Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cystite: une infection urinaire très féminine
Publié dans Albayane le 21 - 03 - 2019

A des degrés différents, l'homme et la femme sont exposés à certaines maladies dont les conséquences peuvent s'avérer très contraignantes voire dangereuses. Au rang de ces pathologies, figurent en bonne place les infections urinaires dont la cystite.
Les cystites sont certainement l'une des infections les plus fréquentes de la femme. Malgré sa réputation bénigne, la cystite n'est pas à prendre à la légère. Une infection urinaire non traitée peut en effet avoir d'importantes répercussions.
Une femme qui ressent des brûlures lors des mictions et une fréquente envie d'aller uriner doit aller consulter son médecin.
Des douleurs dans le bas ventre, une envie d'uriner trop fréquente suivie d'une miction douloureuse et parfois de la fièvre. La cystite est une affection courante chez la femme.
Il y a principalement deux raisons à cela . La première est physiologique : les bactéries peuvent se coller sur les parois de l'appareil urinaire et remonter jusqu'à la vessie. Si elles stagnent et ne sont pas évacuées, cela déclenche une infection . Si les femmes sont plus souvent touchées, c'est parce que leur urètre est plus court que celui des hommes, donc les bactéries remontent plus vite.
La deuxième raison est une mauvaise habitude que les femmes ont prise malgré elles : se retenir d'uriner. Il n'est pas aussi facile pour les femmes d'aller aux toilettes lorsqu'elles ne sont pas chez elles. Du coup, elles se retiennent, les urines stagnent et les bactéries sont moins bien évacuées.
Le germe responsable de la cystite chez la femme est le plus souvent le colibacille que les médecins désignent sous le nom d'Escherichia coli (80 % des cas). C'est un germe qui est naturellement présent dans le gros intestin. Quand cette bactérie pénètre dans l'urètre, remonte dans la vessie et commence à se multiplier, c'est l'apparition de la cystite.
On peut encore une fois de plus se poser la question de savoir pourquoi cette fréquence des cystites chez les femmes. Une question tout à fait logique. La réponse est tout aussi simple, c'est à cause de la proximité des orifices (anus pour les selles, vagin, urètre pour les urines) qui explique que les femmes soient plus sujettes aux infections urinaires.
Adopter une bonne hygiène individuelle
Une bonne hygiène et beaucoup d'eau permettent en général d'éviter cette douloureuse affection. En effet, en cas d'infection urinaire, il est recommandé de boire beaucoup d'eau pour laver la vessie et nettoyer l'urètre, et entretenir une bonne hygiène. Ces deux préceptes résument bien les principaux conseils à suivre pour éviter cette désagréable infection urinaire. Il est très important d'enseigner aux petites filles qu'après la selle, il faut toujours s'essuyer vers l'arrière pour éviter de transporter les germes vers la vulve. C'est ce que rappellent très souvent les praticiens dont des pédiatres et des gynécologues. Concernant l'hygiène intime, si elle doit être régulière, elle doit aussi rester douce. A proscrire donc les produits antiseptiques et autres déodorants intimes. D'autres facteurs peuvent par ailleurs favoriser l'infection, c'est le cas de la constipation et le fait de se retenir d'uriner. Dernier point et non des moindres, c'est d'aller aux toilettes après chaque rapport sexuel, ce qui favorise l'évacuation des microbes.
Consulter son médecin traitant
Si dans la plupart des cystites, les urines sont troubles et contiennent une grande quantité de microbes, certaines sont des cystites à urines claires. Difficiles à traiter, elles peuvent présenter les mêmes symptômes que l'infection urinaire classique mais avoir une autre origine. Mycose ou trouble psychologique, les antiseptiques urinaires et antibiotiques classiques n'y feront rien. Dans tous les cas, n'ignorez jamais une cystite. La douleur devrait vous en empêcher et le conseil est de consulter votre médecin, le seul habilité à vous prescrire le traitement le mieux adapté à votre situation.
Concernant les femmes enceintes, il faut savoir qu'en cas de grossesse, toute infection urinaire est dangereuse pour la mère mais également pour le fœtus. Il y a un risque d'accouchement prématuré.
Dans tous les cas de figure, il est toujours conseillé de traiter cette infection le plus rapidement possible. Car si cette affection est bénigne, elle peut prendre une tournure plus grave en peu de temps.
De graves complications
En effet, si la cystite n'est pas traitée, elle peut remonter jusqu'au rein et provoquer une septicémie, qui signifie le passage de germes dans la circulation sanguine avec un risque de choc septique (défaillance des organes vitaux) qui nécessite une prise en charge du malade en milieu hospitalier dans un service de réanimation.
L'infection peut provoquer un abcès du rein voire sa destruction. Ces infections sont d'autant plus graves que le patient est fragile (diabète, déficit immunitaire, âge avancé…). Le risque ultime est l'insuffisance rénale terminale dont le traitement est l'hémodialyse (rein artificiel) voire la greffe rénale. C'est dire toute la gravité de la cystite non traitée. Chez l'homme, il y a lieu de souligner les problèmes que pose la prostatite, qui possède des complications particulières qui sont la rétention aiguë d'urine (blocage complet de la vessie) et la dissémination de l'infection aux testicules (orchite).
Mieux vaut prévenir…
Comme de multiples facteurs interviennent pour faciliter la contamination de la vessie, de simples conseils hygiéniques suffisent souvent à faire disparaître les cystites chez la femme :
Boire plus de 1,5 litre d'eau par jour ;
Effectuer des mictions complètes en étant détendue ;
Pratiquer une toilette vulvaire au savon ;
Effectuer une bonne toilette après les selles ;
Lutter contre la constipation ;
S'essuyer avec le papier hygiénique en allant d'avant vers l'arrière ;
Eviter les toilettes périnéales trop énergiques ;
Uriner immédiatement après les rapports sexuels ;
Eviter les pantalons serrés et les sous-vêtements en fibres synthétiques qui favorisent la transpiration et la multiplication des germes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.