«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport final de l'enquête russe    En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    SIAM 2019, une édition bilan de 10 années de révolution agricole    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM 2019, opportunité en or pour la coopération agricole intra-Afrique    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Rude épreuve soussie pour le Wydad    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Ligue des champions. Eliminée, la Juventus Turin chute de plus de 20% en Bourse    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara marocain: Le processus onusien se poursuit à Genève
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2019

La deuxième table ronde consacrée au conflit régional créé autour du Sahara marocain devait prendre fin vendredi après-midi. Après deux jours de pourparlers, sous la supervision de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour la Sahara, Horst Köhler, cette deuxième table ronde devait baliser la voie au processus politique qui cadre avec l'esprit de la résolution du conseil de sécurité N° 2440.
Le Maroc, invité au même titre que l'Algérie, le polisario et la Mauritanie, a pris part à cette deuxième table ronde avec la même sérénité, le même esprit positif et une confiance renforcée envers le processus onusien. L'enjeu de cette seconde étape est de relancer le processus politique sur les rails onusiens afin d'aboutir à une solution réaliste, consensuelle et durable avec l'adhésion des parties concernées, notamment l'Algérie, qui a dépêché à Genève une forte délégation pour soutenir et appuyer les thèses du polisario.
A ce propos, une lecture objective de la résolution N° 2440 permettra au processus d'avancer. Mais, la présence à la tête de la délégation algérienne d'un diplomate, Ramatane Lamamra, qui avait longtemps énergiquement défendu la thèse du polisario à l'ONU et à l'OUA, pousse à croire que l'Algérie continuerait à interpréter la résolution onusienne et à la limiter à la seule option de l'autodétermination.
D'ailleurs des informations font déjà savoir que la délégation algérienne a manifesté une forte opposition à une seule politique permettant l'avancement vers un compromis. L'Algérie, précisent les mêmes informations, a préféré mettre en avant une lecture sélective et tronquée de l'autodétermination. Il faut dire que la participation algérienne, en tant que partie concernée par ce conflit et non seulement observateur, a ainsi dévoilé les véritables intentions d'Alger.
Quoi qu'il en soit le Maroc a développé l'option portant sur les paramètres d'une solution politique au conflit, tels que stipulés dans la résolution 2440 du Conseil de sécurité de l'ONU, à savoir «une solution politique réaliste, pragmatique et durable, qui repose sur le compromis». Et c'est la seule option pour mettre un terme à ce conflit qui n'a que trop duré. «Le Maroc n'a aucun complexe pour négocier avec qui que ce soit, aussi bien directement que par le biais de la médiation onusienne.
Mais là, il faut insister sur le fait que la souveraineté du Maroc sur l'ensemble de son territoire est immuable, inaliénable et non négociable», avait souligné SM le Roi Mohammed VI dans son discours à la nation à l'occasion du 39ème anniversaire de la Marche Verte, précisant que «L'Initiative d'autonomie est le maximum que le Maroc puisse offrir dans le cadre de la négociation pour trouver une solution définitive à ce conflit régional».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.