un résultat net de 217 MDH en 2018    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    Le MASI et la décélération de la croissance    FRMF : Mark Wotte limogé    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Politiques budgétaires, commerce intra-africain et transformation digitale…. Les enjeux auxquels devraient faire face les pays d'Afrique    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Vous avez dit classe politique !    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    L'UA a trouvé une bonne clé pour atteindre les objectifs de développement en Afrique    Divers    Fès:Coup d'envoi des sessions régionales du parlement de l'enfant    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régime algérien à bout de souffle: Le muthos… ne tue pas
Publié dans Albayane le 19 - 02 - 2019

Le régime algérien est vraisemblablement au bord de l'essoufflement. C'est un fait politique clairement attesté aujourd'hui par plusieurs indicateurs. Il y a tout d'abord l'effritement des thèses qu'avaient nourries les décideurs d'Alger pour manipuler l'opinion publique algérienne et lui faire croire que la stabilité de leur pays serait menacée du côté de l'Ouest.
C'est dans ce sens qu'ils avaient créé le conflit autour du Sahara marocain, tout en alimentant, en finançant et en armant les séparatistes. Ce fichier a été longtemps mis à profit par les galonnés d'Alger, qui l'ont renforcé par la fermeture des frontières avec le Maroc. Mais, depuis quelques temps, l'opinion publique algérienne montait au créneau, mettant à nu les manœuvres de leurs décideurs sur cet axe. Retour de manivelle. Il y a ensuite cette dégringolade de la diplomatie algérienne sur le continent africain.
En fait, le pouvoir algérien avait toujours exploité les instances africaines, notamment l'organisation de l'unité africaine (OUA) et plus tard l'Union africaine (UA), pour nuire au Maroc et remettre en cause son intégrité territoriale. Toutefois, sur le terrain, la légitimité de la cause marocaine a fini par s'imposer et prendre le dessus, infligeant de cuisants revers aux ennemis de l'intégrité territoriale du royaume.
En effet, lors de son 32ème sommet, l'Union africaine s'est officiellement dessaisie du dossier du Sahara, laissant les coudées franches à l'ONU qui supervise le processus politique devant aboutir à une solution politique afin de mettre un terme à ce conflit artificiel qui n'a que trop duré. Ainsi, les lourds «investissements» du régime algérien sur ce terrain en vue de nuire au Maroc sont partis en fumée. Sur l'autre rive, les décideurs algériens avaient misé sur des mouvements, financé des lobbys et comptaient mettre à profit des conjonctures politiques afin de nuire au Maroc.
C'est ainsi qu'ils avaient manœuvré au niveau du vieux continent et au sein de toutes les institutions européennes en vue de remettre en cause la légitimité historique d'une cause. Sur ce registre, toutes les manœuvres orchestrées n'ont servi en fin de compte à rien. Le même trébuchement politique et médiatique d'Alger a été également au rendez-vous au conseil de sécurité de l'ONU. En effet, la voix de la raison a étouffé celle de la manœuvre, renvoyant un signal fort à l'opinion publique algérienne et dans les camps de Tindouf. C'est à ce moment que des médias algériens ont écrit que «le pouvoir algérien préfère armer les séparatistes du polisario que de nourrir sa population».
En fait, la pauvreté ronge le pays, le chômage prend des proportions alarmantes, les jeunes plongent dans la précarité et l'exclusion, le malaise social traverse toutes les franges sociales du pays, la situation de mécontentement est chronique. Et pourtant cela n'a pas interpellé les décideurs du pays. Ils persistent encore et signent. Le comble est qu'ils ont poussé le bouchon plus loin en manipulant l'opinion publique avec la maladie de leur président, Abdelaziz Bouteflika.
Au fait, ils ont pris en otage un homme invalide, exploitant son état de santé dans des mises en scènes qui laissent à désirer. Le président est depuis longtemps invisible. Et aujourd'hui, ils annoncent que l'homme se présenterait pour un nouveau mandat. «Mandat de la honte», a répliqué le peuple algérien par ses différentes voix.
D'autres manœuvres liées aux enlèvements et disparitions forcées d'opposants ont été mises à nu. C'est notamment le cas d'Ahmed Khalil, ancien conseiller de l'ex-chef des séparatistes qui a donné «signe de vie» après une dizaine d'années de disparition. C'était en effet face à la pression de sa tribu et aux manifestations qui se déroulent depuis plusieurs jours à Rabouni et devant le siège du HCR que qu'Alger a fini par céder et donner des explications sur le sort d'Ahmed Khalil, ancien conseiller de Mohamed Abdelaziz. Bref, le pouvoir s'affole et n'a plus de cartes à jouer pour tenir en haleine l'opinion publique et la manipuler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.